Enseigner les Humanités numériques (1)

Flickr. Auteur: Carbon Arc.  (CC BY-NC-SA 2.0)

Flickr. Auteur: Carbon Arc. (CC BY-NC-SA 2.0)

Cette année, j’ai fait un cours de trois fois deux heures de méthodologie numérique dans un master 2 relations internationales (pro et recherche). C’est loin d’être le premier (et loin d’être le plus long) et je vais ici le prendre en exemple avant – dans un deuxième billet – de partager des réflexions sur ce que pourrait être un enseignement des Humanités numériques «au fil du cursus» d’un étudiant.

Les deux premières heures m’ont permis d’effectuer une introduction générale. J’ai ensuite opéré une démonstration de trois logiciels (iramuteq, gephi, zotero) au cours suivant. J’avais prévu un retour à une séance plus méthodologique, sur la base des travaux qu’ils devaient me rendre, cet enseignement faisant l’objet d’un contrôle continu. J’ai en effet demandé aux étudiants de me rendre un premier devoir avec une description des trois logiciels avec leurs propres mots, ainsi qu’un court cas d’utilisation par logiciel en relation avec leur recherche ou leur stage. Le but, au-delà de la note à attribuer, était pour moi de comprendre ce que des étudiants en Master 2 n’ayant pour la plupart jamais eu d’enseignement «informatique» percevait des logiciels en question. Pour un second devoir, ils devaient écrire un rapport d’utilisation concrète de l’un de ces trois logiciels. Ce second travail n’est pas si évident: Gephi et Iramuteq sont des logiciels géniaux, mais, disons, parfois un peu rugueux. C’est pour cette raison qu’ils pouvaient aussi tester zotero, qui servait de soupape de sécurité.

Dès le premier cours, j’ai eu l’impression que 80% des étudiants ont lâché prise. Pour beaucoup, mon cours a été leur premier enseignement informatique (dans un sens large) depuis le début de leurs études – certains l’ont clairement dit dans les travaux rendus et se sont étonnés de ne pas avoir été formés à zotero, plus particulièrement, dès la première année de licence. Beaucoup restent sceptiques à l’idée de devoir utiliser des logiciels qui leur semblent ardus (et qui le sont dans le cas d’iramuteq et gephi). Certains n’ont pas le réflexe d’en lire le mode d’emploi, d’aller sur les forums pour apprendre à s’en servir.

En fait, certains bloquent car persuadés que l’informatique n’est pas pour eux (sauf facebook, naturellement). D’autres contestent le principe même d’utiliser un outil informatique en sciences humaines et sociales ou dans le cadre d’un stage.1

Pour les 20% qui ne se sont pas bloqués, les usages de ces trois logiciels relatés dans le second travail demandé se sont révélés intéressants et créatifs, en tout cas pour des étudiants qui n’ont jamais entendu parler auparavant de ces logiciels (à deux exceptions près). La lecture de leur travail a été passionnante.

La question centrale toutefois est la suivante: que faire pour les 80%? Comme Yann Leroux me l’a fait remarquer avec une très grande justesse sur Facebook, ce sont eux qui ont besoin de l’enseignant.

J’ai du coup organisé la troisième et dernière séance différemment. Je leur ai demandé de se répartir en différents groupes, si possible en se regroupant par «affinité»: tous les Masters recherche dans le même groupe et les différents parcours pro ensemble afin de coller le mieux à leurs besoins, de nature parfois très différente.

Ces groupes devaient:

  • Définir un sujet,
  • Chercher sur le Web s’ils pouvaient trouver des données utilisables sur ce sujet,
  • Imaginer comment ils pourraient utiliser ces données (en s’affranchissant des logiciels montrés: il ne s’agissait pas d’un exercice de manipulation de programmes),
  • Faire une critique rapide des données en question (leurs limites).

Ils pouvaient faire appel à moi à tout moment en cas de difficultés. Ils ont ensuite présenté leurs résultats en quelques minutes pendant la dernière demi-heure du cours. Cet exercice n’impliquait pas de manipuler les données ou d’utiliser les logiciels, mais de chercher à être imaginatif, c’est-à-dire trouver des usages originaux de ces données sans perdre, bien sûr, la rigueur méthodologique qui s’impose quand on manipule des données.

Certains ont imaginé croiser des données sur le nombre de journalistes tués par pays / les zones de conflits / la nature des régimes politiques de ces pays. D’autres (les master recherche) ont plutôt tenté d’élaborer leur propre corpus de données, à partir des rapport annuels de l’AIEA, et ont expérimenté une réalité de l’usage des données: la préparation des données est probablement l’étape la plus délicate et la plus longue d’une démarche de recherche reposant sur ce type d’outils et de méthodes. Certains ont regardé ce qui pouvait être réuni sur la Grèce. Ils ont consulté et critiqué les données disponibles sur eurostat, GDELT, data.gouv.fr ou d’autres sites.

Bref, deux heures d’enseignement très intéressant et, je l’espère, un meilleur aperçu de ce que peuvent leur apporter une maîtrise des outils numériques dans leurs futurs parcours professionnels. J’espère avoir récupéré une partie des 80%.

De mon côté, cette expérience et d’autres auparavant, m’ont vraiment appris qu’il fallait – sans jamais oublier les fondements méthodologiques absolument nécessaires à tout enseignement en sciences historiques – donner la possibilité aux étudiants d’appréhender concrètement ce à quoi servent les outils et méthodes numériques.

*

Ce que je retiens, aujourd’hui, de mon expérience d’enseignement des Humanités numériques (dans ce master et dans d’autres auparavant), c’est qu’il est nécessaire d’enseigner l’«informatique» ou le «numérique» dès le premier semestre de licence, et de manière la plus large possible, mais aussi en pensant l’articulation de l’ensemble des enseignements de méthodologie, y compris ceux touchant au numérique et aux statistiques appliquées à l’histoire (et aux autres sciences humaines et sociales), et ce sur le cursus complet d’un étudiant, à partir de la licence et jusqu’au doctorat, pour ceux qui iront jusque là. Chaque cursus doit avoir sa cohérence, le master doit poursuivre et amplifier ce qui a été enseigné en licence, le doctorat ce qui a été assimilé au cours du master.

L’idéal serait de commencer par un enseignement de culture numérique générale, touchant autant à l’usage des logiciels de base (traitements de texte par exemple) qu’à l’usage des réseaux sociaux et du web en général.

Est-ce la responsabilité d’un maître de conférence d’enseigner un traitement de texte? En toute théorie, non. Mais il me semble nécessaire d’adopter une démarche de pas-à-pas se déployant tout au long de la licence, notamment. Quand on utilise un traitement de texte, on explique comment faire une note de bas de page. On explique donc à quoi sert une note de bas de page et on touche ainsi directement à la méthode historienne. On montre également comment faire une table des matières, une table des noms propres, une table des figures, etc. En expliquant ces fonctions d’un traitement de texte, on montre que l’on peut rendre l’ordinateur plus intelligent. Comment peut-on rendre l’ordinateur encore plus intelligent? Par des techniques d’encodage, par la structuration des données.

Ainsi, partant du traitement de texte, on peut s’orienter vers le principe des langages par balises (comme le HTML, le XML ou la TEI P5). On peut donc passer au web, montrer comment il fonctionne. Expliquer l’usage des bases de données en ligne. Montrer ce qui se cache derrière l’édition en ligne. Utiliser zotero – qui est un moyen de structurer des données (bibliographiques) comme Monsieur Jourdain faisait de la prose. Montrer comment la narration de l’histoire évolue avec le web, avec les carnets de recherche, avec les possibilités de travail collaboratif, avec la mise à disposition de volumes massifs de sources primaires en ligne…

On peut alors poursuivre par les usages les plus avancés: créer son corpus de données, l’élaborer, le structurer, l’exploiter, le visualiser à des fins professionnelles dans un sens large (recherche comprise) et introduire les notions de lecture distante / lecture proche.

Chaque petit pas doit pouvoir être accompagné d’expériences concrètes. Chaque petit pas permet d’aller un peu plus loin, progressivement, sans faire peur aux étudiants. Chaque petit pas allie à la fois des progrès pratiques et utiles à nos étudiants, et des réflexions méthodologiques et épistémologiques2 nécessaires à la pratique de l’histoire.

Progressivement, on peut introduire des concepts incontournables – y compris une notion comme celle d’algorithme, que les historiens devraient plus interroger – et réinsérer le couple Histoire/Numérique dans des phénomènes numériques touchant toute la société (la mise en données du monde).

Ces interrogations doivent aussi nous encourager à enseigner le «numérique» en liaison aux cours de méthodologie plus «classiques» mais ô combien toujours nécessaires. Peter Haber, dans Digital Past, rappelait à quel point l’«histoire par les données» (data driven history) non seulement renforçait mais aussi élargissait les méthodologies historiennes formulées depuis Ranke.

Chaque petit pas permettra de réduire le pourcentage d’étudiants en Master paniqués à l’idée d’user d’un ordinateur pour leurs stages ou leurs recherches. Chaque petit pas augmentera le niveau de compétences des étudiants, quelle que soit leur orientation future. Chaque petit pas accroîtra leur tendance à imaginer des usages nouveaux de ces outils, qui dépasseront – je l’espère – les usages que nous leur enseignons.

Dans un prochain billet, j’essaierai de donner un plan de cours plus détaillé suivant cette logique.

(Pour ceux que le sujet intéresse, je vous renvoie à un article récent de Ryan Cordell et bien sûr à l’article dans la RHMC d’Émilien Ruiz et Franziska Heimburger).

  1. Ceci m’a rappelé le boycott de l’examen du cours de statistiques appliquées aux sciences sociales que j’avais suivi quand j’étais en première année de l’IEP de Strasbourg. Je n’y avais pas pris part, tellement il me paraissait stupide. L’idée que les sciences humaines et sociales sont strictement littéraires n’est pas nouvelle. Cette idée pose des barrières non seulement inutiles mais potentiellement préjudiciables à la recherche. Ça ne signifie pas pour autant qu’il ne faille pas avoir un regard critique sur l’outil informatique ou statistique, mais beaucoup d’étudiants utilisent la critique (nécessaire) des humanités numériques comme prétexte pour les rejeter en bloc. []
  2. Même le traitement de texte doit être soumis à ces réflexions. Il suffit de lire Le Pendule de Foucault d’Umberto Eco dont un passage montre la manière dont l’ordinateur et le traitement de texte ont changé nos façons d’écrire pour s’en rendre compte. []

5 réflexions au sujet de « Enseigner les Humanités numériques (1) »

  1. Sophie LECHAT-GATEL

    Bjr à tous, la progression envisagée et les remarques sont pertinentes. Merci !
    Enseignante-doc en lycée mais en poste sur un site qui n’accueille que des formations d’enseignement supérieur (BTS et autres lic pro), je suis à la croisée de la formation des futurs étudiants et professionnels à la maîtrise de l’information proposée dans le secondaire et l’enseignement sup. Pls remarques :
    – Je suis tjs effarée par le non transfert de ce qui est acquis au lycée en BTS ! Mais la remobilisation de ces compétences que je sais enseignées par les collègues de mon propre établissement se fait rapidement au gré de mes partenariats pédagogiques avec mes collègues disciplinaires mais c’est parfois décourageant …
    – La disparité des contenus proposés en lycée ne permet pas aux futurs étudiants d’avoir le même bagage lors de leur entrée en enseignement sup (pas de référentiel commun même si la réforme du lycée de 2010 insiste sur le fait qu’il prépare les élèves à l’enseignement sup !)
    – Enfin, le rôle de l’enseignant-doc n’est que rarement pleinement reconnu en lycée (pas d’heures de formation dédiées, grande dépendance au bon vouloir de leurs collègues de discipline pour pouvoir intervenir auprès des élèves, …)
    En conclusion, tout reste à faire avant que les étudiants n’arrivent en enseignement supérieur !
    Cdlt

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Merci pour ce commentaire. J’ai préféré me concentrer sur le supérieur pour laisser des collègues mieux à mêmz de le faire parler du secondaire qui est bien entendu un moment majeur.

      Répondre
  2. Etienne Cavalié

    Bonjour
    Merci pour ce billet très intéressant (et crucial, ou qui devrait l’être, pour beaucoup de gens).
    Une question simple : est-ce que suite aux constatations que tu fais, si c’était à refaire tu commencerais par le 2e cours (imaginer, trouver, et évaluer des données qui pourraient être exploitées dans le cadre d’un sujet de recherche), pour seulement après montrer des outils et les faire manipuler ?
    Bref, faire naître le besoin avant d’essayer d’y répondre.

    Répondre
  3. Alouani

    Bonjour
    Le récit de votre expérience laisse entrevoir le travail important de formation à envisager et les manques actuels. Ce type de formation devrait intervenir dès l’année post-bac avec une formation minimum pour mettre à niveau tous les étudiants du supérieur. Développer une littératie numérique le plus tôt possible pour comprendre à quel point elle donne un pouvoir supplémentaire à toute forme de publication et de communication.
    Un étudiant qui ne maîtrise pas ces compétences ne peut agir en citoyen éclairé et porter les enjeux de la société de demain qu’il doit construire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *