Les rencontres du Web 14-18: petite contribution

J’ai rédigé ce texte pour rassembler mes idées et préparer ma participation à la table-ronde modérée par Nicolas Offenstadt, vendredi 10 avril, sur «Les acteurs et les pratiques du web 14-18, des réseaux sociaux aux blogs et forums»1. Je le publie (presque) tel quel. Il y a quelques nouveautés par rapport aux textes précédents.

Le projet

Collecte de 1,2 millions de tweets comprenant des mots clés dont #ww1 / #pgm ou #ewk en Anglais, Français, Allemand. Environ 85% de tweets en Anglais, 10 en Français et le reste dans d’autres langues.

Prédominance de l’Anglais

02-All

Visualisation réseau des tweets collectés (un retweet ou une citation = un lien) entre le 1er avril 2014 et le 1er avril 2015

S’explique par:

  • Politique des musées et institutions mémorielles (BBC incluse)
  • Fait que les institutions mémorielles françaises ne respectent pas certaines normes de facto du réseau (usage des hashtags) => participent moins à la discussion globale
  • Stratégie de centralisation autour de la mission du centenaire joue peut-être aussi un rôle – côté anglais, plusieurs gros acteurs. Côté français, un seul gros acteur
  • Tradition de public history plus prégnante en Angleterre.

Quelques nuances

    • Ce qui est sur twitter est difficilement généralisable
    • Biais anglo-saxon du réseau social
    • Beaucoup de comptes twitter français n’utilisent pas de hashtags => sont quand même présents sur le web.

Autres conclusions

      • On ne commémore pas les mêmes événements: plus de 100 000 tweets le jour de l’entrée en guerre du Royaume Uni pour l’essentiel britanniques, 90 000 pour le 11 Novembre, pour l’essentiel francophones.

        Nombre de tweets par jour

      • Quelques événements communs: environ 12000 tweets pour l’assassinat de l’archiduc.
      • La mémoire des Poilus est plus importante en France. Côté britannique, les batailles sont plus valorisées que côté français (problème de la première bataille de la Marne, qui n’est que peu représentée dans la base de données car pas d’usage par les Français de hashtags permettant de participer à la <> et, surtout, Verdun pas encore commémoré). La Somme, Ypres sont très présents dans les tweets britanniques.
      • Il y a une réflexion à mener sur l’activité des musées et des médias français sur twitter.
      • Comportements des internautes est très positif: recherche de l’authenticité d’une citation par exemple. Contraste avec les propos souvent entendus au sujet des réseaux sociaux.
Hashtags les plus utilisés en dehors de #ww1

Hashtags les plus utilisés en dehors de #ww1

Poursuite du travail

Il reste de nombreuses choses à faire pour exploiter ce corpus:

    • Regarder s’il y a évolution de la symbolique (poppies contre bleuets) y compris chez les non-britanniques
    • Analyser le rapport au temps
    • Analyser le rapport à l’espace, aux lieux
  1. Y participaient également Lionel Maurel (BDIC), Frédéric Coussay (Mémoire des Poilus de la Vienne), Lyse Hautecœur (Musée de la Grande Guerre de Meaux, sur le projet «Léon Vivien») et Christian Canivez (La Voix du Nord et le projet «Il y a cent ans»). []

3 réflexions au sujet de « Les rencontres du Web 14-18: petite contribution »

  1. Thierry Garrel

    Bonjour
    Enquete tres interessante mais il aurait fallu elargir aaux hashtags #1gm #GrandeGuerre (personnellement je n’utilise jamais #pgm ) et #wk1 cote allemand

    Cordialement

    Thierry

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *