Guerre et neutralité au travers des archives de deux journaux suisses romands

Dans le cadre d’un cours co-enseigné avec ma collègue Raphaëlle Ruppen Coutaz, donné à l’EPFL et ouvert aux étudiants de l’Université de Lausanne, nous allons travailler sur la base de données des archives du Temps. Le Temps est née en 1998 de la fusion de trois titres de presse suisses romands: La Gazette de Lausanne, Le journal de Genève et Le Nouveau Quotidien. Les archives du Temps recouvrent pour le moment deux siècles de parution des deux premiers titres. La numérisation de ces journaux a été faite en coopération avec l’EPFL. Elle met à disposition un visualisateur de NGrams et un Sparql EndPoint – un mot barbare, certes, mais une fonctionnalité permettant d’élaborer des requêtes complexes pour obtenir des résultats de recherche sur les personnes par exemple.

Pour le premier cours, je vais montrer aux étudiants comment une utilisation simple de cette base permet de faire un premier travail de recherche sur un sujet précis. Je vais plus précisément m’intéresser à la Première Guerre mondiale.

Le contexte suisse

La Suisse était et est toujours un État neutre: elle ne fut pas, en conséquence, belligérante de la Grande Guerre. Cela ne signifie pour autant pas qu’elle n’en a pas subi les conséquences ni qu’elle s’est tenue hors des affaires du monde, sur cette période ou une autre. Être neutre n’empêche pas de mobiliser des troupes (pour la défense du territoire), d’organiser un ravitaillement qui est non seulement compliqué par le conflit mais devient un exercice diplomatique très difficile. Être neutre signifie mettre en place une diplomatie pendant un conflit qui est proche de toutes ses frontières. C’est aussi, en tout les cas pour la Suisse, prendre en charge des fonctions humanitaires – par exemple faciliter la gestion des prisonniers de chaque camps – et diplomatiques comme participer à des initiatives de paix. La Première Guerre mondiale est ainsi une période aussi importante pour la Confédération neutre que pour les belligérants.

Deux siècles de guerre

Fréquence du terme « guerre » dans La Gazette de Lausanne et le Journal de Genève

Figure 1 – Fréquence du terme «guerre» dans La Gazette de Lausanne et le Journal de Genève

Commençons par regarder les fréquences d’utilisation du terme de « guerre » aux XIXe et XXe siècles par le Journal de Genève et la Gazette de Lausanne (Figure 1).

L’interprétation de cette figure apporte de nombreux éléments: la structure d’ensemble des conflits est très différente au XIXe qu’elle ne l’est au XXe. Au XIXe, les références à des conflits sont relativement fréquents. Au XXe siècle, apparaissent essentiellement les deux conflits mondiaux, qui sont d’une très grande intensité. On parle ici essentiellement mais pas uniquement des conflits européens. On peut y observer:

  • jusqu’en 1815, la trace des conflits révolutionnaires puis napoléoniens. C’est une période où la Suisse est sous influence française. Si l’on regarde de près les articles, il est souvent difficile de savoir si les conflits sont vécus comme alliés de la France ou comme pays qui souhaiterait s’en émanciper;
  • Le pic que l’on voit peu de temps avant 1825 concerne plusieurs conflits, dont l’expédition d’Espagne où la monarchie restaurée française remet sur le trône Ferdinand VII, un Bourbon;
  • Il y a ensuite des pics irréguliers, qui sont les traces de plusieurs conflits et révolutions: la guerre d’indépendance de la Grèce puis, en 1830, les Trois Glorieuses françaises mais surtout l’indépendance belge (octobre 1830);
  • Viennent ensuite deux pics autour de 1850. Le premier correspond au Printemps des Peuples, mais commence dès 1847: ce sont les échos de la guerre du Sonderbund, guerre civile suisse de courte durée (novembre 1847), qui oppose des cantons conservateurs catholiques ayant tenté de passer alliance au-delà des frontières suisses à des cantons plus libéraux, souvent réformés. L’opposition est aussi politique: les cantons conservateurs ne veulent pas d’un renforcement du pouvoir fédéral. La guerre est gagnée par les cantons libéraux, et débouche sur la fondation de l’État suisse moderne avec la constitution de 1848;
  • Le pic qui suit 1850 correspond surtout à la guerre de Crimée (1853-1856). Il y a moins de traces que je ne le pensais du contrecoup contre-révolutionnaire du Printemps des Peuples;
  • On trouve ensuite des mentions de l’Expédition du Mexique – une tentative française d’imposer un Empereur au Mexique (1861-1867), les conflits autour du Schleswig Holstein (1864 et 1865), une étape très importante de l’unité allemande, puis, bien entendu, la guerre franco-prussienne de 1870-1871;
  • Dans les années qui suivent, nous pouvons observer les conflits autour de l’Empire Ottoman concernant notamment la Macédoine; la guerre russo-japonaise de 1905, puis les différents événements qui ont favorisé l’arrivée du premier conflit mondial;
  • Les deux plus forts pics sont ceux des deux guerres mondiales et, en premier lieu, de la Première Guerre mondiale;
  • Dans les années 1960, figure une trace de la guerre du Vietnam. Mais le terme «guerre» est aussi employé à l’occasion du décès de personnalités, françaises souvent, qui ont participé aux deux Guerre mondiales;
  • Enfin, un dernier pic, en 1991, correspond à la guerre du Golfe. À cette période, en cherchant un peu plus précisément, on peut lire aussi des articles assez nombreux sur la guerre en ex-Yougoslavie. Bien que présente dans la base, peu d’articles sur le Rwanda ressortent: le bon terme est alors «génocide» et non «guerre».

Guerre et neutralité

Fréquence des termes « guerre » et « neutralité » dans les archives des deux journaux

Figure 2 – Fréquence des termes «guerre» et «neutralité» dans les archives des deux journaux

La figure 2 met en parallèle la fréquence d’usage des termes « guerre » et « neutralité » de 1798 à 1998. Ce qui me frappe est la corrélation entre les deux, qui me semble devenir plus forte à partir de 1848. Dans la figure 3, où reste seul le terme «neutralité», on peut un peu affiner l’analyse. Ce qui est alors marquant est d’une part le grand pic de 1848 (qui correspond à la confirmation de la neutralité suisse au moment de la mise en place de la nouvelle Constitution) mais aussi les deux pics correspondant aux deux conflits mondiaux.

Figure 3 - Fréquence d'utilisation du terme «neutralité» dans les deux journaux

Figure 3 – Fréquence d’utilisation du terme «neutralité» dans les deux journaux

Dans les deux cas, il semblerait que l’on parle beaucoup de «neutralité» au début du conflit, puis à sa sortie pour la Première Guerre mondiale, et au début, à la fin et après la sortie de guerre pour le second conflit mondial. Dans le deuxième cas, les Alliés ont fortement remis en cause – parfois à juste titre dans le cas de l’activité bancaire – l’exercice de la neutralité suisse après 1940.

La Première Guerre mondiale

Fréquence des noms de bataille dans les deux journaux.

Figure 4 – Fréquence des noms de bataille dans les deux journaux.

J’ai rapidement essayé de regarder la fréquence d’usage des noms des grandes batailles. Rien de vraiment original n’en ressort, on constate simplement l’importance des grandes batailles de 1916 et de l’année 1918. Je n’ai que rapidement regardé si les batailles sur le front Est étaient aussi présentes dans cette base, mais celle de Tannenberg est nettement moins présente que celle de la Marne.

J’ai ensuite essayé de «mesurer» (gare à la quantophrénie) l’activité de la Croix-Rouge (Figure 5), institution devenue très importante pendant les conflits, parfois sur le champ de bataille même.

Fréquence d'usage des termes «croix» et «rouge» dans la Gazette de Lausanne et le Journal de Genève

Figure 5 – Fréquence d’usage des termes «croix» et «rouge» dans la Gazette de Lausanne et le Journal de Genève

Nous touchons ici une des limites du site: en effet, je ne peux qu’obtenir un graphe de la fréquence de mots seuls et non d’expressions (du moins c’est l’impression que j’en ai). Ce n’est pas un détail: cette limite m’a poussé à faire quelque chose de plus général sur les guerres des deux derniers siècles et de moins centré sur la Première Guerre mondiale que je ne le souhaitais. Ça a été d’une certaine manière fécond, mais cela change les questions de recherche qui peuvent trouver une réponse avec cette base.

Figure 6 - Les prisonniers dans la base de données

Figure 6 – Les prisonniers dans la base de données

La figure 5 nous permet de constater une utilisation tendanciel-lement plus importante des deux termes à partir des années 1860, lors de la fondation de la Croix Rouge. Cette utilisation culmine pendant les deux guerres mondiales. La figure 6 montre aussi l’importance que les problématiques liées aux prisonniers de guerre prennent pendant la Grande Guerre pour la Suisse.

Mémoire du premier conflit mondial

Figure 7 - Fréquence d'utilisation de noms liés à la Première Guerre mondiale après 1950

Figure 7 – Fréquence d’utilisation de noms liés à la Première Guerre mondiale après 1946

Il n’est pas évident de capturer avec ce simple NGram les traces de mémoire du premier conflit mondial, en raison de la limitation évoquée plus haut. Pour avoir une idée de cette mémoire, j’ai comparé la fréquence de noms de personnalités françaises liées à la Grande Guerre après 1945. Si Philippe Pétain est présent dans la base après 1945, c’est en raison de son procès puis de son décès en 1951. Ce que montre la figure 7, c’est essentiellement un léger pic en 1964, pour les 50 ans du déclenchement de la Première Guerre mondiale, un second (les deux cas autour de la personnalité de Foch) en 1968 pour le cinquantenaire de la sortie de guerre. Le Centenaire est-il aujourd’hui plus présent?

Remarques méthodologiques

Ce court billet a pour but de montrer les usages simples et assez rapides d’une base de données, qui précèdent des usages plus complexes et plus longs (notamment la constitution d’un corpus de recherche et son analyse) et les préparent. Il y a toutefois des remarques méthodologiques qui me semblent importantes à souligner, même si elles sembleront évidentes à de nombreux historiens:

  • La fonctionnalité façonne la recherche. Ici, les limitations du viewer Ngram m’ont forcé à faire quelque chose de plus large que ce que je souhaitais faire. L’affichage par année est aussi problématique (j’aurais préféré au mois et à la semaine pour 1916, par exemple).
  • L’époque façonne la recherche. Il y a un cas ici très classique et très important à souligner: les mots clés que j’utilise sont stratégiques. Souvent, il faut se remettre – c’est le travail classique de l’historien – dans la peau des journalistes de l’époque. «Grande Guerre» et «Première Guerre mondiale» ne sont pas équivalents: la première devient la seconde à partir de 1939, comme le montre un autre NGram Viewer. Cette problématique se posait déjà dans les centres d’archives, elle devient capitale à l’ère des grands ensembles de données sur le passé;
  • Il faut s’interroger sur les absences, et donc avoir une solide culture générale historique pour être capable d’exploiter ces bases de données d’une part; alterner lecture distante (l’usage ici du ngram) et lecture proche (aller fouiller dans les articles ressortant de la recherche) d’autre part. En me demandant pourquoi le Rwanda ne ressortait pas en 1994-1995, j’ai fait une recherche sur des mots-clés différents et constaté que la bonne recherche était «génocide»;
  • Il faut se méfier des «grands» événements qui masquent les plus «petits». La première guerre du Golfe de 1990-1991 masque de nombreux articles sur la guerre en ex-Yougoslavie (1991-1999) qui commence à la même période (mais couve depuis 1988-1989).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *