Présentation: «Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’historien.ne»

J’ai été invité par Léda Mansour et Nicolas Hubé (que je remercie chaudement) à intervenir dans leur séminaire «Analyse du Web». Je suis intervenu sur Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’Historien.ne, en prenant comme exemple, bien entendu, mes travaux autour de la Grande Guerre sur Twitter.

J’ai pour la première fois parlé d’un thème, de manière encore imprécise: les sources nées numériques engendreront-elles une histoire PAR la machine? J’entends ici «machine» dans un sens encore trop général qui devra être précisé. Il s’agit par exemple de se demander comment distinguer ce qui est le produit de bots (les comptes automatisés sur Twitter par exemple, mais il en existe bien d’autres), qui vraisemblablement deviendront de plus en plus élaborés et s’éloigneront de plus en plus de leurs « créateurs » humains, notamment en faisant, tôt ou tard, appel à des algorithmes d’apprentissage des domaines du machine learning ou du deep learning par exemple.

On peut aller un peu plus loin, en généralisant au Web et pas uniquement aux réseaux sociaux  numériques: une page web aujourd’hui peut avoir 90% de son code engendré par un serveur (une machine) à destination d’un client ou d’un autre serveur (donc d’une autre machine). Cela signifie qu’une part très importante, probablement majoritaire, du **texte** qui est publié sur le web (si l’on considère que le code est du texte, ce qui peut-être contesté notamment quand il est compilé) est d’abord destiné à la machine et écrit par la machine. Donc non seulement, ces sources primaires s’éloignent de l’humain, mais il faudrait aussi, en toute théorie en écrire l’histoire, l’histoire du texte de machine à machine.

Sera en conséquence (est déjà?) d’autant plus important l’effort à mener par les historien.ne.s pour comprendre la nature de leurs sources primaires, pour ouvrir la «boîte noire» que sont (pour les historien.ne.s, qui ne seront jamais tou.te.s des informaticien.ne.s) les logiciels qui auront permis d’élaborer ces traces du passé nées numériques.

Ceci est encore mal formulé et probablement hautement critiquable.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *