Le temps, l’historien et l’informaticien – pensées éparses (2)

Dans un article de 20031, Robert Frank tente de cerner l’apport des historiens à l’étude plus générale des relations internationales. Le coeur de son raisonnement touche à la grande spécificité de l’histoire par rapport aux autres sciences humaines et sociales: le temps. Le temps – peut être plutôt les traces du passé – est le point de vue, le centre de notre science.

Prenons un simple exemple. Quand commence le XXe siècle? Techniquement, en 1901. Il s’achève en 2000. En fonction de ce que nous étudions et de ce que nous recherchons, nous choisirons cependant d’autres dates pour commencer ce siècle. Chez Hobsbawm, ce siècle des extrêmes est un petit XXe siècle, allant de 1914 à 19912. En histoire économique, d’autres dates peuvent être choisies. Ainsi, la production d’acier nous incite à nous arrêter sur l’année 1890: les États-Unis, pour la première fois, produisirent plus d’acier que le Royaume Uni. Dans mon petit monde qui touche aux banques centrales et à leurs gouverneurs, le début des années 1920 est déterminant: les banquiers centraux commencent alors, sous la direction de l’Anglais Montagu Norman, à élaborer une doctrine du central banking, rendue nécessaire par la masse inédite d’endettement international provoqué par la Grande Guerre3.

Mais la complexité du temps va au-delà du simple choix des césures chronologiques. L’écoles des Annales – et tout particulièrement Fernand Braudel et sa Méditerranée4 – a introduit la notion de temps long, l’une des trois échelles du temps5. Les grandes évolutions, mais aussi constantes, de l’histoire humaine ne sont saisissables que par cette notion. Ainsi, en dehors de l’école des Annales, Jean-Baptiste Duroselle a-t-il voulu écrire l’histoire de long terme de l’Europe et, surtout, de ses peuples6. Cet ouvrage permet de saisir la très lente émergence de la notion des droits humains, de la Magna Charta de 1215, à la convention européenne des Droits de l’Homme de 1950, en passant par l’Habeas Corpus et par la Déclaration de 1789.

Il reste souvent pertinent, toutefois, de se pencher parfois sur le temps court – voire très court. L’un de mes souvenirs les plus frappants de mes années d’étudiants à l’IEP de Strasbourg est une séance de TD d’histoire des relations internationales portant sur le déclenchement de la Grande Guerre. Ici, s’attarder sur les entrées en guerre d’août 1914, aller dans le détail de la chronologie au jour près, à l’heure près, permet tout particulièrement de comprendre pourquoi la Grande Bretagne est entrée en guerre, changeant radicalement les rapports de force en présence.

Enfin – et ceci nous est rappelé par ceux qui étudient d’autres civilisations que l’Européenne mais également par l’histoire religieuse et l’histoire rurale – le temps n’est pas toujours linéaire. Peut être même ne l’est-il jamais. La vie d’un paysan chrétien – et d’un chrétien de manière générale – est rythmée par plusieurs cycles. Le cycle quotidien est celui des heures sonnées par le clocher de l’Église7. Le cycle hebdomadaire est ponctué par le dimanche. Le cycle annuel est marqué par les grandes fêtes chrétiennes. Les quatre testaments – lus à l’église chacun à leur tour au rythme d’un par an – marquent encore un cycle plus long. Et je ne crois pas que cette liste soit exhaustive.

Il est probable que l’on pourrait détailler bien plus avant ce qu’est le temps, notamment en évoquant le rapport entre passé, présent et futur. L’objectif de ce billet n’est pas d’être complet, mais de montrer en quoi ces quelques considérations sur le temps – banalités pour tout historien – sont difficiles à saisir par ceux qui ne sont pas constamment plongés dans le passé et n’ont pas fait de l’histoire leur «métier». Le temps n’est pas chose simple. Mon expérience, de ce point de vue, a souvent été décourageante. Ceci se reflète notamment lors de discussions avec des chercheurs en sciences de l’informatique.

Comme toutes les «sciences dures» – j’utilise ici ce terme malheureux en opposition aux sciences humaines et sociales – il arrive que les sciences informatiques touchent à des questions essentielles qui concernent les SHS, en particulier la philosophie. Mais, pour avancer, les chercheurs en sciences informatiques ont besoin, parfois, de donner une réponse concrète à ces questions. Elles empruntent parfois un champ lexical provenant de la philosophie – c’est ainsi que l’on parle d’ontologie et de web sémantique – tout en donnant à ces termes des sens finalement très concrets.

Dans ces cas là, un échange avec des chercheurs en sciences de l’informatique mène souvent à des récriminations de leur part: force est de constater que nous sommes, non pas compliqués, mais complexes. Que nos recherches sont parfois difficiles à appréhender. Comment intégrer dans un algorithme des temps multiples, malléables en fonction du sujet de recherche de l’historien? Pour ma part, ma réponse est assez simple: en laissant l’utilisateur décider, en lui donnant le pouvoir de créer son / ses propres temps.

L’exemple du temps montre à quel point, lors de projets mêlant historiens (et plus généralement chercheurs en sciences humaines) et informaticiens, un dialogue constant est important, pour dégager les meilleurs moyens de répondre aux besoins des historiens. Mais ce dialogue nécessite l’acquisition d’un vocabulaire commun, notamment par l’intervention d’intermédiaires et, notamment, des historiens-développeurs.

  1. Frank, Robert. « Penser historiquement les relations internationales ». AFRI IV (2003): 42‑65. Print. []
  2. Hobsbawm, Eric J. L’age des extrêmes Histoire du court XXe siècle. Complexe, Le Monde Diplomatique, 1999. Print. []
  3. Je vous renvoie honteusement au numéro de Histoire, Économie & Société que j’ai coordonné avec Olivier Feiertag et qui sortira sous peu: Clavert, Frédéric, et Olivier Feiertag. Les banquiers centraux dans la construction européenne. 2011. Print. Histoire, Économie & Société 2011/4. []
  4. Braudel, Fernand. La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. Paris: Colin, 1949. Print. []
  5. « “La méditerrannée et le monde méditerranéen” de Fernand Braudel ». Le Webzine de l’Histoire 7 juill. 2007. []
  6. Duroselle, Jean-Baptiste. L’Europe : histoire de ses peuples. [Paris]: Perrin, 1990. Print. []
  7. Corbin, Alain. Les cloches de la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle. Paris: A. Michel, 1994. Print. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

7 réflexions au sujet de « Le temps, l’historien et l’informaticien – pensées éparses (2) »

  1. elifsu

    Billet très intéressant même pour une non-historienne qui re-découvre le problème de date de départ des siècles : le 19e commence donc, pour certains auteurs, en 1814. Mais plus tôt ou plus tard pour d’autres. Passionnant (ok, j’aime les controverses, aussi) !

    Répondre
  2. Ping : Le temps, l’historien et l’informaticien – pensées éparses (2) | Bloghistosphère | Scoop.it

  3. Emilien

    Merci pour ce nouveau billet très intéressant. L’une des difficultés auxquelles nous sommes confrontés dans les dialogues interdisciplinaires (ou dans les discussions avec ceux pour qui les sciences humaines sont une autre planète) est d’arriver à expliquer la spécificité de l’histoire par rapport aux autres SHS. Qu’apportons-nous de différent. Je n’ai pas de réponse définitive mais il me semble que comme tu le montres ici le souci constant d’une prise en considération des enchevêtrement de temporalités, de la complexité du temps, est bien celle qui fonde l’une des principales spécificités de l’histoire comme “science”.

    En revanche, je ne suis probablement pas assez engagé dans des discussions avec des informaticiens pour identifier les problèmes que cela pose par rapport aux échanges avec ces dernier.

    Je partage, enfin, tout à fait ta vision de la nécessité de l’existence d’historiens-développeurs vus comme les intermédiaires entre les historiens-utilisateurs et les informaticiens. Il me semble que cela permet de réinterpréter un peu les conclusions de ton billet sur le code et l’historien contemporanéiste. De ce point de vue, la “question de survie de la discipline” est non celle d’une généralisation de l’apprentissage du code, mais celle de la formation de quelques courroies de transmission entre l’essentiel des historiens (utilisateurs) et les informaticiens (si je ne sur-interprète pas trop ton propos). Dans un tel cadre “l’essentiel des historiens” devra aussi apprendre à définir correctement ses besoins, à réellement se percevoir comme des utilisateurs et non comme des consommateurs “passifs”.

    Répondre
  4. Dr_Mellifluus

    Aaahh, les problèmes de temps, de chronologie, de limites chronologiques et de temporalité – demi-heure régulière de chacune de mes premières séances de Proseminare à chaque semestre il y a peu et rude expérience de la difficulté à transmettre :-D.

    En revanche, je ne sais pas si cela veut dire que les historiens sont “complexes”, du moins, pas dans ces dimensions. Ça veut juste dire qu’il y a des choses sur lesquelles on ne se fait pas spontanément d’idées quand on n’est pas plongé dedans. Assez souvent, on arrive à faire comprendre la chose (le problème étant surtout à mon avis de trouver un bon angle d’attaque, mais là, c’est vrai que c’est pas toujours simple). Par contre, c’est vrai que cela peut mener à une situation finale complexe à appréhender, exemple au hasard : les limites chronologiques du Moyen Âge.

    J’ai du mal à voir concrètement à quel genre de problème tu fais allusion dans tes rapports avec les “autres”. D’après mon expérience dans d’autre domaines, je me demande s’il ne peut pas être à l’occasion meilleur d’en rabattre un peu (si c’est possible) sur certaines finesses et d’accepter ici ou là un gauchissement de nos catégories pour le plus grand bonheur du projet. La question du temps me faisait penser à sa gestion en bibliothéconomie, et là, je pense franchement que la trop grande prise en compte des finesses des catégories historiennes a pu nuire à l’objectif final.

    Effectivement, cela plaide pour l’existence d’historiens-développeurs, mais à mon sens, pas exclusive – j’ai eu des débats animés et fort intéressants à ce sujet à Naples, récemment.

    Répondre
    1. inactinique Auteur de l’article

      Je me suis heurté souvent à une incompréhension manifeste – mais je suis peut-être inaccessible quand je parle d’histoire. Cela plaide en fait pour deux choses: des historiens-développeurs, des historiens qui se placent vraiment dans la catégorie “utilisateurs”, c’est-à-dire qui définissent leurs besoins et qui se laissent ausculter sans en prendre ombrage (les historiens n’aiment pas toujours être le sujet d’une étude, ça peut froisser leur susceptibilité).
      Si tu peux nous faire part de tes débats animés…

      Répondre
      1. Dr_Mellifluus

        D’accord avec tes deux points, en y ajoutant peut-être un troisième : cela plaide aussi pour des partenaires (informatiques ou autres) près à se laisser expliquer telle ou telle chose. Parce qu’au bout d’un moment, “c’est tout votre faute à être compliqués” (tant chez les uns que chez les autres), ça ne suffit plus comme base de dialogue – implique évidemment de l’autre côté une disponibilité à expliquer et à rabattre de ses exigences le cas échéant. Tout ça peut être long et difficile et aboutir au final à des résultats très très intéressants – j’ai en tête le projet ANR Graphem auquel ont participé des collègues à moi, dans le domaine des écritures et de leur analyse.

        Discussion à Naples (je résume) :

        - jeune historien développeur et enthousiaste (en plus d’être véritablement très brillant) soutient que tous les historiens devraient développer/programmer.

        - historien bien moins jeune – moi :-( – fait remarquer que cela lui semble pratiquement difficile à obtenir et peu souhaitable au fond, ne serait-ce que parce que ce n’est pas forcément une bonne idée de vouloir niveler les profils scientifiques ; ressort sa vieille lune de tout ce dont il a entendu qu’absolument tous les historiens (contexte médiéviste) devaient le faire sans exception : pratique de l’allemand, de l’italien, de l’anglais, de l’archéologie, de la statistique, de la sémantique, des sciences sociales (bizarrement souvent considérées comme un bloc), sans compter les sciences auxiliaires classiques, la bibliothéconomie, l’archivistique… Je pense que tout en même temps pour tout le monde au même niveau, ça ne marche pas.

        - jeune historien répond que certes, mais que l’outil est indispensable et qu’il faut maîtriser ses outils, évoque des problèmes fondamentalement assez proches de ceux dont tu parles dans ton billet, et pense qu’investir “un peu” de temps permettra un énorme gain dans le long terme.

        - développeur à formation aussi historienne lui répond que le problème, c’est entre autres qu’avec l’évolution très rapides des domaines concernés, l’investissement ne tiendra pas plus de cinq, allez, peut-être 10 ans. Evoque tel ou tel outil développé en franc-tireur par des collègues il y a une dizaine ou une quinzaine d’années, qui posent maintenant de sérieux problèmes de viabilité. Est appuyé par développeur spécialisé dans les applications linguistiques, font remarquer en choeur que jeune historien est personnellement très doué et habitué, mais que tout le monde n’a pas son background personnel (apparemment très favorable, mais là, je n’en sais pas plus).

        - conclusion, à mon sens, à peu près identique à celle de ton billet. Je pense que la plupart des participants à la discussion schématisée ci-dessus (en fait, on était plus et ça a duré plus longtemps) en est arrivée à peu près au même point, évidemment avec des divergences sur le nombre des gens concernés, les constellations à établir, etc.

        Répondre
        1. Dr_Mellifluus

          En relisant mon message, je m’aperçois qu’il doit y avoir à ce que je n’aie cité ni la dactylographie ni la correction des textes au nombre des compétences indispensables…

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">