Cinq ans et quelques mois

Lundi prochain, le 8 juillet 2013, je rejoindrai officiellement le LabEx Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe (EHNE) en tant qu’ingénieur de recherche. Parmi les projets particulièrement motivants de ce LabEx figure la mise en place d’une encyclopédie en ligne sur l’histoire de l’Europe. Mon rôle sera de concevoir le système de gestion de cette encyclopédie. Un rôle technique et de communication mais, qui, selon moi, nécessite des qualités de chercheur pour le remplir à plein. Car ce l’intérêt de ce LabEx réside d’abord dans son projet scientifique: réunir deux historiographies, celle de l’histoire de l’Europe en général et celle de l’histoire de l’intégration européenne, afin de pouvoir participer aux grands débats de notre temps. Pour moi, alors que notre discipline est souvent prétexte à conservatisme, la science historique est d’abord une interrogation sur notre temps, notre présent, parfois notre futur.

En conséquence, je ne travaille plus au Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE, Luxembourg). J’ai rejoins le CVCE il y a cinq ans et quelques mois. J’avais très certainement des prédispositions aux Humanités numériques1, mais j’en ignorais tout. Recruté pour mener des interviews d’acteurs et témoins français de la construction européenne, je me suis vite tourné vers les Humanités numériques avec la chance de pouvoir assister aux conférences Digital Humanities 2008  (Oulu), 2009 (Maryland) et 2012 (Hambourg) ainsi qu’un mémorable et très intéressant premier THATCamp, à la maison mère des THATCamp, le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason2.

L’opportunité d’organiser un colloque sur l’histoire contemporaine à l’ère numérique (dont les actes seront bientôt disponibles) puis sur le web comme source pour l’histoire, ainsi que la participation à l’organisation de plusieurs THATCamp (Paris, Florence, Luxembourg/Tèves), m’ont appris énormément, que ce soit sur l’organisation d’un colloque, sur la forme qu’ils peuvent prendre pour les rendre dynamiques ou, surtout, sur le contenu. Ces cinq ans d’Humanités numériques ont aussi été l’occasion de nombreuses rencontres, réellement interdisciplinaires, que ce soit en philologie allemande, en langues et littératures anciennes, en théologie, en sciences de l’information, en littérature anglaise, en biologie (oui!), dans le monde de l’édition ou dans des domaines de l’histoire qui ne sont pas (tout-à-fait) les miens3. J’ai tissé des liens avec des techniciens, que je rejoins aujourd’hui, avec enthousiasme: je ne suis qu’un historien, et c’est aussi pour ça que je suis un technicien. Cette réelle interdisciplinarité est une marque des Humanités numériques, déjà rappelée dans le Manifeste que nous avons collectivement écrit en 2010.

Je n’ai pour autant pas abandonné l’histoire économique, qui m’a aussi permis de belles rencontres, ni l’histoire des relations internationales et l’histoire de l’intégration européenne, les trois historiographies qui ont le plus imprégné mes études et mes travaux.

Cette expérience, cette spécialisation vers le numérique, ces rencontres4 ont fait évoluer de manière majeure ma vision des sciences historiques. Je suis rentré dans un nouveau monde, qui contient en germe la possibilité d’un renouvellement incroyable de l’histoire de l’Europe (et de l’histoire tout court), mais contient aussi le risque de se noyer sous des nouvelles technologies peu maîtrisées par les historiens. En participant à ce LabEx, en mettant à son service des savoir-faire approfondis soit dans le cadre des mes fonctions au CVCE, soit en parallèle, j’espère continuer à travailler avec mes collègues des Humanités numériques5, participer aux historiographies dont je suis redevable, mais aussi à accroître la digital literacy de mes collègues historiens.

  1. Pendant ma thèse, j’avais développé mon propre système de gestion de ma base de données bibliographiques. Une catastrophe… []
  2. Les développeurs de Zotero []
  3. La Boîte à outils, a notebook, enklask, Pegasus Data, The quitessence of Ham, Digital and Public history – cette liste n’est pas exhaustive []
  4. D’avance pardon à tous ceux que je n’ai pas cité. []
  5. Ce qui ne fait pas de doutes []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.