Camera obscurans

La « camera obscura » – la chambre noire – est un outil d’optique, permettant de projeter une image en deux dimensions, souvent proche de la vision humaine. Par extension, elle est devenue synonyme de l’atelier du photographe((En photographie argentique, les photographes utilisent couramment deux types de chambre noire: celle de leur appareil photo et celle de leur atelier (l’agrandisseur).)), même si elle a existé avant la création de la photographie. A partir d’une génération de photographes (Cartier-Bresson, Doisneau…) – celle des premiers Leica -, elle est devenue un outil central du travail du photographe. Mais, cette même génération a aussi essayé de cacher ce rôle central. Cartier-Bresson, tout particulièrement, a toujours refusé d’expliquer comment il y pratiquait son travail1.

Par analogie, qu’est-ce que la camera obscura des historiens? Pendant longtemps, il y a eu deux phases, parfois parallèles, parfois nettement séparées, dans le travail de l’historien. Une phase privée, où le chercheur élabore ses hypothèses, se rend en centre d’archives, écrit. Puis, une phase publique, lors de la publication d’un article, d’un livre, défendu ensuite dans les conférences scientifiques, plus rarement via des canaux à audience plus large.

Cette camera obscura s’éclaircit avec le numérique. La distinction entre cette phase publique et cette phase privée devient de plus en plus floue. Avec les carnets de recherche, l’atelier de l’historien s’ouvre. Nous exposons notre travail, nos méthodes, nos hypothèses directement, sans attendre la publication de la recherche en cours ou d’une étude épistémologique ou historiographique. Avec les archives ouvertes, de plus en plus, nous publions nos ouvrages / articles dans des formes antérieures à la procédure de peer review classique de la publication scientifique.

Mais le numérique assombrit aussi la chambre noire de l’historien, tout en la déplaçant ailleurs. Un article récent relate une recherche sur les usages des chercheurs en sciences humaines et sociales sur le web2. Le grand résultat de cette enquête montre que nous utilisons en premier lieu JSTOR et le moteur de recherche de Google, et non les outils qui ont été construits pour nous, y compris ceux de Google, comme Scholar.

En quoi ceci pose-t-il problème? Google est une boîte noire. L’algorithme de recherche, celui qui expose les résultats d’une recherche, est tenu secret. Certains dénombrent 200 variables qui jouent dans ce qui va définir la pertinence des résultats de votre recherche. En outre, progressivement, Google rajoute une dose d’intelligence artificielle, lui permettant de mieux cibler les résultats en fonction de vos recherches précédentes et donc de ce qui est supposé être vos centres d’intérêts. Enfin, la pertinence des résultats sera différente en fonction du pays dont vient la requête.

En clair, si vous faites une recherche sur google avec les mêmes mots-clés en France ou aux Etats-Unis, la page de résultats ne sera pas la même. En conséquence, un chercheur états-unien et un chercheur français n’auront pas les mêmes sources s’ils se fondent principalement sur google.

Ceci introduit un biais dans la recherche en sciences humaines et sociales dont on ignore l’ampleur. Cette problématique rejoint également l’alphabétisation numérique des acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur. Utiliser Google Ngrams plutôt que Frantext n’est pas un choix neutre. Encore faut-il savoir que Frantext existe. Encore faut-il que les outils soient élaborés. Google est souvent le miroir de nos faiblesses: il n’existait pas d’outils équivalent à Scholar (en fait si, mais pas accessible gratuitement) avant la mise en route du moteur de recherche Isidore dont on connaît le fonctionnement (mais qui reste centré sur des ressources françaises).

Le fait que nous utilisions principalement Google introduit un autre biais, qui n’est pas dans la recherche elle-même, mais dans la politique éditoriale des publications scientifiques. Sur ses pages de résultats, Google présente les 70 premiers caractères des titres, les 165 premiers des résumés sur un ordinateur, moins sur des interfaces mobiles. Mieux vaut alors façonner ses titres et résumés en fonction de critères dictés par cette entreprise, tout simplement pour être lu. Le robot du moteur de recherche indexe aussi l’ensemble du contenu des pages web. Pour être bien « classé » par google, il faut donc aussi qu’il y ait une forte cohérence entre le titre, le résumé, le texte et un certain nombre de balises décrivant d’éventuelles illustrations. Enfin, depuis les débuts de google, le PageRank, qui évalue la pertinence d’une page en fonction de liens (et de la qualité de ces liens) qui pointent vers elle, incite à tisser un réseau de citations via les hyperliens. Ainsi, toute une partie de la politique éditoriale des publications scientifiques (et des autres) nous est de fait imposée.

Nos moeurs, nos habitudes de chercheur évoluent en fonction de Google. Et nous n’en avons que faiblement conscience. L’atelier de l’historien devient moins compréhensible pour l’historien lui-même. Il s’obscurcit.

  1. Note aux historiens de la photographie: n’hésitez pas à me corriger si vous pensez que je fais une erreur – j’écris à partir de mes souvenirs. []
  2. Kemman, Max, Martijn Kleppe, and Stef Scagliola. Just Google It – Digital Research Practices of Humanities Scholars. 2013. Web. 26 Sept. 2013. []

3 réflexions au sujet de « Camera obscurans »

  1. Ping : Les réseaux sociaux pour chercheurs: une illusion? | GPDH

  2. Ping : Les biais de la mise en données de l’histoire: lecture d’une article de Ian Milligan | Frédéric Clavert

  3. Ping : Les réseaux sociaux pour chercheurs: une illusion? | Frédéric Clavert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *