J’ai testé un MOOC pour vous

MOOC - Massive Open Online Course logo

By Elliot Lepers / CC-BY-SA-3.0, via Wikimedia Commons


En octobre dernier, la France a lancé une plateforme “France Université Numérique” (FUN – acronyme dont beaucoup n’ont pas fini de se moquer). D’après les résultats les plus récents, 200 000 personnes s’y sont inscrites depuis. Une série de cours a commencé dès le 15 janvier dernier et s’est poursuivie sur cinq semaines. Pour ceux qui sont allés jusqu’au bout, c’est-à-dire ceux qui ont fait leurs exercices toutes les semaines et/ou ont rendu un exercice final (pour celui que j’ai fait), les cours et le rendu des exercices viennent de se terminer.

Qu’est-ce qu’un MOOC1?

Si vous vivez sur Mars, vous n’avez peut-être pas entendu parler des MOOCs. Les MOOCs (Massive Open Online Courses / Cours en ligne ouverts et massifs) sont des formations à distance gratuites et ouvertes à tous – de niveau universitaire dans le cas abordé ici. Le principe trouve son origine aux États-Unis, lorsque des universités comme le MIT ou Stanford ont commencé à publier en ligne cours, examens, devoirs, prises de note des étudiants… Devant le succès de ces mises en ligne, plusieurs plateformes nord-américaines ont émergé, regroupant ces cours: Coursera, Udacity et edX.

Aujourd’hui, un ensemble de questions se pose à leur sujet: leur modèle économique est-il viable? Quelle pédagogie pour quels étudiants? Vont-ils entraîner une standardisation de l’apprentissage, découlant d’une forme d’impérialisme des universités les mieux cotées (et pour l’essentiel anglo-saxonnes)?

Un modèle économique incertain

Un MOOC prend beaucoup de temps: pour sa préparation (l’équipe d’enseignement, l’équipe technique, l’entretien de la plateforme et des serveurs), pour l’encadrement des étudiants (l’équipe pédagogique) au fil du cours, pour la correction des examens, etc. En conséquence de quoi, il coûte cher. Pour quel revenu? Quelques pistes peuvent être évoquées2, notamment des modèles freemium (le contenu et les services de base gratuits, des services plus élaborés – une entreprise qui louerai un espace ou des services pédagogiques spécifiques, par exemple – payants). Une autre piste de financement me semble plus inquiétante: l’utilisation des données engendrées par la participation des inscrits à un cours à des fins commerciales3. En d’autres termes, le Big Data adapté à l’enseignement supérieur, ce qui nous amène à un autre élément: quelle pédagogie pour les MOOCs?

MOOCs partout, pédagogie nulle part?

Car les premières investigations faites sur ces données montrent d’abord des éléments très embarrassants pour les MOOCs4. Non seulement les taux d’abandon sont très importants – quoi qu’ambigus à interpréter5 – mais trop d’implication de l’équipe pédagogique empirerait les choses. Le modèle pédagogique des MOOCs est ainsi tout-à-fait… absent.

D’autres pensent qu’il y a une différence de qualité importante entre les MOOCs et les enseignements dans les universités. Ces dernières pourraient valoriser des matières nécessitant plus de réflexion. Mais les universités valorisent-elles réellement ce type d’enseignements? Ce n’est pas l’avis de Richard Landers:

So to summarize, right now, MOOCs are a perfectly capable medium to provide instruction on knowledge that is relatively stable, with clear “correct” answers. For example, a MOOC environment would be an efficient way to teach the solving of algebraic problems in College Algebra, but a MOOC would be less useful to instill a deeper sense of the relationships between numbers. Most college-level courses have the potential for such critical thinking content, but not all instructors choose to develop these skills.6

Se poser la question de la pédagogie des MOOCs, cela revient également à se demander qui y participe. La plupart des participants à ces cours sont d’abord des jeunes hommes blancs surdiplomés… – même si ce portrait-robot doit être fortement nuancé en fonction des sujets du cours7. Les MOOCs sont élitistes.

Standardisation des enseignements et impérialisme anglo-saxon

L’université d’Antioch (Ohio, États-Unis) a annoncé qu’elle accorderait des crédits pour la participation à des cours sur Coursera8, l’une des grande plateforme de MOOCs. Ce type d’annonce inquiète, pour deux raisons: la suppression de postes dans les “petites” universités (et, clairement, d’abord en sciences humaines et sociales, toujours vues comme moins “utiles”) se conjugue au risque de standardisation de l’enseignement. Cette standardisation est très problématique pour les sciences humaines et sociales9, où un seul sujet peut faire l’objet de recherches très différentes en fonction des disciplines, des écoles, des hypothèses de départ. Un historien des relations internationales n’interprète pas le déclenchement de la Première Guerre mondiale – par exemple – de la même manière qu’un spécialiste d’histoire sociale. Les deux approches ne sont pas nécessairement contradictoires – la plupart du temps, elles seront même complémentaires. Mais si l’on supprime des postes par l’intégration de MOOCs d’autres universités dans un cursus, on diminue aussi la recherche, donc on risque de faire disparaître certaines de ces approches qui font la variété et la richesse des sciences et qui, surtout, les font avancer.

Il est cependant aujourd’hui difficile de savoir si cette standardisation des enseignements, de la recherche et des cursus arrivera effectivement. En effet, la qualité d’un diplôme, particulièrement aux États-Unis, dépend du taux d’embauche des étudiants une fois leur cursus achevé. Or, les entreprises feront-elles confiance à des diplômes intégrant des crédits attribués par la participation à des MOOCs? Rien n’est moins sûr.

Cette standardisation attise une autre crainte: les MOOCs ne sont-ils pas une marque du soft-power (une manière de parler d’impérialisme non guerrier) des États-Unis? De nombreux articles – en faveur ou non des MOOCs – sont fondés sur cette crainte:

Un autre signe de ce risque (ou de cette peur) d’impérialisme est le champ lexical utilisé en France par les partisans des MOOCs: le “retard”, le phénomène “inévitable”… Et il est clair que, dans beaucoup d’articles que l’on peut trouver sur les MOOCs, les thèmes de l’influence, du rayonnement des universités et de leur pays sont très présents.

Mon expérience

Je trouvais mon niveau en statistiques un peu faible. Souhaitant tester avant d’écrire quoi que ce soit sur les MOOCs, j’ai voulu au moins tenter d’en compléter un. J’ai donc choisi celui enseigné par Avner Bar-Hen (Paris-Descartes) sur les Fondamentaux en statistiques.

L’expérience a été plutôt éprouvante: si un MOOC est pris au sérieux, c’est beaucoup de travail, surtout s’il s’ajoute à une activité professionnelle déjà dense. C’est une activité qui se fait le soir, en dehors des plages d’activités professionnelles, souvent sur les heures de la vie de famille.

Du coup, faute de temps, je n’ai pu jouer le jeu pleinement, bien qu’ayant fait et rendu régulièrement et sérieusement les exercices – sans savoir, pour le moment, si j’aurai le “certificat”, qui restera de toutes les manières tout-à-fait symbolique, personne ne pouvant garantir que j’étais bien celui qui rendait mes exercices. Et si j’ai bien fait mes exercices, j’ai régulièrement demandé de l’aide10.

Malgré ceci, je dois avouer que je me suis pris au jeu. Une série de cours totalisant 45 minutes par semaine, entrecoupés de quizz et se terminant par un exercice qui était annoncé de deux heures (souvent nettement plus, car obligeant à revoir les cours): voilà quelle était une semaine de cours. Une fois l’exercice rendu, sur la plateforme moodle de Sorbonne Paris Cité, on pouvait également évaluer les exercices rendus par les autres. Je n’ai pu faire cette partie, avec regrets, car elle aurait été très formatrice – c’est sur ce point que je n’ai pu jouer le jeu jusqu’au bout.

Le professeur Avner Bar-Hen et son équipe se sont montrés très disponibles, sur le wiki et les forums associés au cours. Si les cours en vidéos n’ont pas évoluées (probablement car enregistrées dès le départ), il s’est adapté de manière assez remarquable sur bon nombre d’autres éléments: il a pris l’habitude de publier ses notes de cours et un exercice type, a répondu aux questions posées par les inscrits. L’entraide entre inscrits, même si je l’ai peu sollicitée, semble avoir bien marché. La plateforme FUN, dérivée d’edX, a connu des bugs au début, mais a semblé finalement assez robuste.

Se pose maintenant la question de la cohérence de cette expérience avec la présentation générale des critiques adressées aux MOOCs que j’ai décrites plus haut. Sur la partie “pédagogie”, cette expérience m’a plutôt fait changer d’avis: une équipe pédagogique qui se plie à l’exercice et s’implique dans son MOOC peut obtenir un vrai résultat (en tout cas à mon niveau). Mais cela pose, du coup, l’équilibre entre l’effort investi dans les MOOCs et qui aboutit à la délivrance de certificats qui sont symboliques et celui à fournir pour les formations diplômantes “classiques” délivrées par les universités. N’y a-t-il par risque que les premières détournent des ressources des secondes, avec, dans ce cas, la possible dégradation des conditions d’enseignement à l’Université? Il me semble que c’est une vraie question, qui doit être posée et je crois que la réponse ne sera pas agréable à entendre pour les partisans des MOOCs.

Il n’y a aucun doute sur un point: je ressors meilleur historien, en l’occurrence, après ce cours sur les statistiques. Je ne l’ai pas entamé pour devenir statisticien – et il n’est pas enseigné pour cela – mais bien pour mieux comprendre un certain nombre de principes statistiques que j’utilise dans mes travaux, à commencer par l’analyse de texte (même si elle fut un élément tout-à-fait mineur dans ce cours). Je vois ça comme une formation professionnelle, efficace car répondant à un besoin personnel plutôt précis. Mais il ne me semble pas que ce cours aurait été pertinent, intégré dans une formation universitaire, qui aurait nécessité un cours plus orienté sur les besoins statistiques des sciences humaines et sociales.

En clair, mon expérience, tout-à-fait positive à titre personnel, n’éclaircit pas tous les doutes sur les MOOCs. Si la partie pédagogique, dans ce cas précis, est très positive, je me pose toujours la question du modèle économique et du risque que cela fait peser sur les universités qui publient des MOOCs d’une part, sur le public de destination de ces cours d’autre part.

Sur ce dernier point, il ne me semble pas que ce public soit celui, classique, des étudiants des universités, mais plutôt de cadres désirant compléter leur formation et, dans certains cas, de gens souhaitant apprendre pour le plaisir. En d’autres termes, mon expérience est positive car je suis “dans la cible”.

Pour suivre un MOOC, du moins ceux qui sont publiés sur la plateforme FUN, il faut déjà un niveau d’études assez élevé et, au grand minimum, un bac, scientifique ou littéraire – souvent il faudra au minimum une licence, voire un master. Derrière le terme “open”, très positif, notamment car lié à des mouvements comme l’OpenAccess ou l’Open Source, me semble se cacher une inégalité d’accès au savoir, un plafond de verre, qui risque d’accentuer encore les différences entre ceux qui ont le capital culturel (hérité ou acquis) pour amplifier leur savoir et ceux qui ne l’ont pas. C’est probablement l’élément le plus problématique des MOOCs.

  1. Nous parlerons ici des MOOCs liés aux universités et grandes écoles. Il existe des MOOC mis en ligne par des initiatives non liées à l’enseignement supérieur ou l’éducation nationale, comme OpenClassrooms en France. Nous ne les abordons pas ici. []
  2. Voir par exemple: « Très chers MOOCs… », Thot Cursus. Consulté le 11 décembre 2013. []
  3. Par exemple, cela permettrait de repérer les étudiants les plus doués et de vendre cette information à des entreprises. cf. Landers, Richard N. « When A MOOC Exploits Its Learners: A Coursera Case Study ». NeoAcademic. Consulté le 3 décembre 2013. []
  4. Voir arxiv.org/abs/1312.2159: Learning about social learning in MOOCs: From statistical analysis to generative model []
  5. cf. Cisel, Matthieu. « MOOC: ce que les taux d’abandon signifient ». Educpros. La révolution MOOC, 1 juin 2013. []
  6. Landers, Richard N. « Can a MOOC Replace Your Teaching? (A Checklist) ». NeoAcademic. Consulté le 3 décembre 2013. []
  7. Voir: « Cours en ligne : le portrait-robot détaillé des utilisateurs de MOOC ». e-Orientations. Etudes-Métiers-Emploi, 29 novembre 2013. []
  8. Voir DeSantis, Nick. « Antioch U. Will Offer MOOC’s for Credit Through Coursera – The Ticker – Blogs – The Chronicle of Higher Education ». The Chronicle of Higher education – The Ticker. Consulté le 3 décembre 2013. []
  9. Mais pas uniquement pour elles []
  10. Merci à celui qui a répondu à cette demande d’aide, il se reconnaîtra. []

10 réflexions sur « J’ai testé un MOOC pour vous »

  1. Lil

    Il y a vraiment de tout dans le monde des MOOCs. Pour en avoir suivi un grand nombre, votre article ne traduit pas du tout la réalité.
    Le nombre d’abandon ne veut pas dire grand chose, j’en ai terminé un grand nombre, et abandonné un grand nombre, et c’est souvent plus la faute au temps dont je dispose, et du temps imparti pour le MOOC, mais en général, même si je suis comptée comme un abandon, j’essaye d’y revenir pour les finir.
    Beaucoup de MOOC ont une superbe équipe pédagogique, pas tous bien sûr, mais dire que souvent ce n’est pas le cas, montre que beaucoup de personnes ne savent pas bien les choisir. “MOOC partout, pédagogie nulle part” est bien sûr très excessif.
    Le MOOC vient tout juste de naître.

    Répondre
  2. Ping : J’ai testé un MOOC pour vous | Frédéric Clavert | Enseignement, Education et TICE

  3. Ping : Mooc | Pearltrees

  4. Avner

    Bonjour,Il est très intéressant ce billet ! Quelques précisions : (i) oui les cours ont été enregistrés avant (en juin pour être précis). (ii) J’ai du mal à imaginer un cours qui n’évolue pas en cours de route : un prof n’est pas qu’un pourvoyeur de matériel pédagogique (iii) la pratique pédagogique est très différente d’un cours classique et c’est à la fois une expérience nouvelle et très formatrice pour le prof aussi.

    C’est vrai que le niveau d’étude est élevé mais la question de la formation continue/permanente est tellement délaissée en France que c’est plutôt une bonne nouvelle si les facs arrivent à se saisir d’un nouvel outil

    Pour une fois on parle de l’éducation sans pleurer sur les profs, les étudiants, les classements ou les budgets/salaires, etc. : ne boudons pas notre plaisir d’enseignant !

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Merci pour ces précisions.

      Je suis parfaitement d’accord avec vous sur la question de la formation continue. De manière générale, si les MOOCs permettent une meilleure interface monde universitaire / société, personnellement, ce sera vraiment extrêmement intéressant pour l’enseignement supérieur et la recherche.

      Il me semble toutefois qu’il y a la question de l’allocation des ressources qui n’est pas résolue, avec un risque de “détournement” de certaines ressources des diplômes traditionnels vers les MOOCs. C’est le point central des inquiétudes autour de cette nouvelle forme d’enseignement.

      Bien à vous,
      FC

      Répondre
      1. Hubert Javaux

        Bonjour,

        J’ai fait équipe avec Avner et en tant que conseiller pédagogique dans ce cours, je peux vous dire que le transfert « d’énergie” et de moyens de l’enseignement traditionnel vers les mooc s’il est bien maîtrisé peut avoir un effet plus que bénéfique sur les pratiques pédagogiques des enseignants qui se sont collés au montage d’un mooc.

        D’abord, en tant que prof je peux monter un cours traditionnel totalement seul, c’est impossible pour un mooc qui impose un travail d’équipe important. Ensuite construire un mooc impose de revoir complètement son cours tant au niveau des contenus que des méthodes pédagogiques. Un enseignant ne sort pas “indemne” de cette expérience autant au niveau de la conception que du suivi de son cours. Sur ce second point gérer les nombreuses interactions via forum (un des cœurs d’un mooc) est tout un apprentissage auquel on ne se frotte jamais quand on donne cours en amphi, prévoir une évaluation de plus de 7000 étudiants évacue d’emblée l’idée que le prof va pouvoir corriger chaque copie et oblige à revisiter les sacro-saints principes d’évaluation, etc.. Dès lors un enseignant qui a passé cette « épreuve » du MOOC devient capable de rendre son cours “traditionnels” nettement plus “efficace”, voire utiliser l’énorme travail investi et les nouvelles compétences acquises dans le cadre de ses cours « traditionnels » (classe inversée…) .

        D’autre part, tous les enseignants que je rencontre viennent me voir au départ pour construire un mooc pour leurs étudiants, la majorité d’entre eux veulent réfléchir voire infléchir leur pédagogie sur base de la seule expérience de leur enseignement “traditionnel”, ils se rendent rapidement compte que leurs méthodes habituelles sont inappropriées pour un mooc. C’est donc pour eux une opportunité d’évolution dans un cadre constructif totalement différent du cadre institutionnel traditionnel et avec une liberté que bien souvent les maquettes ne peuvent leur offrir. Dès lors cette réflexion et cette envie de modifier leurs pratiques pédagogiques sans pression coercitive ni injonction institutionnelle pour mieux coller aux motivations des étudiants ou « pour se faire » plaisir avec une équipe qui croit au projet et le soutien est une révolution plus que positive mais difficilement quantifiable.

        Rien que cela vaut vraiment la peine d’investir raisonnablement dans les moocs et donc votre crainte de ce glissement au détriment de l’enseignement “traditionnel” est à mon avis surévaluée.

        Bien sûr je ne peux étayer mes propos sur base d’un corpus important de recherches sur ce domaine naissant, mais cet angle de vue ou impact positif indirect est, en attente de preuves à charge et à décharge, aussi à mettre dans la balance du coût économique, voire « énergétique » d’un mooc.

        Bien à vous

        Hubert Javaux

        Répondre
  5. Ping : J’ai testé un MOOC pour vous | Fr&...

  6. Ping : J'ai testé un MOOC pour vous | Fr&eacute...

  7. Martin Grandjean

    Merci beaucoup pour cette réflexion qui fait bien le tour des questions que je me pose également et surtout pour ce partage personnel post-expérimental ! Il faudra que j’essaye, histoire de voir si c’est aussi fun que ça en a l’air…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.