#DigitalFirst

En parallèle au renvoi de la directrice de la rédaction du New York Times, Jill Abramson, un membre du journal a fait fuiter le rapport d’une équipe interne au Times sur les évolutions que ce dernier doit adopter sur le terrain numérique. Le rapport en question, disponible ici, n’est pas uniquement intéressant pour comprendre les évolutions de la presse écrite. Il l’est également pour les Sciences Humaines et Sociales. Finalement, le raisonnement est simple: d’une logique centrée sur l’impression, il faut passer à une rédaction qui place le numérique en premier (digital first).

La lecture de ce rapport m’a fait penser à un article classique de Tim O’Reilly, intitulé What is Web 2.0?. Cet article de 2005 a lancé l’expression Web 2.0 (pour le meilleur et pour le pire), considérée comme déjà has been aujourd’hui. S’intéressant aux raisons pour lesquelles certaines entreprises ont survécu à la bulle de 2000-2001, il en déduit que ces entreprises ou celles, parfois, qui les ont remplacées, utilisent le web comme plate-forme, sont plus attentives à leurs utilisateurs – au point, pour certaines, de se reposer sur du user generated content -, sur les données, sur la multiplication des types de terminaux (ie l’ordinateur mais aussi, en 2005, les premiers smartphones). À le relire pas loin de dix ans après, malgré l’énervement lié à la sur-utilisation du terme « Web 2.0 », cet article reste pertinent. Mais son argument le plus intéressant est ailleurs: ce que dit (sous-entend) O’Reilly, c’est, finalement, que le web 2.0 marque l’évolution vers la prise en compte pleine et entière de la logique du numérique et du réseau qui implique une réorganisation complète de l’entreprise autour du réseau, comme plate-forme, comme pourvoyeur de données. C’est la compréhension que numérique et réseau sont en train de profondément changer le monde tel que nous le vivons, qu’ils ne sont pas une couche supplémentaire apposée sur nos vies, mais bien, de plus en plus, positionnés au cœur de la société. Lorsqu’on lit le rapport du NYT sur sa stratégie numérique, c’est cette logique qui est décrite, appliquée à un organe de presse.

Au fur et à mesure de la lecture de ce rapport, je me suis demandé ce que serait son équivalent pour les sciences humaines et sociales. Il y a déjà des tentatives de ne plus considérer le livre (ou l’article) comme le centre de nos activités, mais il me semble que nous ne sommes pas encore allés très loin sur ce terrain. À quoi ressembleraient des sciences humaines et sociales « digital-centric »? Si les SHS n’opèrent pas ce mouvement, y aura-t-il une entreprise / une institution / un machin qui émergera par un phénomène de « disruption » (pour parler bon français)?

Je n’ai pas la réponse à ces questions, simplement quelques pistes. Les projets numériques des centres de recherche sont souvent vus comme « en plus », se rajoutant à un agenda de recherche ou d’enseignement déjà très chargé ou comme moyen pour récupérer des financements. Ils ne sont jamais (rarement) considérés comme des projets structurants une unité de recherche, alors même que ces projets ont le grand intérêt de faire appel à une large collaboration entre corps de métiers et entre disciplines. Il est rare, de plus, que les centres ou projets de recherche prévoient la pérennisation de leurs données – je ne parle pas, ici, des articles ou livres publiés, mais bien de tous les documents produits par les chercheurs, par les centres ou projets de recherche, de leurs données brutes. Comment garder / conserver la mémoire numérique de ces recherches? Cette question devrait être posée au départ d’une recherche, à la fondation d’un centre de recherche, et non après. Encore peu de centres s’inquiètent de la conservation de documents qui disparaissent souvent avec la fin de vie de l’ordinateur personnel d’un chercheur et, ce, malgré l’existence, surtout en France, d’infrastructures numériques convaincantes (offre de service cloud du CNRS, TGIR Huma-Num par exemple).

Dans le monde imprimé, le rapport du NYT estime que la publication d’un article était l’aboutissement de son cycle de vie et la fin de son écriture. Aujourd’hui, c’est le début d’une seconde vie, avec les commentaires, les citations sur le web, sa diffusion sur les réseaux sociaux. Il en est de même, finalement, des publications scientifiques. Certes, rares sont les journaux scientifiques qui ouvrent la possibilité de laisser des commentaires sur des articles, mais ces derniers sont parfois largement discutés sur les réseaux sociaux, spécialisés dans la recherche ou non, ou sur les blogs de chercheurs. Et plus ils y sont diffusés, plus ils sont téléchargés1. En complément, les conférences académiques qui sont tweetées ont de plus grandes retombées2 et on peut supposer, même si cela reste à prouver, que la publication de leurs actes sera vraisemblablement plus attendue.

L’intégration dans les projets de recherche (hors digital humanities) des outils numériques et des comportements liés au réseau me semble tarder. L’écrasante majorité des chercheurs en sciences humaines et sociales semble y rester indifférente.

Cela dit, ceci ne me semble pas être le plus inquiétant. Toujours dans le rapport du NYT, les premières pages s’intéressent à la notion de « disruption ». Ce terme existe en Français, notamment pour les sciences physiques – la disruption marque l’apparition d’une forte instabilité, d’un bouleversement. Dans le domaine économique, on parle de « disruption » quand une technologie engendre tellement de changements que les anciens acteurs ont tendance à disparaître au profit de nouveaux acteurs l’ayant intégrée. Avec le web, ce terme s’est répandu car l’apparition de nouveaux procédés et outils issus des technologies de l’information et de la communication bouleversent, depuis la fin des années 1990 (particulièrement depuis l’épisode Napster, en 2000-2001), un certain nombre d’industries traditionnelles, notamment dans le monde des médias: musique, cinéma, édition, presse (comme le montre, justement, le rapport du NYT).

Et si, finalement, en raison de la crise de la recherche vécue un peu partout et de la lenteur des institutions académiques liées aux SHS à réellement intégrer le numérique, la prochaine « industrie » à être bouleversée était les sciences humaines et sociales?

Prenons un exemple. L’exploitation de données issues du Big Data dans le domaine culturel a fait grand bruit, à la suite de la parution d’un article dans Science3. Pour cet article, les culturomics – l’étude des comportements humains par l’utilisation quantitative d’une grande masse de textes – devraient remplacer à terme les sciences humaines et sociales. Cet article (développé dans un livre, Uncharted), ainsi que « The end of theory » de Chris Anderson publié dans Wired en 2008, ont été fortement critiqués, particulièrement par boyd et Crawford4 et les deux auteures, il faut bien le dire, ont particulièrement fait mouche.

Mais, le principe de la « disruption » est qu’à son origine apparaît une technologie qui donne d’abord des résultats de mauvaise qualité. Elle n’est alors pas adoptée par les principaux acteurs du marché, qui ne s’aperçoivent pas qu’au fil du temps, elle s’améliore et vient un moment où ce nouvel outil donne des résultats d’une qualité et d’un confort d’utilisation suffisante (et d’un prix moindre) pour bouleverser le marché et déstabiliser les acteurs historiques.

Appliqué aux sciences humaines et sociales, c’est le risque que de nouveaux outils, utilisés soit par des acteurs privés, soit par des chercheurs d’autres disciplines, ne perturbent le champ d’investigation des SHS par des méthodes/outils numériques donnant aujourd’hui des résultats de mauvaise qualité, mais qui pourront être suffisamment améliorés pour miner la position scientifique et les recherches en SHS.

Si l’on reprend l’exemple5 des culturomics, peut-être que les techniques utilisées pour exploiter les grandes masses de données seront suffisamment perfectionnés pour répondre aux attentes des acteurs (politiques, journalistes, citoyens…) qui ont besoin des sciences humaines et sociales, mais en donnant des réponses plus rapidement, plus économiquement et plus facilement que les SHS. Ils les adopteront sans discuter, aux dépens de nos recherches (et des financements et des postes qui vont avec).

C’est aussi pour ça que les sciences humaines et sociales doivent se remettre en question, repenser la place des outils numériques et du réseau dans leurs recherches, les déplacer d’une surcouche artificielle (mais suffisamment tendance pour obtenir des financements) vers le cœur de leurs méthodologies, de leur recherche et de leur communication scientifique. Pour éviter la grande déstabilisation des SHS.

  1. Voir cet article pour approfondir. []
  2. En tout cas dans mon expérience []
  3. Michel, Jean-Baptiste; Liberman Aiden, Erez; Aiden, A. P.; Veres, A.; Gray, M. K.; Pickett, J. P.; Hoiberg, D.; Clancy, D.; Norvig, P.; Orwan, John; Nowak, Martin; Pinker, Steven (16 December 2010). « Quantitative Analysis of Culture Using Millions of Digitized Books ». Science 331 (6014): 176–82. doi:10.1126/science.1199644. PMC 3279742. PMID 21163965. []
  4. boyd, danah, et Kate Crawford. « CRITICAL QUESTIONS FOR BIG DATA: Provocations for a cultural, technological, and scholarly phenomenon ». Information, Communication & Society 15, no 5 (juin 2012): 662‑679. doi:10.1080/1369118X.2012.678878. []
  5. Et, pour le moment en tout cas, je ne crois pas en cet exemple. Par contre, sur InternetActu, un article récent explore quelque chose de déjà plus élaboré []

Une réflexion au sujet de « #DigitalFirst »

  1. Ping : Un blog est un réseau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *