La démise en données

J’ai tenté sur ce blog d’expliquer ce que j’entendais par le terme de «mise en données» de l’histoire (ou du monde). Emmanuel Mourlon-Druol a publié ce matin un point de vue sur la publication de quelques centaines (sur plus de 50 000) des courriers électroniques d’Hillary Clinton (si vous avez raté le premier épisode).

Ce que raconte Emmanuel est l’histoire d’une démise en données: les courriers électroniques de l’ancienne secrétaire d’État (donc ancienne ministre des Affaires étrangères des États-Unis) ont été… imprimés puis scannés, mais avec reconnaissance de texte.

Ce processus aboutit à une immense perte d’informations. Un courrier électronique est structuré, notamment dans ses méta-données (qui envoie, à quelle heure, etc). Cet étrange procédé n’est ainsi pas seulement stupide, il aboutit à appauvrir ce qui est une source primaire utile à l’historien, mais aussi aux journalistes ou aux citoyens (et pas uniquement états-uniens). Preuve de cette démise en données: il est impossible de faire une recherche en fonction du destinataire, par exemple.

Si cet appauvrissement n’est pas nécessairement voulu, il n’en est pas moins pleinement aberrant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *