À propos d’une crise de confiance

Le 14 novembre dernier, Le Monde publiait un article sur les réformes envisagées par le Ministère de la Culture pour l’ensemble de son domaine d’administration, ce qui inclut les différents services d’archives. L’article du Monde repose sur un document confidentiel publié par L’Humanité le lendemain. Peu de temps après, Vingtième Siècle, revue d’histoire publiait une motion:

A la suite des informations parues dans Le Monde daté du 14 novembre 2017, le comité de rédaction de Vingtième Siècle. Revue d’histoire s’inquiète de l’utilisation de la notion « d’archives essentielles » proposée par les Archives Nationales. Dans un contexte de pénurie d’espace et de personnel, cette politique a d’ores et déjà conduit à amplifier les destructions d’archives, y compris sur des fonds déjà constitués. L’avenir de la recherche historique nécessite que ces choix soient discutés de façon démocratique et transparente.

Je vais ici commenter les pages du document du Ministère de la Culture qui concernent la politique des archives, c’est-à-dire les pages 3 et 20 à 23 et évoquer les hantises grandissantes au sein des historien.ne.s que ce document a provoquées. Je publie ici un point de vue d’historien avec les mots d’un historien. Je comprends que le point de vue des archivistes puisse être très différent ou que mon vocabulaire ne soit pas adapté. N’hésitez pas: les commentaires sont ouverts!

PS: deux personnes, qui se reconnaîtront, ont bien voulu relire ce billet. Je les en remercie. Toute erreur serait néanmoins uniquement de mon fait.

Un document imprécis

Ce qui frappe en premier lieu dans ce document est son imprécision. Certaines affirmations sont fausses: la politique des archives, aujourd’hui, ne vise en aucun cas l’exhaustivité (p. 3). L’archivistique, c’est d’abord l’art de trier, donc, d’une certaine manière, l’art de ne pas archiver, et ce pour de nombreuses raisons: éviter la redondance par exemple. Cette nécessité de trier est d’autant plus impérative à une époque d’inflation voire d’obésité informationnelles: l’abondance porte aussi en soi le risque de se perdre1

Une invocation incantatoire des miracles du numérique

Les approximations de ce document se traduisent notamment dans les propos sur la numérisation: le document (p. 22) appelle de ses vœux un plan de numérisation massive (et ce n’est certainement pas moi qui vais regretter ce point dans l’absolu) mais cette dématérialisation n’est envisagée que dans une optique de bonne gestion. Ainsi, le ou les auteur.e.s de ce qui ressemble fortement à un diaporama estiment que numériser 100km d’archives coûterait 36 millions d’euros en moyenne contre 6 millions d’euros par an pour une conservation en l’état et en déduisent que le coût de la numérisation sera amorti en six ans. Sauf que les archives numérisées s’entretiennent: le document ne détaille pas ce que seraient les coûts annuels de curation d’un tel ensemble numérisé. L’amortissement d’une numérisation massive sera donc bien plus long.

Qui plus est, c’est une numérisation destructrice qui est envisagée: une fois  les sources primaires numérisées, les versions papiers seraient détruites. Ce point peut se discuter: j’imagine que de nombreux documents papiers ont été créés sur ordinateurs, puis imprimés et leur version électronique ensuite supprimée. Dans ces cas-là, une re-numérisation peut parfaitement se comprendre. Mais le document parle de numérisation massive2 avec destruction: quelles seront précisément les archives qui seront numérisées puis détruites?

Ce point devra être éclairci au plus vite, car l’un des risques est que la destruction d’une version « papier » (ou autre) revienne à la destruction d’une information. La qualité du papier, par exemple, porte souvent une signification. On pourra objecter que la qualité du papier peut parfaitement être intégrée dans une métadonnée d’une version numérisée, mais reportons-nous aussi à Arlette Farge et à l’importance de la matérialité des archives pour leur interprétation.

En clair, la numérisation entraîne des pertes d’information, certes en échange d’un bien – la capacité de lecture distante -, mais une numérisation destructrice est-elle une solution adaptée pour tous les types de sources et surtout pour toutes les périodes de l’histoire? Il y a ici un sujet de discussion inépuisable entre archivistes et historien.ne.s.

En outre, que signifie le terme « numérisation »? Il y a de nombreuses manières de numériser des documents, qui, toutes, auront de fait une influence sur le travail futur des historien.ne.s. Si numérisation massive il doit y avoir, les modalités de cette dématérialisation devront être discutées le plus précisément possible. Comme je l’ai déjà affirmé, numériser n’est pas mettre en données3 et de nombreuses questions sur une numérisation massive et destructrice devront être posées.

Dans l’ensemble, les chiffres mis en avant dans ce document, pour ce qui est des archives, semblent avoir été fixés au doigt mouillé, ce qui ne contribue pas à donner une image de sérieux à cette présentation4.

L’ambivalence de la notion d' »archives essentielles »

La notion, néanmoins, qui fait le plus débat, est celle d' »archives essentielles ». Dans ce document du ministère de la Culture, elle est essentiellement un vecteur d’économies budgétaires. Ignorer les contraintes budgétaires et matérielles de la conservation des archives serait irresponsable. Mais le budget ne peut être le seul (ni principal) aiguillon de la politique des archives.

Sous le gouvernement précédent, un rapport évoquait déjà cette notion d’archives essentielles. Ce rapport, rédigé par Christine Nougaret, et disponible en ligne, évoque, page 18, cette notion issue de l’archivistique canadienne. D’après la manière dont je l’ai comprise, cette notion repose sur celle de cycle de vie des documents: si tous les documents passent au travers de deux phases – les archives courantes (conservation à court-terme) et les archives intermédiaires (conservation à moyen-terme) -, seuls une partie d’entre eux deviendront des archives définitives, conservées à long-terme5 pour leur bénéfice secondaire, c’est-à-dire, pour beaucoup, la recherche. Christine Nougaret semblait très consciente d’un fait: les archives essentielles doivent être identifiées en amont et leur identification doit être opérée en concertation entre producteurs, archivistes et utilisateurs, selon des méthodes clairement identifiées, dont la macro-évaluation, pratique toujours issue de l’archivistique canadienne. De plus, elle évoquait en premier lieu une expérimentation:

Cette méthode en vigueur au Canada a été mise en place pour faire face au volume documentaire tant papier que numérique des administrations: elle semble donc réplicable dans le contexte français. Reposant sur l’analyse du contexte de production plutôt que sur l’analyse du contenu des documents, elle détermine, à partir de l’étude du mandat, et des fonctions du producteur ainsi que de ses interactions avec les citoyens, les actions qui donnent existence et sens aux documents. La validité de cette approche mérite d’être expérimentée tant pour les archives nationales que territoriales. (p. 19)

Le problème, ici, est le sens donné à cette notion dans la présentation du ministère de la Culture qui a fuité dans la presse française et qui est bien différent: il est pour l’essentiel budgétaire. De plus, là où Christine Nougaret évoquait une concertation avec les utilisateurs (dont les historien.ne.s, qui ne sont pas toutefois les seuls), le ministère de la culture préfère une approche méthodologiquement assez faible, issue du management et qui est formulée en termes de risque: les historien.ne.s sont un risque et non un partenaire – identifier citoyens et citoyennes comme un risque me semble d’ailleurs être une approche peu adaptée à la pratique démocratique. Il n’est pas étonnant alors l’expression « archives essentielles » soulève de profonds et très légitimes questionnements historiens sur la portée de cette notion et les conséquences de son éventuelle application.

Le fait est que tous les historien.ne.s sont un jour tombés sur un document qui aurait pu paraître accessoire lors de sa production mais devenu, au fil du temps et du développement de l’historiographie, importants. Les archives sont aussi une affaire de questionnement lié au présent: les questions qu’on leur pose évoluent au fur et à mesure que le présent, lui-même, change. Qui aurait pu dire il y a deux siècles que les sources liées au climat deviendraient aussi importantes aujourd’hui?

Enfin, il me semble qu’il y a un dernier point, qui n’est pas lié au document qui a fuité, mais qui touche au contexte dans lequel cette fuite intervient, qui est celui d’une crise de confiance des historien.ne.s découlant, non des archivistes envers qui nous ne serons jamais assez reconnaissant.e.s, mais de la situation présente de l’université française et des archives nationales.

Une crise de confiance

Dans les échanges entre historien.ne.s sur Twitter et sur les listes de diffusion diverses et variées, c’est une crise de confiance, aussi massive que la dématérialisation souhaitée par les auteur.e.s de ce fameux document, qui s’esquisse.

Le contexte universitaire français6

Le moins que le puisse dire aujourd’hui est que les universitaires français dans leur ensemble ont de plus en plus l’impression, depuis les réformes Pécresse-Sarkozy voire la mise en place du système LMD et les créations de l’AERES (aujourd’hui HCERES) et de l’ANR soit depuis une quinzaine d’années, de devoir faire leur métier dans un environnement national qui leur est hostile.

Ainsi, ce document du ministère de la Culture, d’abord centré autour des questions budgétaires, conforte, chez les historien.ne.s, cette sensation. On peut trouver ceci injuste, il faut néanmoins en tenir compte. On peut ajouter à ça des décisions politiques récentes liées au patrimoine où la compétence a été vue dans la médiatisation d’une personnalité plutôt que dans sa connaissance des rouages du système patrimonial français.

Les interrogations sur l’avenir à court-terme des archives nationales

Les tribulations du site de Fontainebleau, le fait que le nouveau site de Pierrefitte-sur-Seine soit apprécié des historien.nes mais semble déjà insuffisant poussent certain.e.s d’entre nous à s’inquiéter de l’avenir à court terme des Archives Nationales: ce billet résume très bien ces très légitimes inquiétudes. Au vu de ces difficultés, la volonté de détruire des archives, avec ou sans numérisation, ne peut être considérée qu’avec effarement par les utilisateurs et utilisatrices des archives.

Il y a enfin peut-être un troisième facteur qui explique cette crise de confiance: comme les recherches autour du régime de Vichy dans les années 1970 à 1990, les recherches sur la guerre d’Algérie, cet autre passé qui ne passe pas7, rencontrent aujourd’hui des difficultés spécifiques qui nourrissent ces inquiétudes autour de la disponibilité des archives. Plusieurs messages sur des listes de diffusion ont tourné autour de pertes d’archives liées à la guerre d’Algérie.

Au vu de cette crise de confiance, alimentée par la méprisante vision des historien.ne.s (ou du moins de leur mobilisation) comme un risque par le ministère de la Culture, j’ai signé la pétition  Les archives ne sont pas des stocks à réduire! Elles sont la mémoire de la nation.

*Au ministère de la Culture, désormais, de décider s’il faut répondre aux craintes des historien.ne.s mais aussi de l’association des archivistes français. La rigueur de l’historien (ou celle que nous essayons d’avoir) me pousse à rappeler que ce document semble être un diaporama, ce qui signifie que la présentation orale qui l’a accompagnée a pu être bien différente. Il est également toujours difficile de connaître le statut de ce type de source. La Ministre de la Culture et son cabinet l’ont-ils approuvé? En tout cas, le 13 novembre, F. Nyssen a annoncé vouloir déposer plainte, qualifiant les documents qui ont fuité (dont celui évoqué ici) de non validés.

Nous devrions aujourd’hui éviter que cette crise de confiance ne se propage aux relations, souvent quotidiennes et d’ordinaire très bonnes, entre historien.ne.s et archivistes. Certains échanges sur Twitter montrent une forme d’incompréhension entre les deux professions, même si beaucoup d’historien.ne.s et d’archivistes vont dans le même sens sur cette question.

Aux États-Unis, Francis Blouin (historien) et Willian Rosenberg (archiviste) ont publié Processing the Past: Contesting Authority in History and the Archives ((Jr Francis X. Blouin et Rosenberg William G., Processing the Past: Contesting Authority in History and the Archives, Reprint edition, New York; Oxford, Oxford University Press, 2012.)) où ils s’inquiètent notamment de ce que pourront être les politiques d’archives futures en cas d’incompréhensions majeures entre archivistes et historien.ne.s. 

Si la situation française où les formations d’archivistes restent très marquées par les cursus d’histoire ne semble pas avoir atteint le point dramatique de l’incompréhension évoquée par ces deux auteurs pour le cas états-unien, il serait bien de réfléchir aux moyens d’éviter que cette situation ne finisse par s’instaurer en France.

Bibliographie complémentaire sur les archives essentielles et la macro-évaluation8

Le cadre méthodologique pour l’évaluation, la sélection et l’échantillonnage des archives publiques des archives nationales peut être consulté en ligne.

  1. Notons néanmoins que les historien.ne.s disposent de plus en plus d’outils pour gérer l’abondance, comme l’a remarqué Pierre-Carl Langlais. []
  2. Et d’accélération de l’e-administration, c’est-à-dire, du point de vue des historiens, d’une augmentation des sources nées numériques – là aussi les frais ne sont pas estimés []
  3. Il faudra que je revienne sur ce billet, dont certaines craintes sur la base de données des morts pour la France sont aujourd’hui démenties. []
  4. Nous disposons désormais de recherches intéressantes sur les problèmes liés à l’usage des logiciels de présentation et surtout du plus important d’entre eux et notamment la manière dont ils formatent notre pensée. []
  5. Il y a de nombreux ouvrages d’introduction aux sciences de l’information (dont l’archivistique) permettant de comprendre plus précisément le cycle de vie des archives. J’ai personnellement apprécié celui de  SALAÜN Jean-Michel et ARSENAULT Clément, Introduction aux sciences de l’information, Paris, La Découverte, 2010. []
  6. Je commente ici en tant que citoyen français, mais historien étranger, ayant été en poste majoritairement au Luxembourg et en Suisse []
  7. Conan Éric et Rousso Henry, Vichy, un passé qui ne passe pas, Nouv. éd, Messageries du Livre, 1996. []
  8. Ces références ont été communiquées par Marie Ranquet sur une liste de diffusion d’archivistes que l’un de ses membres m’a transmis []

2 réflexions au sujet de « À propos d’une crise de confiance »

  1. Archives Minute(s)

    Très bon article de vulgarisation sur le problème, que je vais me permettre de partager. Un archiviste (que je suis) rajouterais juste trois choses.
    A propos de la numérisation, un souci supplémentaire est que dans le cas d’archives courantes et intermédiaires, le document à conserver doit être un original, intègre, authentique, etc etc. et que la numérisation d’un document original ne produit qu’une copie numérique, à la valeur juridique tenant à la reconnaissance du processus de numérisation comme respectant ces caractères d’intégrité, authenticité, pérennité, etc. En théorie c’est donc possible, en pratique, quasiment aucun processus de numérisation n’a été reconnu comme tel, ce qui pose un souci d’ordre juridique, en cas de contentieux (et non pour le chercheur, on est d’accord).
    Souci auxiliaire à la numérisation, aucune administration n’est encore au point sur l’archivage numérique, aka. l’archivage des documents nativement numérique.
    2e souci : en définissant les archives essentielles comme ce qui concernent les relations entre l’Etat (l’administration disons) et le citoyen, et ayant un potentiel intérêt historique, le risque est de rejeter la collecte d’archives privées, en contradiction avec la volonté affichée par les Grandes collectes d’archives individuelles de particuliers. Sachant donc que parmi ces archives privées, on compte aussi les archives des associations et celles des entreprises (de toutes tailles), cela semble donc encore une contradiction avec l’évolution et les attentes de la société. Notons cependant que les propos de la ministre découlent du rapport Nougaret qui était spécifiquement consacré aux archives publiques, et non aux archives privées. Mais ce serait dérangeant que par soucis budgétaires et comptables leur collecte passe à la trappe de l’histoire.
    Souci annexe : la méfiance, pour ne pas dire le désintérêt envers les archives sérielles, qui notamment dans le domaine économique et démographique sont pourtant précieuses.
    3e souci : pleinement archiviste, de fait, la réflexion autour du contrôle scientifique et technique, dit CST : les archivistes en missions dans les ministères et auprès des opérateurs de l’Etat, les archivistes en département, contrôlent, conseillent les administrations sur leurs archives, qu’elles soient courantes, intermédiaire et définitives, en visant notamment à proposer des tableaux de gestion qui anticipent les éliminations et versements aux services d’archives (en s’intéressant à la fois aux obligations juridiques et à l’intérêt historique du document), mais aussi à vérifier qu’aucun document devant être conservé n’est éliminé ou qu’il est éliminé dans de bonnes conditions. L’objectif affiché est là encore contradictoire : le CST est renforcé dans certaines parties du rapport Nougaret, mais se concentrerait sur les archives définitives (laissant aux administrations le soin de choisir ce qui est définitif ou pas, et comment conserver/éliminer leurs autres archives). Rappelons que les administrations ont tendance à garder davantage que les archivistes, sauf en cas de sinistre, déménagement, où tout part généralement à la benne, archives définitives comprises.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *