1 422 776

Je voulais revenir depuis longtemps sur un billet que j’ai écrit il y a trois ans et demi. Intitulé (pompeusement) Numériser n’est pas mettre en données, son cœur était une critique de la base de données des Morts pour la France, publiée sur le site Mémoire des Hommes du ministère de la Défense.

Si la critique n’était pas totalement fausse – telle quelle, la base de données des Morts pour la France était peu exploitable pour la recherche car, constituée d’images d’actes administratifs, elle ne permettait pas la recherche plein texte – j’ai alors négligé plusieurs éléments: d’une part, les équipes du ministère de la Défense étaient pleinement conscientes des limites de cette base de données (et ne m’ont pas attendu pour l’être) et ont, pour y remédier, mis en place un module d’indexation collaborative; d’autre part, la puissance mémorielle de la Grande Guerre, très présente encore aujourd’hui, qui a poussé de nombreux internautes à s’emparer de ce module d’indexation. Il ne faut pas non plus oublier le soutien à cette campagne d’indexation apporté par la Mission du Centenaire.

Le résultat, obtenu plusieurs mois avant la fin du Centenaire, est là: le 30 avril dernier, la base de données des Morts pour la France était pleinement indexée, comme l’indiquait un (étrange) communiqué du ministère de la Défense et de nombreux tweets.

L’indexation de cette base de données est de très grande valeur, à plusieurs titres.

Valeur mémorielle d’abord: chaque personne déclarée morte pour la France, ainsi que celles à qui le statut a été refusé, puisqu’elles ont été intégrées dans la base, a son mémorial numérique, selon l’expression du Défi 1 Jour – 1 Poilu, à qui l’on doit un tiers des indexations. La base de données des Morts pour la France est devenue depuis 2014 une référence mémorielle incontournable, au point que l’on peut parler de lieux de mémoire virtuel.

Valeur scientifique, ensuite: non seulement la base a été indexée, mais sa qualité a été améliorée. Ainsi en coordination avec Mémoire des Hommes, les internautes participant à l’indexation ont souvent signalé des doublons par exemple. De plus, si certains éléments ont déjà pu être exploités – le communiqué du ministère de la Défense parle du jour le plus meurtrier pour l’armée française par exemple -, l’exploration quantitative et qualitative de la base de données indexée va pouvoir commencer.

L’indexation de cette base de données pose aussi de grandes questions, à différents niveaux, dont, entre autres:

  • Celle des relations entre les archivistes (et conservateurs et conservatrices des bibliothèques, d’ailleurs) et leurs usagers. Indexer la base de données des Morts pour la France, participer à des actions de collecte d’archives, etc., sont des actes forts, qui font des visiteurs des salles d’archives (mêmes virtuelles) des acteurs des archives: les indexeurs de la base de données des Morts pour la France ont la plupart du temps fait plus qu’indexer, ils ont aussi corrigé des erreurs. Il n’est pas tellement nouveau de voir des citoyens être acteurs des archives – voir l’exemple de mai 68 – mais les campagnes de collecte, d’indexation, plus généralement d’appel aux citoyens sont plus faciles à mettre en place avec le web;
  • Celle des relations entre historiens et historiennes universitaires et passionnés d’histoire, historiens et historiennes indépendant.e.s, ce qui renvoie à l’émergence et à l’évolution de la notion d’histoire publique, qui n’est pas nouvelle, mais prend une ampleur toute différente à l’ère des données mises en réseaux.

Aux historiens et historiennes, aujourd’hui, de saisir l’occasion qui leur est donnée d’exploiter, non pas une nouvelle source, mais une source pleinement numérisée et mise en données. Comme l’a écrit Erwan Le Gall sur En Envor, la balle est désormais du côté du ministère de la Défense pour libérer les données de la base de données des Morts pour la France: permettre une recherche plein texte est déjà de très grande valeur, autoriser une lecture distante, une approche statistique de grande ampleur de ces 1,4 million de fiches serait fantastique.

***

Avec tous mes remerciements, toute mon admiration et toutes mes excuses pour le peu de foi dont a témoigné mon premier billet sur le sujet à tous ceux qui ont participé à cette indexation, à commencer par le défi Un jour – Un poilu.


Une réflexion au sujet de « 1 422 776 »

  1. Jean-Daniel Zeller

    Si dans le cas précis, l’appel au crowdsourcing a permis de constituer une véritable base de données, ta critique conceptuelle reste valable. A mes yeux elle est parralèlle à la réflexion sur les données ouvertes dans la mesure ou l’information (le pdf d’un tableau par exemple) n’est pas de la donnée (un tableau structuré).
    Si cette distinction est actuellement assez largement connue chez les professionnels de l’infodoc, elle est encore largement méconnue par les décideurs de tout acabit.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.