Retour sur la journée d’étude autour du goût de l’archive à l’ère numérique

Le 14 novembre, Caroline Muller (Rennes 2) et moi-même avons, avec l’association des archivistes français et le soutien des Archives nationales, organisé une journée d’études autour du Goût de l’archive à l’ère numérique, livre en ligne que nous coordonnons.

Nous avons demandé à Arlette Farge, autrice du Goût de l’archive en 1989, et Sean Takats, professeur à l’Université George Mason et directeur de la recherche au Roy Rosenzweig Center for History and New Media, qui dirige les projets Zotero et Tropy, de discuter autour du goût de l’archive, avec l’aimable et très réussie modération d’Emmanuel Laurentin de France Culture. L’après-midi, une session passionnante a été organisée par nos collègues archivistes, notamment Dominique Naud et Julien Benedetti: l’une des raisons du succès de la journée a été ce travail conjoint avec l’AAF ainsi que le déroulement de la journée aux archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine et son introduction par Françoise Banat-Berger, directrice des AN. La journée s’est terminée par des ateliers autour de la transmission du métier d’historien.ne à l’ère numérique, des archives nées numériques et des archives numérisées.

J’aimerais ici revenir sur la discussion entre Arlette Farge et Sean Takats. Elle a été dense. Notre idée était de confronter ce qu’a été le métier d’historien.ne dans son expérience sensible, matérielle avec l’archive à la fin des années 1980 – et, à mon avis jusqu’au’début des années 2000 voir jusqu’à 2010 – qui est si bien décrit et analysé dans Le goût de l’archive et ce qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire une expérience bien différente, avec de nouvelles médiations entre archives et historien.ne, notamment par l’appareil photographique numérique (APN). L’APN a fondamentalement changé notre rapport aux archives: l’expérience sensible du papier, de l’odeur, etc. en étant fondamentalement modifiée. Dès 1989 – pour le cas des microfilms – Arlette Farge estimait que modifier l’expérience sensible revenait à changer la manière d’interpréter nos archives. Ce point fonde notre approche: questionner le goût de l’archive à l’ère numérique revient à interroger la manière dont nous appréhendons nos sources, dont nous les interprétons. La question de l’outil n’est alors pas neutre: il ne s’agit pas de s’interroger si «le» numérique / un logiciel comme tropy n’est «qu’un» outil, car ils ne peuvent pas être «qu’un» outil dans la démarche d’Arlette Farge. L’utilisation d’un outil ou d’un ensemble d’outils – que ce soit le couple papier/crayon ou le couple ordinateur/logiciels – est en soit déjà un choix d’interprétation ou, à tout le moins, le choix d’une médiation technologique spécifique à la lecture de l’archive, qui modifie notre relation à la source. Ce n’est pas un enjeu spécifique, finalement, à l’ère numérique: après tout, Platon, dans Phèdre, dénonçait les effets pervers de l’écriture contre la mémoire, avec des arguments parfois assez similaires à ceux qui dénoncent les effets pervers du numérique aujourd’hui. Mon argument, ici, n’est pas de dire que ces objections aux pratiques numériques ne peuvent être que vieillottes et infondées – elles sont fondées – mais qu’il faudrait peut être réinsérer ces débats autour des pratiques numériques sur le long terme et se souvenir que le «papier» est aussi un paradigme technologique en soi.

L’un des propos d’Arlette Farge, rapporté par Julien Benedetti, a provoqué des réactions – notamment sur Twitter. Je me permets de d’ailleurs de faire ici un point bonnes pratiques sur les réseaux sociaux numériques: réagir sur un seul tweet sans prendre en compte l’ensemble des tweets rapportant ces propos, sans prendre en compte un contexte, ici symbolisé par un mot-croisillon, #goutnum, revient à ignorer le contexte d’un tweet, qui, ici, était triple: un live-tweet, une discussion, une journée d’études. Il serait également pertinent, lorsque l’on veut intervenir dans un débat, de reprendre le hashtag du débat/de la conférence, notamment pour que les personnes présentes puissent expliciter le tweet et, ainsi, éviter des contresens. Mais, revenons au tweet de Julien:

#goutnum A.Farge s’interroge sur ce qui signifie de prendre en photo les archives pour les ramener chez soi. Quelle utilité ? Intérêt ? travail ensuite ? »1.

Ce tweet ne me semble pas avoir été bien compris, dans les réactions que j’ai pu lire, et c’est vraiment dommage. Il a été vu comme une critique de la manière de travailler des jeunes chercheurs, notamment des doctorants, et comme une manière d’ignorer leurs conditions de travail, alors que cette seconde question a été abordée plus tard, notamment au prisme de la temporalité de la recherche qui a été fondamentalement modifiée depuis 1989. Il me semble qu’il faille comprendre ces propos bien autrement. Quand j’ai commencé ma thèse – certes dans un cadre particulier, puisque je venais non pas d’une faculté d’histoire mais d’un IEP -, la méthode que l’on me conseillait de suivre en centre d’archives était implicite. La personne qui avait été la plus explicite était justement Arlette Farge, mais je dois reconnaître que je n’avais pas encore lu le Goût de l’archive en 1999. La prise de note ou la recopie des archives n’étaient plus pensées, tant elles étaient intégrées depuis des lustres dans la méthode historienne. Elle est tellement intégrée, d’ailleurs, qu’aujourd’hui on finit par opposer le numérique comme technologie à la prise de note classique (crayon/papier, pour caricaturer) vue comme a-technologique: pourtant, le livre, l’écriture, le crayon, le papier, le cahier peuvent aussi être vus comme des technologies ou tout du moins comme des éléments constitutifs d’une épistémologie. La prise de note classique correspond à un paradigme technologique tout comme nos outils numériques.

Le questionnement d’Arlette Farge sur la prise de vue photographique des documents d’archives doit être réinséré dans cette logique: tout comme elle s’est interrogée sur l’implicite des historien.ne.s, de leurs méthodes, de leurs relations y compris matérielle aux sources primaires dans Le goût de l’archive, il est aussi de notre tâche de nous interroger sur l’évolution de ces pratiques à l’ère numérique, c’est-à-dire de répondre à ces trois questions posées par Arlette Farge. Ce propos n’est pas une remise en cause des pratiques d’aujourd’hui, mais un questionnement juste et sain, qu’il serait dramatique d’ignorer. Un questionnement auquel il faudrait que nous apportions une réponse – c’est d’ailleurs, finalement, le but du Goût de l’archive à l’ère numérique -, cette réponse ne pouvant être uniquement fondée sur «c’est pratique car les centres d’archives sont trop loin, pas tout le temps ouverts, etc». Évacuer la question en en appelant au fossé générationnel, de manière plus ou moins méprisante, d’ailleurs – là aussi, une question de bonnes pratiques sur les réseaux sociaux numériques se pose – est une erreur à ne pas commettre.

Ma dernière remarque porte sur l’ensemble de la journée: ce qui a probablement manqué dans cette journée très riche est la question de la critique des algorithmes qui n’a été qu’effleurée via la question des moteurs de recherche notamment. Les logiciels que nous utilisons, parfois pour demander à l’ordinateur de lire pour nous lorsque nous pratiquons cette fameuse lecture à distance (distant reading), sont une autre médiation ou une médiation complémentaire, puisque les APN utilisent aussi des algorithmes de correction des prises de vue par exemple, entre les historien.ne.s et leurs sources primaires. Ce sera l’objet, peut-être, d’une prochaine discussion.

  1. Source: Julien Benedetti sur Twitter []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.