Que commémorent les bots?

Depuis le 11 novembre dernier, je suis rentré dans la période finale de mon projet de recherche sur le Centenaire de la Grande Guerre. J’ai toujours souhaité aller jusqu’au centenaire du traité de Versailles, il est probable que j’aille désormais jusqu’au 11 novembre 2019 – pour avoir un 11 novembre hors du Centenaire.

Le compte Twitter @realtimeww1, projet initié par mon collègue Benoît Majerus et les étudiants du Master académique en histoire européenne contemporaine de l’Université du Luxembourg. Ce compte Twitter est automatisé, ce qui en fait un «bot».

La période qui va du mois d’octobre au tout début de décembre 2018 est une séquence commémorative exceptionnelle au sein d’une séquence commémorative plus large, elle-même exceptionnelle qui a commencé fin 2013 et est en train de se terminer.

Ces quelques semaines entourant le centenaire de l’armistice ont vu plus d’un million de tweets contenant des hashtags liés au Centenaire ou à la Grande Guerre être émis, dont 900 000 environ le 11 novembre 2018. Pour comprendre ce que cela représente, il faut se souvenir qu’entrent dans ma base de données non pas tous les tweets émis sur la Grande Guerre ou son Centenaire, mais ceux qui contiennent un ou plusieurs mots clés, parfois sous forme de hashtags. Le nombre total, ce jour-là, de tweets peut donc être bien plus important.

Figure 1 – Nombre de tweets par jour contenant au moins un mot-clé lié à la Grande Guerre ou à son Centenaire.

La figure 1 montre à quel point la commémoration de l’armistice écrase l’ensemble des commémorations du Centenaire, du moins sur Twitter. Je n’ai pas encore analysé les tweets du 11 novembre 2018.

La répartition linguistique des tweets (hors retweets) est la seule analyse pour le moment effectuée (Figure 2): elle montre (sous réserve, car seuls les tweets originaux, hors retweets, sont ici représentés) que le 11 novembre 2018 est aussi une exception dans la mesure où c’est le seul depuis 2014 qui semble majoritairement anglophone.

Figure 2 – Répartition linguistique des tweets contenant un ou plusieurs mots clés lié à la Grande Guerre ou à son Centenaire, hors retweets (tweets originaux uniquement).

Mais d’autres questions de recherche se posent, maintenant que la collecte touche à sa fin. Ainsi, en travaillant sur la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun de mai 2016 et les controverses alors suscitées, je ne me suis pas penché sur le rôle des comptes automatisés mais y avais pensé très fortement. Je me suis pour le moment contenté d’une analyse de la circulation de l’information et son rôle dans ces controverses – je ne me pensais pas capable de pouvoir repérer les bots, tout simplement, et cela na cadrait pas non plus avec le reste de mon article.

L’idée de me pencher sur les comptes automatisés m’est revenue en lisant il y a quelques jours l’un des chapitre d’#info, livre co-dirigé par Arnaud mercier et Nathalie Pignard-Cheynel1. Son chapitre 12 se penche sur le rôle des newsbots.

Le chapitre est passionnant et montre, surtout, que détecter des comptes automatisés n’est pas si complexe, ou tout du moins est faisable, notamment car les tweets contiennent une métadonnée (« source ») indiquant le logiciel utilisé pour publier le tweet: on peut ainsi voir que certains comptes sont des bots (entièrement automatisés) ou des cyborgs (partiellement automatisés) et en tenter une analyse. La régularité de la publication des tweets est un autre indice: un humain ne tweete pas habituellement exactement toutes les 15 minutes par exemple. Prenons l’exemple du compte automatisé @realtimeww1: parmi les sources utilisés, on note la présence d’une source appelée «realtimeww1»: c’est un indice d’automatisation.

Outre sa clôture, l’une des prochaines étapes de ce projet de recherche sera ainsi de se demander ce que commémorent les bots. Bien sûr, se poser cette question revient à interroger les motivations de ceux, tout-à-fait humains, qui mettent en place ces comptes Twitter.

  1. Mercier Arnaud et Pignard-Cheynel Nathalie, #info : Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2017 []
  2. «Le rôle des newsbots et de la publication automatisée dans la mise en circulation des contenus d’actualité sur Twitter» de Dario Compagno et Nathalie Pignard-Cheynel. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.