Passer les données au révélateur

En septembre, j’étais professeur invité à Rennes 2. Outre 4 interventions1, nous avons travaillé avec Caroline Muller pendant tout ce mois (et cela va continuer encore quelques temps) pour préparer la suite du Goût de l’archive à l’ère numérique.

Un soir, nous marchons dans le centre de Rennes et tombons sur la place de Coëtquen, où l’on peut admirer une fontaine à la tête coupée de l’artiste italien Claudio Parmiggiani. Installée en 1993 et ayant connu de nombreuses tribulations, j’avais déjà vu cette fontaine, il y a 25 ans (sigh), lors de mon seul et bref passage à Rennes avant 2019.

À la fin de l’année scolaire 1993/1994, j’ai mon bac. L’été s’annonce studieux, dédié à la préparation du concours de l’IEP de Strasbourg. Avant de m’enfermer durablement pour bosser, je fais un stage d’une semaine à Dinan pour apprendre le développement photo. Je me promène quelques heures à Rennes avant d’attraper un bus pour Dinan, tombe sur cette fontaine et la prend en photo. Une fois à Dinan, j’apprend le développement (la pellicule) et le tirage (la photo papier) sur cette photographie de la fontaine à la tête coupée.

Frédéric Clavert. CC BY-NC-SA 4.0

Il y a très peu de sentiments comparables à la vision d’une photo dont on attend qu’elle se dévoile une fois le papier mis dans le bac de révélateur. J’ai arrêté le tirage photo argentique pour diverses riaisons et je n’ai jamais ressenti à nouveau cette émotion, cette attente mi-angoissée (a-t-on suffisamment exposé le papier photo? Ne l’a-t-on pas trop exposé? A-t-on bien choisi son grade, c’est-à-dire le contraste de la photo?) mi-impatiente. Jusqu’à ce que je me mettes à travailler sur données, avec des logiciels dont certains «révèlent» (mettre beaucoup de guillemets autour de ce terme) le contenu des données.

Voir dans gephi un ensemble de points et de lignes prendre une forme et devenir une visualisation réseau; se demander sous iramuteq si les paramètres sont suffisamment bien choisis pour que la classification ait du sens… autant de moments où l’on retrouve ce qui était ressenti sous la lumière rouge2. Le parallèle entre le travail sur données et le tirage photo est probablement limité voire sans grand intérêt – mais en tout cas le registre émotionnel est-il (en partie) le même.

  1. Que vous pouvez retrouver sur le blog du Goût de l’archive à l’ère numérique: 1, 2, 3 et 4 []
  2. Et donc inactinique en tout cas pour le noir et blanc – pour la couleur, il faut une lumière plus verte. Vous savez donc d’où vient mon pseudo préféré sur le web. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.