Arrêter une recherche

Hier, j’ai arrêté la collecte des tweets liés à la Grande Guerre. Le projet #ww1 est, pour ce qui est de la collecte des données, terminé: un peu plus de 9,1 millions de tweets entrent ainsi dans le cadre d’une recherche qui se termine.

Il y a à la fois regrets et soulagement. Regrets, car il est probable que le corpus obtenu soit critiquable sur de nombreux points. Soulagement, car je dois avouer que ce projet occupe une grande partie de mes activités de chercheur et que je souhaite passer à autre chose désormais, après cinq ans et demi de collecte.

CC-BY-SA – Par Amanda Slater. Un coquelicot en porcelaine est en train d’être fixé pendant l’installation de l’oeuvre «Blood Swept Lands and Seas of Red» à la Tower of London (2014).

Ce n’est pas la fin du projet en lui-même. D’abord car la fin de la collecte ouvre la voie à des investigations sur les données – les passer au révélateur -; à l’écriture d’articles, peut-être d’un livre. Ce n’est pas encore la fin du projet non plus car la réflexion sur le corpus continue. Qu’en faire désormais ?

Le terme mis à cette collecte correspond aussi à une phase de la recherche un peu douloureuse. Quand j’ai commencé ma thèse1, j’avais lu le livre de François Dosse sur la biographie2. Dosse distingue plusieurs phases dans la relation du biographe à son objet d’études. L’une d’entre elle est le rejet. J’ai connu ces phases — sauf la phase d’identification à celui dont on écrit la vie, fort heureusement –, notamment le rejet.

J’ai l’impression de revivre ces différentes phases (d’identification, de rejet puis de distance apaisée disons) mais avec mes données. Et j’en suis plutôt au moment du rejet. Je doute de leur pertinence. Je doute de leur utilité. Je doute de mes choix de collecte, pour de nombreuses raisons.

Dès le départ de cette recherche, je savais que ce moment de doute majeur, de crise de confiance envers mes données (et ma méthode), arriverait. Car cette recherche était très nouvelle pour moi, car les méthodes à employer l’étaient aussi, car face à ces données massives nous restons dans un domaine relativement inconnu — bien que mes méthodes ne soient pas follement originales, reposant notamment sur de la statistique des années 1980, bien que de nombreux articles et ouvrages aient été publiées sur ce fameux big data3.

Après la fin de cette collecte, la prochaine étape est de reprendre confiance en mettant mes données à l’épreuve et en me mettant à l’épreuve. Viendra ensuite le temps, à côté du goût de l’archive à l’ère numérique co-dirigé avec Caroline Muller, de mettre toute mon énergie dans ma prochaine recherche, UNSURE.

  1. une biographie de Hjalmar Schacht – Oui, je sais, la biographie, c’est mal: Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales 62‑63 (62‑63), 1986, pp. 69‑72., mais bon: Heinich Nathalie, « Pour en finir avec l’ “illusion biographique” », L’Homme. Revue française d’anthropologie (195‑196), 10.11.2010, pp. 421‑430. En ligne: <https://doi.org/10.4000/lhomme.22560>. []
  2. Dosse François, Le pari biographique : écrire une vie, La Découverte, 2005. []
  3. boyd danah et Crawford Kate, « CRITICAL QUESTIONS FOR BIG DATA: Provocations for a cultural, technological, and scholarly phenomenon », Information, Communication & Society 15 (5), 06.2012, pp. 662‑679. En ligne: <https://doi.org/10.1080/1369118X.2012.678878>; Boullier Dominique, « Les sciences sociales face aux traces du big data », Revue française de science politique 65 (5), 2015, pp. 805–828; Kitchin Rob, The Data Revolution: Big Data, Open Data, Data Infrastructures and Their Consequences, 1 edition, Thousand Oaks, CA, SAGE Publications Ltd, 2014 pour donner trois exemples déjà assez anciens d’ailleurs. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.