Accélération, élargissement, présentisme: la densification du présent

Ce billet inaugure une sorte bizarre, celle des billets rédigés et abandonnés ou oubliés. Écrit il y a environ un an et demi, sa relecture m’a donné envie de le publier, plus à titre de documentation de mes travaux que de contribution de recherche.

Rosa, Gumbrecht, Hartog

Les interrogations sur le temps, particulièrement sur le présent, sont, depuis une vingtaine d’années, très présentes dans les travaux des historiens et historiennes. Gumbrecht1 évoque un présent élargi (Our broadening present), c’est-à-dire un présent qui n’est plus un moment fugace de transition entre passé et futur. Hartog2, se plaçant dans le cadre des régimes d’historicité, parle de présentisme, un régime d’historicité où l’agencement des trois ordres du temps (passé, présent, futur) donne la prééminence au présent, par manque de futur et incite à la réinterprétation du passé en fonction uniquement des enjeux présents3. Rosa, lui, s’intéresse plutôt à l’accélération du temps4, expliquant que l’impression que nous avons tous de manquer de temps s’explique par une accélération sociale liée à trois domaines: l’innovation technique, le changement social et le «rythme de vie». L’innovation technique (notamment les transports) a engendré la possibilité d’accélérer le temps, mais les trois domaines désormais s’auto-entretiennent et le rythme de vie lui-même peut dicter une envie d’accélération (on ne supporte plus la lenteur).

Sociologue, philosophe et historien: la question du temps – en fait, peut-être plutôt du présent et de son imbrication avec les autres ordres du temps – est manifestement transdisciplinaire et, au vu des publications récentes sur le sujet, occupe une place manifestement importante dans les sciences humaines et sociales. Ces lectures – ici très rapidement et maladroitement résumées – sont devenues centrales dans mes recherches. Comment relier ce qui se passe sur les réseaux sociaux numériques – je renvoie notamment aux travaux de Dominique Boullier5 – avec ces préoccupations? Si l’on analyse Twitter, j’ai récemment argumenté que l’on avait une imbrication des temporalités, du temps long aux « vibrations », ces moments de circulation très denses mais brefs de l’information6.

Si je reprends le cas de la commémoration franco-allemande de la bataille de Verdun, on peut mesurer à la seconde près – en toute théorie même de manière plus précise – non seulement le nombre de tweets mais aussi leur contenu. Lorsque de jeunes français et allemands entrent en scène, le nombre de tweets double «instantanément» et, bien que moi-même je ne le fasse pas, ces tweets peuvent être analysés en temps réel – leur émission, leur circulation, leur contenu. On se situe ici – comme le rappelle Dominique Boullier dans un entretien qu’il m’a accordé pour Le temps des Médias. Revue d’histoire7- à un niveau «micro» en comparaison des auteurs cités plus haut. Est-il seulement possible de réunir ces différentes recherches autour du présent? Je ne saurais le dire pour le moment – cette littérature est nouvelle pour moi et l’intégrer correctement n’est pas si évident.

La densification du présent

Pour le moment, ce que je peux déduire de mes propres recherches est plutôt de l’ordre de la densification du présent. Pour analyser le présent, on peut se situer non plus au niveau de l’année, du mois, de la semaine, de la journée, de l’heure ou de la minute, mais de la seconde voire du centième de seconde. Ou, tout du moins, avons-nous aujourd’hui les données pour le faire et ce grâce aux (à cause des?) grandes plateformes du web et à ces données qu’elles capturent dont le volume, la vélocité, la diversité a mené à l’expression big data. En d’autres termes, en tant que chercheur, comme le dit Dominique Boullier dans l’entretien déjà cité, je peux me situer à un niveau temporellement tellement précis, qu’un seul événement (les commémorations de la bataille de Verdun, par exemple) peut être éclaté en un ensemble complexe d’interactions entre acteurs, contenus, qui se succèdent et s’imbriquent, et que l’on peut suivre à la seconde près.

Se placer à ce niveau à de nombreux avantages et, en premier lieu, le fait de pouvoir, malgré toutes les critiques méthodologiques, se placer au niveau du compte, au niveau d’entités de nature variable: des individus – voire des facettes d’un seul individu -, des institutions, des bots peut-être et bien d’autres. Car l’une des critiques que l’on peut émettre à propos des trois auteurs cités plus haut est de se placer à un niveau tellement «méta» que la relations aux individus est ténue. Dans le cas d’Hartog, par exemple, qui s’intéresse aux moments de crise des régimes d’historicité, c’est-à-dire aux moments où l’on bascule d’un régime d’historicité à un autre, les cas mis en avant sont issus des élites, particulièrement des élites intellectuelles. Ici, l’exemple singulier – Chateaubriand, par exemple, dont les Mémoires d’Outre-Tombe se situent entre le régime d’historicité d’Ancien régime (le passé comme référence primordiale pour le présent) et le régime moderne d’historicité (le futur comme référence primordiale – que ce soit chez les hégéliens, les marxistes, les libéraux, etc), est vu comme la traduction, le symptôme, d’un basculement plus général d’un régime à l’autre. Toutefois, cette démarche, par exemple, ne peut expliquer le renouveau des commémorations de la Première Guerre mondiale dans les années 1990 -épisode important de l’étude des évolutions du rapport au temps- car cette démarche d’Hartog est au-dessus du citoyen.

Si l’on ne peut considérer que compte Twitter = citoyen – loin de là -, se situer au niveau du compte social, disons, permet de comprendre des phénomènes qui se propagent d’un compte à l’autre, et, peut-être, d’un individu à l’autre. On peut alors passer du niveau micro -le compte d’une plateforme- à un niveau macro (la circulation de l’information dans un sens très large). Mais cette circulation a la particularité, aujourd’hui, d’être plus rapide qu’elle ne l’a jamais été et, donc, de densifier le présent.

Ce présent est devenu d’autant plus dense que l’un des grands domaines de développement de l’informatique d’apprentissage (apprentissage machine ou machine learning et apprentissage profond ou deep learning) a pour objet la prédiction, c’est-à-dire une forme de projection du présent (puisque l’on se fonde sur des données du présent, parfois du passé proche) vers le futur. En un certain sens, une forme de présentisme ultime.

Cette densification du présent joue très probablement dans le sentiment d’accélération du temps, ce sentiment que l’on ne maîtrise plus son temps. C’est un avatar de l’accélération liée au progrès technique. Cette densification du temps peut aussi jouer dans l’importance du présent – ce qu’Hartog et Gumbrecht de manière un peu différente décrivent – dans les sociétés contemporaines (on parle ici probablement, pour l’essentiel, des pays occidentaux).

Il est désormais intéressant de creuser cette réflexion, de délier ce qui ressort du simple fait de disposer de plus de données de ce qui ressort d’un phénomène plus vaste, qui ne peut laisser indifférent les historien.ne.s.

  1. Gumbrecht Hans Ulrich, Our Broad Present: Time and Contemporary Culture, Columbia University Press, 2014. []
  2. Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003. On pourra se référe aussi à Rousso Henry, La dernière catastrophe: L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012. []
  3. Le point commun entre ces deux auteurs sont les travaux de Koselleck, notamment les notions d’expérience et d’horizon d’attente. []
  4. Rosa Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps., Paris, La Découverte, 2010. []
  5. Boullier Dominique, « Les sciences sociales face aux traces du big data », Revue française de science politique 65 (5), 2015, pp. 805–828. En ligne: <http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RFSP_655_0805>, consulté le 04.07.2016. []
  6. Clavert Frédéric, « Commémorations, scandale et circulation de l’information : le Centenaire de la bataille de Verdun sur Twitter », French Journal For Media Research 10 (2018), 10.07.2018. En ligne: <http://orbilu.uni.lu/handle/10993/36120>, consulté le 06.09.2018. Je ne suis évidemment pas le seul à me poser ce type de questions. On peut faire référence aux travaux de collègues brésiliens, qui mettent en avant, avec un clin d’œil à l’informatique, la notion d’updatism (une réactualisation constante du passé en fonction des évolutions du présent). Voir Mateus Henrique Pereira et Valdei Lopes de Araujo, « Updatism, and Broad Present: A Brief Analysis of Contemporary Temporalities », 2017, p. 12‑27. Version anglaise sur ResearchGate: https://www.researchgate.net/publication/321721403_Updatism_and_Broad_Present_A_Brief_Analysis_of_Contemporary_Temporalities. []
  7. « Avec les réseaux sociaux numériques, l’événement devient un fait social », Le Temps des médias, vol. 31, no. 2, 2018, pp. 230-241. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.