Qu’est-ce que le «rythme» des réseaux sociaux numériques?

Second article de la série des billets délaissés, écrit quelques temps après l’incendie de Notre-Dame de Paris. C’est une réaction à la lecture d’un article de l’historien Fabrice Flückiger, «Le temps des cathédrales et le rythme des réseaux sociaux» sur AOC, non sur l’essentiel de l’article (justement sur Notre-Dame), mais sur les éléments, finalement peu nombreux, touchant à ce rythme, non défini, des réseaux sociaux (numériques) que l’auteur regrette. Un prétexte — j’espère que F. Flückiger me le pardonnera –, finalement, pour quelques éléments de réflexion sur ce qu’est le «rythme» des réseaux sociaux numériques.

À l’origine, le titre de l’article m’a interpellé — le temps des cathédrales et le rythme des réseaux sociaux. D’entrée de jeu, dans le chapô d’introduction, on y mentionne la «vélocité exacerbée» des réseaux sociaux (numériques). L’article se termine également sur la même thématique: «Mais pour mener à bien cette tâche immense, il est urgent de faire le choix du temps des cathédrales plutôt que du rythme de Twitter». Ce qui m’intéresse ici n’est pas le fond de l’article, dont je vous laisse juge, bien évidemment, mais la manière dont les médias sociaux y sont envisagés et considérés, dans leur rapport au temps. L’auteur m’excusera de prendre son article comme prétexte: l’article est un exemple comme un autre d’analyse malheureusement inachevée sur les réseaux sociaux numériques.

Ma première impression à la lecture de cet article — mais qui n’est qu’un exemple parmi d’autre — est qu’il n’y a que peu de différence entre l’analyse qui y est faite des RSNs aujourd’hui et celle que l’on faisait de la télévision dans les années 1990. Je ne suis pas un historien de la télévision et me fonde ici sur mes propres souvenirs, des souvenirs qui remontent à ma vie d’avant ma migration numérique.

Une accélération de longue date

Faisons un long détour. Nous nous inquiétons, en Occident, de l’accélération du temps depuis Paul Valéry, à minima, c’est-à-dire depuis la fin de la Grande Guerre. Cette inquiétude en cache une autre, plus ancienne encore, qui entoure notre rapport à la technologie. Cette dernière est présente dans des ouvrages relativement récents, qui s’inquiètent de l’accélération du temps ou du changement de notre rapport au passé historique: Accélération d’Hartmut Rosa; Broad present de Gumbrecht et dans une moindre mesure les publications de François Hartog autour du présentisme.

Le discours sur l’accélération du temps n’est ainsi pas nouveau, et encore moins celui sur les médias et la circulation de l’information. Là-aussi, nous pouvons réinsérer le discours sur les réseaux sociaux numériques dans le temps long — l’innovation technique a régulièrement permis depuis deux siècles au moins non seulement l’accélération de la vitesse de circulation de l’information, mais aussi, en conséquence, l’accroissement de cette impression que nous vivons presque tous d’une accélération du temps1.

Dans ce cadre plus large, le discours sur l’accélération du temps a aussi été tenu autour de la télévision. L’exemple cardinal a probablement été la couverture de la première guerre du Golfe en 1990-1991, où certaines séquences montraient des missiles en direct2. C’est l’ère CNN, celle de l’émergence des chaînes d’info en continu, où nombre d’experts plus ou moins certifiés font montre de leur science plus ou moins précise. En France, c’est l’information-spectacle de la défunte La Cinq, chaîne créée par Silvio Berlusconi.

Si la question de l’accélération du temps est finalement posée avant l’arrivée des réseaux sociaux numériques, quelle est la spécificité de la temporalité des réseaux sociaux numériques?

Temporalité et réseaux sociaux numériques

La question de la temporalité — du «rythme», de la «vélocité» — des réseaux sociaux numériques a été abordée, notamment, par Dominique Boullier3, dont j’ai utilisé les travaux dans mes propres articles, et par exemple celui autour des controverses de la commémoration de la bataille de Verdun.

Ce qui caractérise la temporalité des réseaux sociaux numériques, c’est une diffusion de l’information extrêmement intense, mais brève, ce que D. Boullier appelle des vibrations ou répliques. Toutefois, mon expérience des controverses de Verdun tend à me faire dire que cette vélocité, ces vibrations — des tweets retweetés des milliers (voire dizaines ou centaines de milliers) de fois, des infos likés sur Facebook massivement, etc — doivent être analysées en interaction avec le reste des médias (la presse, en ou hors ligne, comme la télévision ou la radio). La temporalité des réseaux sociaux numériques influence ainsi de manière plus large la temporalité de l’ensemble des médias, changeant leurs rythmes, modifiant probablement la «mise à l’agenda».

Mais il faut aussi regarder les causes de cette accélération, de cette vélocité propre aux réseaux sociaux numériques.

De la masse indistincte à la participation massive des individus

L’une des raisons pour lesquelles la circulation de l’information s’accélère avec les réseaux sociaux numériques est leur design, leurs fonctionnalités. Le retweet sur Twitter, le Like sur Facebook en sont emblématiques. Il faut réintégrer ces logiques dans le temps un peu plus long d’internet et du web, ce dernier, via sa notion fondatrice de l’hyperlien. Ces technologies sont presque «par nature» participatives. Il a souvent été dit que ces plateformes dites sociales avait orienté leur design vers la réplication de l’information à des fins commerciales et publicitaires. Si c’est probablement vrai, ce n’est pas ce qui nous intéresse ici. Ce que je souhaite mettre en valeurs, c’est la différence de vision du public. À la radio, à la télévision, le public reste passif – une sorte de masse informe que l’on essaye de traduire en ensembles statistiques (la fameuse «ménagère de moins de 50 ans», notamment). Si Géraldine Poels a battu en brèche cette vision des téléspectateurs4, montrant que la réception par les téléspectateurs de la télévision est beaucoup plus diverse et active que l’on a pu le penser, la télévision reste une technologie favorisant une diffusion des informations dans un sens, de l’émetteur vers le récepteur.

Ce que l’on a autrefois appelé les «nouvelles technologies de l’information et de la communication» (l’informatique, le web, etc) favorise le réseau et, en toute théorie, la participation de chacun. La diffusion de l’information ne dépend ainsi plus seulement des gatekeepers (dont les journalistes), mais de tous, et favorise l’expression des opinions de tout-un-chacun. C’est ce qu’exprime notre collègue et auteur de l’article sur Notre Dame dans le paragraphe suivant:

«Le phénomène est exacerbé par les réseaux sociaux, où fausses bonnes idées – l’usage des Canadair suggéré par Donald Trump et une myriade d’internautes sincèrement choqués mais peu au fait des réalités de la lutte contre les incendies –, théories du complot farfelues ou xénophobes et indignations fracassantes se répandent aussi vite que le feu dans la charpente de la malheureuse cathédrale.»

Il fait alors référence au sentiment d’urgence ressenti par ceux assistant, en direct, par la diffusion des images, à l’incendie. Ce paragraphe exprime l’idée juste que tout le monde sur les RSNs peut exprimer une opinion, et que cette opinion peut circuler. Mais plusieurs modèles et idées y coexistent: la communication d’un président des États-Unis, disposant d’une influence ayant peu d’égale, avec la myriade d’internaute, peu influents, mais s’exprimant, retweetant, «likant», faisant part de leurs émotions, de leurs indignations et, enfin, la diffusion d’intox et de diverses théories du complot. Ce que sous-entend plus ou moins ce paragraphe mais qu’il ne dit pas, c’est qu’il y a une hiérarchie: si tout individu peut s’exprimer, tout individu s’exprimant ne dispose pas du même poids. Un réseau reste un objet dont les éléments sont hiérarchisés — dans le cas de Twitter ou Facebook, la hiérarchie repose sur la notion pas toujours claire d’«influence»5.

Conclusion: réseaux sociaux numériques et temporalité

« Notre-Dame, c’est aussi le Temps. Un temps qui n’est pas celui de l’immédiateté. Les prises de positions et les idées avancées ces derniers jours révèlent toutes un sentiment d’urgence teinté d’incrédulité, une nécessité absolue d’agir sans attendre à défaut de pouvoir remonter le temps et d’éviter la catastrophe. Réaction normale, bien connue, mais amplifiée par les réseaux sociaux, accélérateurs de l’information pour le meilleur et pour le pire, et dont le rythme somme chacun d’initier sans délai les actions nécessaires, alors que toutes les données du problème ne sont pas connues. Or, c’est souvent la précipitation qui favorise les mauvais choix et conduit à prendre des décisions qui, faute de la réflexion nécessaire, peuvent s’avérer contre-productives. »

Oui, les réseaux sociaux numériques encouragent une diffusion extrêmement rapide des informations, mais souvent aussi très brève. Il y a ici très certainement un décalage avec des médias qui disposent d’une temporalité plus lente. Les répliques que nous avons évoquées ont une durée de vie courte: passé l’événement — dans le cas de Notre Dame — ou la controverses — dans le cas des commémorations de Verdun –, le temps passe ailleurs. Toutefois, la longue traîne peut exister sur les réseaux sociaux numériques, souvent peu visible: l’expérience du Centenaire de la Grande Guerre, toutefois, montre aussi qu’il y a des phénomènes de plus long terme qui s’y manifestent, comme l’expérience #1j1p, par exemple. In fine, il n’existe pas tant un rythme des médias sociaux que des rythmes, un enchevêtrement de temporalités qu’il est parfois difficile de saisir.

  1. Auto-promo: je me permet de vous renvoyer au numéro que j’ai coordonné avec Cécile Méadel et Martin Grandjean du Temps des médias autour du temps long des réseaux sociaux numériques. []
  2. Je n’ai pas pu retrouver la séquence, malheureusement []
  3. Boullier, Dominique. « Les sciences sociales face aux traces du big data ». Revue française de science politique, vol. 65, nᵒ 5, 2015, p. 805–828. Google Scholar, http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RFSP_655_0805. []
  4. Poels, Géraldine. Les Trente Glorieuses du téléspectateur : Une histoire de la réception télévisuelle des années 1950 aux années 1980. Institut National de l’Audiovisuel, 2015. []
  5. Ce que rappelle Dominique Cardon dans son récent Culture numérique et qu’il avait déjà élaboré dans À quoi rêvent les algorithmes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.