Humilité

Troisième billet de cette série étrange des billets mis de côté. Contrairement aux deux précédents, celui-ci n’a pas été oublié mais volontairement mis de côté.

j’ai passé mon bac C (maths et physique) en 1994, nous apprenions que nous ne connaissions pas de système planétaire autre que notre système solaire. Ainsi le consensus (médiatique) était plutôt que nous étions seuls dans l’univers. En 1995, on découvre une planète autour de l’étoile 51 Pegasi a. Une autre planète avait déjà été découverte en 1992, mais son existence n’a pu être confirmée qu’en 1997. Depuis, des centaines de planètes ont été identifiées hors de notre système solaire.

Je m’étonne toujours que ces découvertes n’aient pas encore suscité un changement complet de notre système de pensée. Si l’humanité, en tout cas en Europe, a régulièrement envisagé qu’elle ne soit pas seule dans l’univers, nous avons, avec les découvertes de ces planètes, des indices que la vie est susceptible de ne pas exister uniquement sur Terre1. Peut-être même est-elle, dans l’univers, relativement commune: notre Voie Lactée compte quelques centaines de milliards d’étoiles. L’Univers pourrait compter 2000 milliards de galaxies, même si nombres d’entre elles sont possiblement des galaxies naines, comptant «seulement» quelques dizaines de milliards d’étoiles.

Qu’à ceci à voir avec l’histoire, même dans sa version numérique? Cela a à voir avec le fait que les progrès de certaines sciences devraient nous appeler à rester humble et à les écouter. Disons les choses autrement: l’histoire a-t-elle potentiellement récemment opéré une telle avancée qu’elle puisse revendiquer un changement de paradigme aussi fondamental?

La réponse est «non». On m’objectera que la comparaison entre deux sciences, l’une dure, l’autre «complexe» ou entre une science et une discipline n’a pas lieu d’être, tant les méthodes, les objets, les finalités des deux sont différentes, tant les conséquences de ces découvertes sont distinctes d’une science à l’autre. L’objection est juste, toutefois jusqu’à un certain point.

Reprenant L’histoire en miettes de François Dosse2, Antoine Prost décrit une discipline historique en crises régulières, de la confrontation avec la sociologie naissante (notamment les débats lancés par François Simiand autour de l’histoire comme connaissance par traces) et regardant vers les sciences expérimentales à, justement, cette histoire en miettes, éclatées en nombreux thèmes, tourmentées par les turns (linguistique, culturel… numérique?).

L’astronomie n’est pas la seule science à avoir fait des pas de géants dans les dernières années, loin de là. L’informatique – dans un sens large ie software et hardware – en est une autre: la création des réseaux de neurones convolutifs, par exemple, notamment par Yann Le Cun3, est un pas de géant intellectuel pour l’intelligence artificielle, reposant sur l’idée de laisser le logiciel s’organiser plutôt que de tenter de reproduire le raisonnement humain par des arbres décisionnels par exemple. L’idée a émergé – si j’ai bien compris, notamment, le livre de Le Cun – la rencontre entre des chercheurs en informatique et des chercheurs en neuroscience (Yann Le Cun rappelle les colloques où il cotoyait Stanislas Dehaenne).

Si l’on file l’exemple des réseaux neuronaux convolutifs, et que l’on regarde jusqu’où ils ont des conséquences, l’ont peut aller loin et, par exemple, jusqu’en sciences humaines et sociales. En 2018, pour prendre un exemple comme un autre, Melvin Wevers et Thomas Smits ont montré à DH Benelux 2018 comment un système de neurones profonds permettait de faire une recherche systématique d’images selon leur contenu (ce qu’elle figure) dans des ensembles très larges de données. Il y a beaucoup à dire sur les limites méthodologiques d’une telle approche, mais force est de constater que l’exploitation de certaines sources primaires numérisées est en train de faire un bond en avant grâce aux réseaux de neurones artificiels.

D’autres projets, de plus en plus nombreux, utilisent des éléments d’intelligence artificielle, à l’image d’himanis autour du Trésor des Chartes. À un niveau moins spécialisé, la rencontre de l’informatique, de la mise en données (la numérisation) et de la mise en réseau, sont en train de transformer certaines de nos sources.

Emblématique de cette transformation est la presse des XIXe et début du XXe siècles. Ayant fait l’objet de grands programmes de numérisation, les projets actuels (impresso, NewsEye ou numapresse) montrent à quel point la presse numérisée, soumise à divers traitements informatiques (traitement automatique du langage, topic modeling, etc) parfois aidés de procédés issus de l’intelligence artificiels, devient une nouvelle source, presque distincte de cette source qu’était la presse ancienne lorsqu’elle n’était pas numérisée, car ces traitement nous autorisent à poser de nouvelles questions. C’est notamment ce qu’affirme Claire-Lise Gaillard dans son chapitre du Goût de l’archive à l’ère numérique4.

Toutes les transformations de l’histoire par l’informatique, qu’elles soient issues de la recherche, de l’informatique appliquée ou de l’informatique commerciale (je me rappelle toujours ce passage du Pendule de Foucault d’Umberto Eco où l’un des personnages joue avec un traitement de texte et montre à quel point écrire avec un ordinateur n’est pas écrire avec un stylo ou une plume, à quel point ni le processus d’écriture ni les traces qu’elle laisse – les ratures par exemple – ne sont les mêmes lorsque l’on utilise un processeur texte), ne sont pas aussi spectaculaires, certaines sont discrètes mais néanmoins profondes et c’est ce que nous investiguons avec Caroline Muller dans le cadre du livre Le goût de l’archive à l’ère numérique avec treize autres autrices et auteurs. Elles sont néanmoins des transformations de notre disciplines suscitées par l’informatique.

L’histoire est en crise continue, donc, et ce que je viens d’écrire en est une illustration: l’histoire est toujours en crise et désormais sous pression des sciences informatiques. Ce n’est pas tout-à-fait nouveau — le premier article relatant l’usage de l’informatique en France est publié en 1959 dans les Annales5 — mais c’est désormais un phénomène touchant plus ou moins toute la profession.

L’histoire est en crise, donc, sous pression des sciences informatiques et cela crée des frictions interdisciplinaires. Si les sciences humaines et sociales revendiquent un droit de critique des sciences expérimentales ou «dures» — à juste titre d’ailleurs et un bon exemple est l’ouvrage d’Antonio Casilli sur l’intelligence artificielle et le travail à la tâche, ingrat, difficile, faiblement rémunérateur que cela crée6 — il est assez rare qu’elles acceptent en retour les critiques provenant des autres sciences.

Il est vrai que ces critiques sont parfois maladroites et, souvent, reposent sur une méconnaissance, si ce n’est une absence de connaissance, des méthodes de l’historien.ne, de 200 ans d’historiographie, ou de ses sources. Que deux cents ans d’élaboration de la méthode critique, de mise au point méthodologique sur l’usage des sources primaires soient ignorées est vu côté historien comme la preuve de l’illégitimité de ces critiques.

Et les exemples sont nombreux. L’un des derniers en date est relayé par un long read du Guardian – «History as a giant data set: how analysing the past could help save the future» (12 novembre 2019). Les réactions historiennes sur Twitter ont été nombreuses, la mienne comprise. Cet article, dont on ne peut savoir s’il reflète l’avis de la journaliste qui l’a écrit ou l’avis effectif de l’équipe du projet support de l’article7, montre à quel point les incursions en histoire de chercheurs ou chercheuses de sciences hors SHS – ici Peter Turchin, biologiste, associé aussi à des anthropologues – sont à tout le moins incomprises8. Le plus problématique dans cet article est l’incompréhension du cœur de métier de l’historien.ne, à savoir son rapport aux sources primaires, ses méthodologies de critique des sources. Tout au long de l’article, la notion de data est utilisée sans perspective critique, alors même que de nombreux chercheurs et chercheuses ont élaboré des éléments critiques de la donnée, de Kate Crawford et dana boyd9 à Johanna Drucker10. Ces critiques de la data sont issues de méthodologies des SHS, y compris de l’histoire, solides et éprouvées, bien que restant évidemment critiquables. Encore faut-il ne pas les ignorer pour en pointer d’éventuelles faiblesses.

Pourtant, une discussion, a minima, avec les sciences externes aux SHS, serait tellement nécessaire. L’usage et l’interprétation des données est le pain quotidien de nombreux biologistes, astronomes — et oui, mon exemple de départ est bien relié à mon raisonnement présent –, spécialiste du climat et nous devrions pouvoir bénéficier de cette expérience11. Des historiens et historiennes l’ont déjà fait — Philippe Rygiel, par exemple.

Revenons à nos planètes: bien entendu, comparer les avancées dans le domaine astronomique aux avancées récentes en histoire n’a que peu de sens. En fait, les avancées historiographiques, parfois conflictuelles comme autour de la Grande Guerre (mais l’on pourrait citer également l’histoire du genre ou l’histoire des crimes de masse), de ces dernières années sont énormes. Toutefois, il y a un sens à cette comparaison: restons, en tant qu’historien.ne, humble, notamment lorsque nous critiquons d’autres sciences ou lorsque nous faisons l’objet de ces mêmes critiques, du moins si elles se situent dans le champs scientifique.

  1. Reste le paradoxe de Fermi []
  2. Une expression, comme celle de «présentisme» chez François Hartog, ou celle de «colloquite» chez Jacques Le Goff montrant à quel point les historiens français voient les évolutions historiographiques, la démocratisation des études supérieures et l’appropriation du passé par des pans entiers de la population comme des évolutions négatives – la difficulté des historien.ne.s à voir l’évolution de leur discipline au sein de la société française autrement que par des expressions négatives m’a toujours frappé. []
  3. Voir son livre plus grand public récemment publié: Le Cun Yann, Quand la machine apprend: La révolution des neurones artificiels et de l’apprentissage profond, Odile Jacob, 2019. []
  4. Gaillard Claire-Lise, « Feuilleter la presse ancienne par Giga Octets », Livre, Le goût de l’archive à l’ère numérique, 04.06.2018, http://www.gout-numerique.net/table-of-contents/feuilleter-la-presse-ancienne-par-giga-octets, consulté le 30.10.2019. []
  5. François Furet et Adeline Daumard, « Méthodes de l’Histoire sociale: les Archives notariales et la Mécanographie », Annales ESC 14 (4), 1959, pp. 676‑693. []
  6. Casilli Antonio, En attendant les robots, Paris XIXe, Le Seuil, 2019. []
  7. la base de données Seshat []
  8. Un doctorant du C2DH a publié un billet de blog sur le sujet ou plus précisément sur les incompréhensions qui peuvent exister entre sciences historiques et «sciences dures»: Kaarel Sikk, Cyberpunk perspectives on the big data paradigm and the discipline of history: Part I. The mindsets) []
  9. Boyd Danah et Crawford Kate, « CRITICAL QUESTIONS FOR BIG DATA: Provocations for a cultural, technological, and scholarly phenomenon », Information, Communication & Society 15 (5), 06.2012, pp. 662‑679. En ligne: https://doi.org/10.1080/1369118X.2012.678878. []
  10. Drucker Johanna, « Humanities Approaches to Graphical Display », Digital Humanities Quarterly 005 (1), 10.03.2011. []
  11. Patrick Manning y faisait déjà référence dans Big data in history, New York, Palgrave Pivot, 2013. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.