Plateformisation de la lecture

Depuis plusieurs années, j’ai pris l’habitude de lire sur une liseuse. Je ne parle pas des romans, mais de la lecture « professionnelle », celle où l’annotation appartient au travail de lecture à part entière, où il faut retravailler les annotations ensuite, puis intégrer les notes et commentaires faits pendant la lecture au travail de recherche et, notamment, à l’écriture.

Si des liseuses adaptées au travail universitaire existent, elles sont chères, avec le risque, étant donné l’étroitesse du marché, que l’entreprise qui les a créées ne disparaisse et le support technique avec, accélèrant le rythme de leur obsolescence. Je préfère des liseuses plus grand public, fondées sur le format standard de l’ePub — pas de liseuses d’amazon, sauf au début de ma pratique, ce qui fut une grande erreur tant les limitations logicielles et de format des kindles sont grandes, bien que l’objet lui-même soit en revanche de bonne qualité.

Mon expérience de la lecture sur liseuse est mitigée. Les constructeurs de liseuses sont aussi ceux qui essayent de maîtriser le marché du livre et intègrent dans les systèmes d’exploitation de leur liseuse des éléments logiciels permettant d’acheter des livres en un clic, ou plutôt en un pointage de doigt. Du moins est-ce le cas d’Amazon et de Kobo — je n’ai pas d’expérience des liseuses Sony par exemple.

Viennent avec ces dispositifs en apparence fort pratiques plusieurs problématiques de la lecture sur liseuse montrant à quel point ces grands constructeurs ont pour ambition de « plateformiser » la lecture. Il y a bien sûr, en premier lieu, les DRMs qui peuvent limiter les annotations (notamment le surlignage, pour être précis). Les DRMs sont là pour protéger la propriété intellectuelle, certainement, mais les dispositifs existant qui entravent le travail universitaire pendant la lecture permettent aussi de capter une partie du « travail » intellectuel du lecteur, universitaire ou non: beaucoup de lecteurs et lectrices surlignent et annotent les livres, y compris les romans. Il n’y a pas que l’annotation qui est concernée : les constructeurs peuvent aussi récupérer des données sur le rythme de lecture, sur la non lecture (si, si), sur les moments où le lecteur ou la lectrice préfère s’arrêter avant de passer à une autre activité, etc.

En clair, les liseuses sont des sangsues, qui s’abreuvent non de sang, mais de données. La liseuse s’inscrit donc — si l’on se glisse dans cette logique fort pratique mais très limitante des grandes plateformes comme kobo ou kindle — dans la logique de plateformisation qui a transformé le web pour le pire depuis le milieu des années 2000 et ce que l’on a appelé le web 2.0. Rapidement définie, la plateformisation est une  « mise au travail des usagers », pour reprendre la formule lapidaire mais tellement juste d’Antonio Casili1, c’est-à-dire l’une des forme du digital labor2. Cette mise au travail des usagers porte aussi en elle-même sa propre invisibilisation et il faut avoir des besoins particuliers, tels ceux des universitaires, pour qu’une partie de cette invisibilisation soit levée.

Mais cette plateformisation de la lecture n’engendre probablement pas uniquement la mise au travail des usagers. Je n’ai pas consulté les recherches sur ce sujet précis, mais il est fort probable également que, comme pour toutes les plateformes, elle implique également du travail au clic, à la tâche, mal payé, pour permettre l’exploitation des données engendrées par les lecteurs et lectrices. Là-aussi, très bien décrit par A. Casilli, ce tâcheronnage à la fois nouveau et ancien puisqu’il rappelle certaines formes historiques du travail, notamment du XIXe siècle, invisibilisé, est nécessaire pour l’exploitation des données ainsi récoltées, malgré les discours sur l’intelligence artificielle et l’automatisation théoriquement permise par les techniques d’apprentissage machine ou profond.

La lecture sur liseuse devient alors un problème d’éthique pour les lecteurs et lectrices. J’essaye pour le moment de contourner, à défaut de le résoudre, ce problème éthique en hackant ma liseuse, par des moyens logiciels (légaux, mais je vous laisse regarder un peu les nombreux sites sur les DRMs…), qui me permettent, par exemple, d’acheter mes livres chez des libraires indépendants dès que je le peux. Cardinal est alors l’excellent logiciel libre Calibre3 et qui permet de nombreuses choses, à commencer par la récupération des annotations et surlignages, que je peux ensuite intégrer dans zotero (notes que je relis au passage, afin de me les remémorer mieux).

On peut toutefois se demander si ce « hacking » est une solution au problème éthique que pose la plateformisation de la lecture par kobo et amazon (et probablement d’autres dont je n’ai pas utilisé les liseuses). Cette interrogation rejoint un questionnement plus vaste sur ce que sont devenus aujourd’hui internet et le web, interrogation qui fait l’objet d’une littérature de plus en plus importante. Quelques exemples d’ouvrages, pris uniquement dans le monde francophone:

  • Romain Badouard, Le désenchantement de l’Internet: désinformation, rumeur et propagande, 2017.
  • Antonio a Casilli, En attendant les robots, Paris XIXe, Le Seuil, 2019.
  • Félix Tréguer, L’utopie déchue, Paris, Fayard, 2019.
  • Ou encore le très radical Julia Lainae et Nicolas Alep, Contre l’alternumérisme : Pourquoi nous ne proposerons pas d’ »écogestes numériques » ni de solutions pour une « démocratie numérique », Editions La Lenteur, 2020.
  • À l’automne devrait également paraître un ouvrage de Dominique Boullier sur le « réchauffement médiatique ». De nombreux autres exemples pourraient être ici livrés.

Certains de ces ouvrages s’inscrivent, explicitement ou non, dans une tradition techno-critique ancienne — Jacques Ellul ou Herbert Marcuse par exemple. Et si je ne peux prétendre bien connaître Ellul, je suis profondément marqué, ces derniers temps, par la pertinence toujours grande de L’homme unidimensionnel de Marcuse.

La lecture sur liseuse devient ainsi exemplaire d’un phénomène plus général auquel il est difficile de répondre et mon hacking de ma propre lecture reste assez dérisoire : si finalement, il est assez efficace pour répondre à ces enjeux éthiques de la plateformisation, il n’en est pas moins qu’une réponse individuelle et qui ne pourra rester qu’individuelle, notamment car elle implique l’acquisition d’un savoir-faire technique non-négligeable. Elle est finalement l’équivalent des comportements individuels d’économie de l’énergie pour lutter contre le dérèglement climatique : certes utile, le problème n’en sera pas réglé sans réflexion plus large et solutions structurelles.

  1. Antonio Casilli. « La plateformisation comme mise au travail des usagers : Digital labor et nouvelles inégalités planétaires ». Benjamin Coriat, Nicole Alix, Jean-Louis Bancel, Fréderic Sultan. Vers une République des Biens Communs ?, Les Liens qui Libèrent, pp. 41-56, 2018. ffhalshs-01895138f []
  2. Pour plus d’éléments sur le digital labor, voir Antonio a Casilli, En attendant les robots, Paris XIXe, Le Seuil, 2019. Je dois avouer ne pas encore l’avoir terminé, je ne sais donc pas s’il y aborde la question de la lecture sur liseuse []
  3. https://calibre-ebook.com/fr/download []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.