Rétrospective

Le 10 juillet dernier, j’ai tenté une rétrospective de ce blog sur Twitter. L’exercice est intéressant, tant il met en scène mon parcours de chercheur, l’évolution de mes sujets de recherche et la façon dont je les pense et, enfin, les changements de mon écriture. Je reprends une partie de ce fil sur Twitter, qui disparaîtra comme tous mes tweets au bout de trois mois.

Commençons par un petit historique de ce carnet de recherche. J’avais au début un blog auto-hébergé (dans mon salon, si, si), sur l’adresse clavert.net. Après un crash lié à une coupure d’électricité (sans perte, je sauvegardais bien), j’ai décidé de passer sur Hypotheses. Hypothèses est une plateforme plus « limitée » que ne l’était mon site auto-hébergé, au sens où je ne peux pas adapter autant que je ne le veux le site (design, etc) à mes besoins. Mais je voulais arrêter de devoir m’occuper techniquement du site (c’est fun, mais ça prend du temps) d’une part ; limiter l’aspect self-branding / « marketing de soi » qu’un site à mon nom portait d’autre part. Le self-branding dans le domaine de la recherche m’ennuie aujourd’hui profondément, même si je suis plus ou moins obligé de le pratiquer. Avec Hypothèses, disons que je limite l’étendue de ce marketing de soi.

Au début était la thèse, le premier job et… le numérique

Mes premiers posts, publiés sur clavert.net puis importés sur ce carnet, touchent à ma thèse, une biographie de Hjalmar Schacht, président de la Reichsbank sous Weimar puis sous le IIIe Reich et ministre de l’Économie de 1934 à 1937.

J’ai aussi publié dès le début des billets sur les emplois que j’ai occupés, notamment (après les postes d’ATER), mon premier emploi au Luxembourg pour une institution qui éditait une bibliothèque numérique sur l’histoire de l’intégration européenne, le Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (aujourd’hui dissoute et dont les activités ont été transférées au C2DH à l’Université du Luxembourg).

À cette époque, le blog contient beaucoup d’annonces de mes publications, en espérant que cela m’aide pour trouver un poste d’enseignant-chercheur. Voici par exemple un billet évoquant brièvement ma première publi, plusieurs années avant:

Notez, que je n’écrirais aujourd’hui plus du tout la même chose sur la mise en ligne d’un tel article!

Dès le départ, ce carnet, alors sur clavert.net et donc non appelé L’histoire contemporaine à l’ère numérique, a contenu des éléments d’histoire numérique. Je me suis intéressé tôt dans l’histoire du blog que je ne me souvenais à la manière de lire à l’ère numérique, certes de manière très naïve (Les chercheurs et la lecture).

Les années suivantes ont été marquées par de nombreux billets sur l’histoire européenne, souvent pour annoncer des journées d’études ou selon mes recherches de l’époque, plus ou moins avortées, autour des banquiers centraux ou de l’euroscepticisme (Contre l’Europe).

Les relations histoire-numérique comme objets de recherche

Si dès le départ de l’histoire du site, je m’intéresse au numérique, il y a néanmoins, autour de 2011, un sorte de tournant, où les relations entre histoire et numérique prennent le pas sur le reste, où ces relations deviennent un sujet de recherche à part entière (Le code et l’historien contemporanéiste – pensées éparses, 2011 – ce tournant intervient après l’organisation du colloque L’histoire contemporaine à l’ère digitale et alors que j’en éditais les actes avec Serge Noiret, finalement publiés en 2013).

Ce dernier billet – Le code et l’historien contemporanéiste – est exactement le type de texte que je n’écrirais plus du tout de la même manière aujourd’hui. Mais après tout, un carnet de recherche est une pensée en cours, non une pensée finie comme un article publié dans une revue avec évaluation par les pairs est censé l’être. En un sens, un carnet de recherche ouvre le droit à l’erreur ou du moins à l’exploration de pistes.

Ce « tournant » numérique correspond aussi à un style différent : de billets relativement courts, je passe à des billets plus élaborés, plus longs et qui m’ont parfois occupés plusieurs jours.

J’ai parfois fait des pas de côté: en explorant différemment ma thèse avec les outils que je venais d’apprendre à maîtriser (La série de quoi parle ma thèse?, 2012-2013) ou en étendant mes sujets à des domaines inattendus, comme avec ce billet sur Nike + (aujourd’hui Nike running club: [Interlude sportif] Que fait Nike des données récoltées via Nike+? ou comment courir amène à s’interroger sur la gamification, les réseaux sociaux et la « quantification » de soi, qui a été publié dans une anthologie).

Méthode, réseaux sociaux numériques et mémoire

À partir de 2013-2014, nouvelles évolutions : outre le fait que je deviens ingénieur de recherche à Paris (LabEx EHNE), puis enseignant chercheur à Lausanne en 2015 et au Luxembourg en 2017, j’entame surtout ma recherche sur le Centenaire de la Grande Guerre sur Twitter. Montent alors progressivement deux éléments:

Histoire et réseaux sociaux numériques

Les implications méthodologiques de l’histoire numérique

À partir de 2014, j’ai publié mes premiers billets sur le Centenaire de la Grande Guerre:

Ce projet de recherche est important dans mon « ego-histoire ». Il m’a mis en contact avec un public très large, avec des praticiens de l’histoire qui ne font pas métier de cette pratique. Lors des événements mémoriels récents que nous avons vécus (les statues qui tombent… voir la série du podcast Paroles d’histoire sur le sujet, épisodes 140 à 144), je me suis d’ailleurs aperçu que je n’avais plus du tout la même vision de la notion de mémoire.

Du goût de l’archive à l’ère numérique à #covid19fr

Enfin, dernière étape, en parallèle de la précédente: la préoccupation pour les archives, qui aboutit au projet Le goût de l’archive à l’ère numérique avec ma collègue Caroline Muller.

Dans cette réflexions sur les archives, quelques éléments sur les conséquences des techniques d’apprentissage sur nos sources primaires émergent, qui rejoignent mon obsession pour la « mise en données » des archives :

De temps en temps, à l’occasion, par exemple, de la sortie du livre de ma collègue Valérie Schafer, un peu de nostalgie pour le web 1.0 et pour ma très très brève carrière de startuper, quand on ne parlait pas encore de startup nation.

En parallèle, j’ai publié sur la thématique de la mémoire à l’ère numérique, conséquence de mes recherches sur le Centenaire, mais également de préoccupations plus générales sur le temps présent, dont deux de mes plus récents billets:

Enfin, surgissent la crise de la covid19 et le lancement d’un projet de recherche fondé (encore) sur une collecte massive de tweets:

Avoir un carnet de recherche est-il toujours pertinent?

Faire cette rétrospective m’a poussé à me demander pourquoi j’ai apprécié cette exercice du blogging scientifique. La première réponse est évidente: cela permet de garder trace de sa propre évolution. Je suis tombé sur des billets que j’avais oubliés (parfois pour de bonnes raisons, d’ailleurs). La seconde réponse est tout aussi importante: le blogging est un exercice d’écriture régulier (bien que mes billets, au fur et à mesure, s’espacent) qui est somme toute plutôt sain. Pierre Mounier parlait du carnet de recherche comme d’un moyen d’ouvrir la boîte noire des historiens et historiennes: en un sens, il nous ouvre aussi à nous même.

Toutefois, malgré une activité certaine ces derniers temps due pour l’essentiel à la publication de billets écrits parfois il y a plusieurs mois ou années mais non publiés, je commence sérieusement à me poser la question de la pertinence du maintien régulier d’un carnet de recherche, pour plusieurs raisons.

La première est que l’exercice ne me semble plus aussi libre qu’avant. On parle régulièrement d’intégrer les carnets de recherche à l’évaluation des chercheurs et chercheuses. C’est une hérésie: un carnet est un espace de liberté, donc il ne doit pas être évalué. Mais l’idée qu’il puisse être a déjà modifié mon regard sur mon propre carnet.

Ensuite, si le carnet est un exercice d’écriture intéressant, le fait est que nous écrivons pour être lus. Un carnet est-il lu? Je n’en suis pas sûr. OpenEdition nous fourni les statistiques de consultation de nos carnets. Mais ces chiffres sont peu interprétables. Prédomine ces derniers temps l’impression que les blogs sont aujourd’hui en concurrence avec des plateformes comme medium ou The Conversation, même si leur usage est bien différent. Cette concurrence réduit-elle l’intérêt d’avoir un blog? Je ne le sais pas encore. Je blogue ainsi depuis plus de dix ans, mais je ne suis pas sûr de continuer encore longtemps. Peut-être qu’une seule rétrospective suffit?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.