Sur «J’ai vu naître le monstre» de Samuel Laurent

Samuel Laurent, j’ai vu naître le monstre. twitter va-t-il tuer la #démocratie? les arènes, 2021.

Si l’on attend de cet ouvrage de Samuel Laurent, journaliste au Monde qui a longtemps été responsable de la rubrique de fact checking Les Décodeurs, une théorisation sur l’influence (forcément néfaste) des réseaux sociaux numériques et plus précisément Twitter sur la démocratie, on sera déçu. D’ailleurs, Samuel Laurent n’oublie pas de rendre hommage au travail du journaliste David Dufresne sur les violences policières, travail dont l’un des outils centraux a été Twitter.

Riche en exemples issus de l’expérience de l’auteur qui nous font revivre une décennie de polémiques, il perçoit bien un certain nombre de ruptures chronologiques, notamment 2012-2013 quand Twitter devient progressivement central pour le journalisme et la politique, puis devient non pas un outil mais un terrain de jeu politique, où cette tendance à l’émotion est exploité, pour le pire et aux détriments des faits, par tous les camps politiques. Toutefois, les exemples les plus frappants sont ceux de l’extrême-droite (et je l’ai constaté avec les commémorations de Verdun) mais également de La République en Marche, qui, n’ayant pas vu venir l’émergence des Gilets Jaunes ni compris son succès, a fini, à l’occasion de l’épisode de la Salpétrière, par convaincre Samuel Laurent de prendre ses distances, non sans un article particulièrement intéressant sur la radicalisation de certains macronistes en ligne. Le livre est aussi l’occasion d’un retour sur les limites et la nécessité du fact checking ainsi que sur l’épisode du décodex.

Sur l’articulation des réseaux sociaux numériques au reste du paysage médiatique, l’ouvrage pèche au contraire nettement. Bien qu’un peu abordée, la question des chaînes d’information en continue et de la manière dont elles utilisent Twitter mériterait d’être creusée. Surtout, un certain ombre d’éléments devraient être historicisés. Les emballements médiatiques autour de ce que nous pourrions aujourd’hui appeler des fake news ont existé avant les médias sociaux et la remise en cause des journalistes comme gate keepers. Ainsi pourrions-nous rappeler l’exemple de la fausse agression antisémite du RER D en 2004, emballement que certains politiques et journalistes ont justifié par un « cela aurait pu arriver » absolument impardonnable. Le primat de l’émotion sur l’information et la contextualisation des médias sociaux n’est pas nouveau. Ce qui l’est, comme le rappelle Dominique Boullier, c’est la circulation de l’information (dans un sens large) à haute fréquence.

Le livre de Samuel Laurent passe complètement à côté de ce dernier point. Il ne se confronte pas à la littérature académique, abondante, sur les réseaux sociaux numériques. Il n’historicise pas les médias sociaux, tâche pourtant nécessaire pour comprendre leur place et leur rôle aujourd’hui. Se focalisant sur les milieux du journalisme et de la politique (dont il décrit l’entre soi de plus en plus important sur twitter), il manque, sauf lorsqu’il aborde le travail de David Dufresne, ses très nombreux autres usages et communautés — comme je l’ai écrit avec ma collègue Caroline Muller, Twitter permet aussi des discussions scientifiques de grande qualité.

Samuel Laurent est moins caricatural, particulièrement dans sa conclusion (« En défense des légions d’imbécile »), que le titre de son ouvrage ne le fait apparaître. Il y remet en cause la notion d’un libre marché des idées, des informations, des opinions, appelant, en se fondant sur une intervention (recontextualisée) d’Umberto Eco, à une plus grande modération de ce marché (sur le web) pour contrebalancer ce qu’il voit comme la privatisation par Twitter de l’espace public cher à Jürgen Habermas.

Ce livre est finalement un témoignage de haute valeur sur le Twitter politique et journalistique des années 2010, sur la déchéance de l’utopie du web et de la libre information, sur la génération de journalistes qui y a cru. Ravivée par l’émergence des médias sociaux après 2005, cette utopie a été anéantie par le modèle publicitaire de financement des GAFAM et de Twitter, modèle qui a poussé les médias sociaux à exploiter l’émotion et la viralité aux détriments de l’information et des faits.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.