Anéantir le temps

Je ne résiste pas aux mèmes. Pas n’importe lesquels, bien entendu. J’ai la chance de pouvoir déguiser cette faiblesse en un intérêt scientifique et, bientôt, la justifier par la participation à un projet de recherche initié par ma collègue Valérie Schafer.

Bernie Sanders crée Adam.

Les mèmes sont de formes très variées: textes, images, vidéos et… deepfakes. Les deep fakes sont ces vidéos produites par des systèmes fondés sur de l’apprentissage profond (deep learning), où Obama insulte Trump par exemple — il s’agit de faire coller du son sur un mouvement de lèvre et des attitudes d’une personne qui n’a pas prononcé ces paroles. En somme, de potentielles fake news créées par de l’intelligence artificielle, avec des conséquences que l’on ne mesure pas encore.

Ici, nous allons nous intéresser à deux applications: deep nostalgia (MyHeritage) et wombo (wombo.ai). La première permet d’animer les photographies de nos ancêtres, la seconde permet de faire chanter n’importe qui sur quelques airs de musique. Commençons par celle-là.

Faire chanter nos prédécesseurs

J’ai découvert Wombo.ai (téléchargeable sous la forme d’une application sur téléphone mobile, extrêmement facile d’utilisation) par hasard lorsque des collègues sociologues se sont amusés avec Max Weber. Alors, oui, je l’avoue, j’ai fortement abusé de Wombo, comme de nombreuses personnes depuis vendredi dernier, au point que l’on puisse parler d’une forme de mème.

Un portrait que l’on charge dans l’appli, une musique parmi un choix restreint, quelques minutes d’attente et voici un personnage (vous, vos amis, vos ennemis ou n’importe qui) qui chante avec les voix de Gloria Gaynor, Michael Jackson ou James Brown par exemple1. Les serveurs de Wombo, à la suite d’un engouement non négligeable, ont été malmenés et l’app pendant un temps n’a plus marché mais fonctionne à nouveau correctement.

Si vous faites une recherche sur Twitter ou, d’ailleurs, n’importe quel réseau social numérique, plateforme vidéo ou moteur de recherche, vous pourrez observer assez vite que l’animation de personnages historiques est l’une des tendances, certes non majoritaire, de l’usage de cette application. Pour ma part, j’ai fait chanter plusieurs historiens français et allemand du XIXe siècle: Ranke, Michelet et Seignobos.

Wombo.ai ne peut cacher son usage, disons, humoristique. En conséquence, on prend facilement de la distance face à ces vidéos dont le résultat est plus ou (très souvent) moins réussi, d’ailleurs. Il n’y a aucun doute possible sur le caractère falsifié de ces vidéos.

Toutefois, assez vite, l’utilisation de cette application a priori inoffensive pose question, surtout en relation avec le passé. S’il va sans dire que l’on me reprochera de manquer de respect aux fondateurs de la discipline, des éléments éthiques bien plus importants ont vite émergé. Peut-on plaisanter avec tous nos prédécesseurs? Hors de question pour moi de faire ce type de vidéos avec Marc Bloch, torturé et exécuté par la Gestapo en 1944. Impossible également de tester ceci sur des collègues historiens ou historiennes vivants ou que je connais (pas publiquement du moins). J’imagine surtout l’usage que l’on peut en faire avec des personnages historiques contestés — vous trouverez des exemples facilement en cherchant sur youtube.

Un passé sans passé

Wombo.ai reste une application amusante du deep learning, amusement qui pose néanmoins comme on vient de le voir des problèmes éthiques finalement très communs lorsque l’on utilise l’apprentissage profond ou l’IA de manière générale. C’est d’ailleurs finalement l’un des intérêts de cette application. Toutefois, Wombo ne prétend à rien d’autre qu’à la création de petites séquences vidéos dont la portée mémétique est peut-être la seule justification.

Il en est tout autrement de Deep nostalgia. Antérieure de quelques semaines, cette fonctionnalité du site web et de l’application pour téléphone mobile MyHeritage touche, comme son nom l’indique, bien plus au passé que wombo. Ici, le but n’est pas le mème (quoiqu’un peu quand même: la vidéo deep nostalgia de Rimbaud a un potentiel fort de ce point de vue là), mais plutôt l’exploitation (commerciale) de la demande très forte de passé, de mémoire, y compris familiale.

MyHeritage fait partie de ces sites qui proposent la construction d’un arbre généalogique, mais également l’analyse de votre ADN et en tirent profit. La passion pour la généalogie est un marché concurrentiel qu’internet et le web a fortement alimenté depuis le début des années 2000 au moins. Comme le soulignent plusieurs articles en ligne (par exemple celui des DNA), Deep nostalgia est une manière pour MyHeritage de se distinguer de ses concurrents et de se faire de la publicité, y compris pour ses services d’analyse de l’ADN (interdit en France et la plupart du temps complètement foutraque: qui décide que tel ADN est plus Français ou Allemand ou Magyar que tel autre? Sur quelle base peut-on affirmer ceci?).

Deep Nostalgia permet d’animer les photos d’ancêtres décédés mais il est possible de fournir à MyHeritage n’importe quel photo tant qu’il s’agit d’un portrait (et tant que l’on paye). Comme pour Wombo.ai, une première limite touche aux personnes dont on fait « vivre » le portrait, aux motivations que l’on peut avoir pour faire « revivre » tel ou tel personnage historique, par exemple. Néanmoins, cela ne me semble pas être le problème principal. Deep Nostalgia et MyHeritage soulèvent tellement de questions — y compris de données personnelles — que je n’évoquerai brièvement que l’une d’entre elle ici: celle du rapport au temps que cette fonctionnalité porte.

L’anéantissement du temps

Nos ancêtres, connus ou non, ne se résument pas à leurs photographies — une évidence à répéter: ils vivaient dans une société, à un moment précis. Société où l’on n’exprimait pas ses émotions, ses sentiments de la même manière aujourd’hui, ni de manière identique selon son statut social, son genre, etc. Or Deep Nostalgia anime toutes les photographies de la même manière, sans aucune référence à un contexte historique: grâce à ce logiciel, nos ancêtres errent sur le web, ni morts ni vivants, comme des zombies2 sans âmes, sans culture, sans lien social, sans rien, comme s’ils et elles n’appartenaient tous et toutes qu’à une seule et même société, la nôtre. Ici, l’usage de ces logiciels aboutit à une sorte de présentisme ultime, où tout est dans le présent: on ne revit pas le passé, on lui impose le présent. Deep Nostalgia est une entreprise d’anéantissement du temps historique.

  1. il y a d’autres choix un petit peu moins inspirants du point de vue du quarantenaire que je suis []
  2. À ce titre, dans le cas de wombo.ai, le choix de Thriller de M. Jackson, comme me l’a fait remarquer Dominique Boullier sur facebook, est finalement le meilleur []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.