Abandonware. Temporalité des artefacts numériques du patrimoine

Pour un chapitre dont j’ai malheureusement dû abandonner l’écriture, je m’étais plongé dans un site web, abandonware-france.org, qui est aussi fascinant que Know your Meme, pour un sujet différent, les jeux vidéos qui ne sont plus mis à jour. Je me suis alors souvenu de l’un d’entre eux, installé sur mon Performa 6400 AV doté de MacOS 8, prédécesseur lointain du macOS d’aujourd’hui. Le texte ci-dessous aurait dû être l’attaque du chapitre.

En 1999, la société française éditrice de jeux vidéos Cryo Interactive publie Chine: intrigue dans la Cité interdite. Sur le cd-rom contenant le jeu et soutenu par la Réunion des musées nationaux, était disponible une modélisation complète de la Cité interdite, bien entendu utilisable pour le jeu, mais également hors du jeu, pour visiter ce palais multi-séculaire dans son état du XVIIIe siècle. Si la Cité interdite est un patrimoine vieux de six cents ans, sont artefact numérique dans la version de Cryo date, lui, d’un peu plus de vingt ans.

Qui, aujourd’hui, se souvient du jeu ? Dans cet exemple, la temporalité du patrimoine numérisé à fait long feu, même s’il est toujours possible d’y jouer en passant par des sites d’« archivistes » des jeux vidéos comme abandonware. Si l’installation aujourd’hui de ce jeu est possible, elle implique d’acquérir ou d’avoir acquis des capacités techniques non négligeables, puisqu’il faut faire appel à un émulateur d’anciens systèmes d’opération.

Cet exemple est paradigmatique de ce qu’est la patrimoine numérisé, de ce qui le menace et de ses temporalités, mais aussi de certains usages qu’il peut engendrer — ici le jeux vidéo, c’est-à-dire, au vu des moyens techniques de 1999, une expérience d’immersion dans un patrimoine peu accessible: si la Cité interdite est visitable, encore faut-il pouvoir se rendre en Chine. Pour le reste, le « moteur 3D » sous-tendant le jeu (ainsi que d’autres jeux d’ordre historique de la même défunte entreprise comme Versailles) a disparu, les formats utilisés sont propriétaires (ce qui diminue la durée de vie du jeux et donc de la reproduction de la Cité interdite), les systèmes d’opération permettant de le faire tourner ne sont plus installables (Windows 95 mais également la version 8 du Système MacIntosh pre-Mac OS X) que difficilement sur des logiciels appelés « émulateurs », le matériel informatique d’aujourd’hui étant devenu trop complexe pour ces systèmes.

La temporalité du patrimoine « d’origine » est de l’ordre du demi-millénaire et a des chances d’être (multi-)millénaire, celle de sa version numérisée n’est « que » multi-décennale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.