Sans routine

À l’invitation de Marie Puren, j’ai participé au séminaire histoire numérique du laboratoire MNSHS (Méthodes Numériques pour les Sciences de l’Humain et de la Société) avec mon collègue lyonnais Pierre Vernus.

Intitulée Goût des archives nativement numérique et digital bricolage: l’historien·ne face aux données massives du web (qui a dit: “encore!”?), j’y ai évoqué, en partant de ces deux notions du goût de l’archive et du bricolage numérique, trois projets: le classique #ww1, mais également le plus récent AWAC2, né du réseau WARCnet autour des archives du web en réponse à appel de l’excellent projet Archives Unleashed. Ma collègue Valérie Schafer, qui est à l’origine de cette recherche collective, en parle plus en détails sur le blog de l’IIPC (International Internet Preservation Consortium).. J’ai terminé la présentation sur le Journal of Digital History (et une présentation plus en détail du journal est disponible sur youtube).

Au fur et à mesure que j’ai préparé ma présentation (disponible ici), ce qui m’a frappé, et j’en ai fait un axe majeur de mon propos, est l’instabilité de mes méthodes de travail. J’avais présenté mon flux de recherche et d’écriture sur ce carnet: il est devenu largement obsolète — le questionnement, lui, reste par contre tout-à-fait valable. La routine mise en place pour le projet sur le Centenaire de la Grande Guerre sur Twitter a tout simplement été totalement remise en question par le projet AWAC2. Trop de données, données trop différentes, évolution des outils… Nous avons dû adopter de nouvelles méthodes de travail pour explorer ce corpus massif (plus de 5 Tb de fichiers WARC, mais nous travaillons sur des données dérivées, dont les plus intéressants atteignent les 8 à 9 Gb).

Pendant ce même séminaire, Pierre Vernus a, notamment, fait un historique de la fiche cartonnée, l’outil utilisé pour la prise de notes sur archives depuis Langlois et Seignobos et qui a encore, d’une certaine manière, une influence via Zotero qui s’en est inspiré. Ce qui découlait de son exposé est une forme de stabilité séculière: dans les manuels des années 1990, voire jusqu’aux années 2000, on explique encore comment utiliser les fiches sur papier cartonné, comment les organiser, etc.

Avec la conjonction de l’informatique personnelle, de la mise en réseau et de l’explosion des sources primaires numérisées ou nées numériques, cette stabilité des méthodes historiennes a complètement volé en éclat. Dès la salle de lecture des centres d’archives, le numérique s’immisce dans nos méthodes. Rien ne permet de dire — en tout cas dans mon cas — qu’un nouvel ensemble stable de méthodologies va faire surface bientôt. Il ne s’agit pas que d’obsolescence, programmée ou non, des outils (mais c’est un facteur important): l’apparition de nouvelles sources primaires (nées numériques) et l’immense mouvement de numérisation des sources primaires ‘analogiques’ — la numérisation des archives extrêmement riches de la Société des Nations aboutira d’ici environ un an à la publication de 15 millions de documents, pour ne prendre qu’un seul exemple — me semblent jouer un rôle bien plus important dans cette instabilité.

Pierre Vernus et Marie Puren ont conclu sur le fait que l’histoire dite numérique disparaîtrait à terme, quand les méthodologies numériques seront intégrées plus globalement dans l’histoire. C’est un point de vue que, par exemple, Peter Haber avait exprimé en 2012 dans la discussion qui avait suivi la keynote qu’il avait prononcée au colloque DHLU, il y a presque dix ans. C’est un point de vue sur lequel je peux être d’accord, mais il me semble que sa réalisation prendra beaucoup de temps.

Il y a quelque chose à la fois d’excitant et de fatigant à être devenu historien dans cette période. Excitant, car il y a un intérêt intellectuel à faire évoluer constamment ses pratiques de recherche et d’écriture. Fatigant, car l’on ne peut se poser en chemin, ce qui entrave, parfois, notre réflexivité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.