Si Febvre et Bloch s’étaient souciés de leur RG Score, ils n’auraient pas fondé l’école des Annales

Récemment, j’ai reçu un mail du site pour chercheurs ResearchGate (RG). RG est hébergé en Allemagne, à Hanovre et Berlin. C’est une sorte de Facebook pour chercheurs. Très orienté sciences dures, comme la plupart de ses concurrents1, c’est celui qui a annoncé le plus d’adhérents2. D’autres annoncent des bases d’articles énormes3.

La signification de ces chiffres est faible. En fait, les annonces « statistiques » de ces sites pour chercheurs reflètent d’une part la volonté d’être le premier sur ce marché émergent des réseaux de chercheurs4; d’autre part la remise en cause radicale des modes d’évaluation de la recherche et des chercheurs avec le web.

Penchons-nous un instant sur ce second point. Cette remise en cause des modes d’évaluation des chercheurs est la conséquence de l’évolution des traditions de publication en sciences. Avec les blogs – littérature grise reflétant des pensées scientifiques en cours d’élaboration -, avec l’open access – qui bouscule les modes de financements du système de publication scientifique -, avec le principe central du web – l’hyperlien qui rend possible des narrations non-linéaires… -, l’impact factor, les listes de revues et autres h-index ne reflètent plus qu’une petite partie de l’activité d’un chercheur.

D’où une guerre généralisée sur le web pour capturer une plus large part de l’activité scientifique des chercheurs. D’où, également, ce mail envoyé par Research Gate qui évoque un nébuleux « RG Score ». Le but, pour Research Gate, est de prendre en compte l’ensemble du travail d’un chercheur:

No work goes to waste; and everything counts.

Ainsi, grâce (à cause de?) Research Gate (ou Mendeley, ou Academia.edu5…) vous pourrez travailler sur votre réputation en ligne, améliorer votre index de citation. Cette tendance va de pair avec l’apparition des « altmetrics« .

Cette évolution me pose fondamentalement problème. L’évaluation des chercheurs en sciences humaines et sociales a toujours été contestée, parfois dans ses fondements mêmes, parfois pour ses modalités d’application6. Mais la notion de « réputation » telle qu’elle ressort de sites comme Mendeley ou ResearchGate me semble amplifier les problèmes posés par l’évaluation des chercheurs (souvent biaisée, car tout simplement difficile à faire en SHS) plutôt que les résoudre. En fait, si un chercheur se soucie de sa réputation sur le web, je doute que ses recherches – dans les sciences humaines et sociales – soient réellement innovantes. Car, être créatif dans ses recherches, essayer de trouver de nouvelles problématiques, de nouveaux domaines de recherche, c’est prendre un risque fondamental, c’est, justement, mettre en jeu sa réputation.

En clair, si Lucien Febvre et Marc Bloch s’étaient souciés de leur réputation, ils n’auraient pas fondé l’école des Annales.

L’obsession de la réputation des sites pour chercheurs – dans le domaine des sciences humaines du moins – me semblent porter un risque de stérilisation. Surtout, je crois que cette obsession est ici faite pour séduire les acteurs les plus conservateurs des sciences humaines et sociales (les éditeurs, les agences d’évaluation) et non les chercheurs qui souhaitent sortir des sentiers battus. Pour cette raison, cette obsession mènera à une impasse. Si ces réseaux pour chercheurs ne misent que sur cette notion de réputation, il n’est tout simplement pas intéressant de s’y investir à long terme pour un chercheur en sciences humaines et sociales.

C’est dommage. Il est un point sur lequel les réseaux sociaux pourraient pourtant nettement contribuer à une amélioration des SHS. Le débat entre chercheurs sur les hypothèses qui fondent nos travaux, ce débat que nous menons en colloque, par le biais de nos publications, est fondamental pour l’évolution de la recherche en SHS. Pourtant, les sites, les services, les  logiciels7 dédiés aux chercheurs restent peu innovants sur les moyens donnés aux chercheurs pour mener le débat. C’est un point qui reste à investir.

  1. Voir Mendeley, par exemple et à l’exception de Zotero []
  2. 1,9 millions si l’on en croit Wikipedia (consulté le 21 août 2012) []
  3. Mendeley revendiquait en 2009 100 000 membres mais 8 millions d’articles scientifiques. Sean Takats, co-director du projet Zotero, a écrit ce qu’il pensait de ce type de chiffres []
  4. C’est la logique du « winner takes all » illustrée dans un autre domaine par le rachat d’instagram par Facebook. Dans le cas des réseaux pour chercheurs, le « racheteur » risque plutôt d’être Elsevier ou Springer []
  5. qui vous promet d’augmenter vos citations de 30% []
  6. Voir Lemercier, Claire. « À propos d’un “périmètre de scientificité” pour les revues de SHS ». Évaluation de la recherche en SHS 24 mars 2009. Web. 13 juill. 2011 et « affordance.info: Les chercheurs sont des loosers. » Web. 12 juill. 2011. []
  7. y compris, peut-être, zotero, beaucoup plus orienté vers les SHS, mais dont la couche sociale est faible []

8 réflexions au sujet de « Si Febvre et Bloch s’étaient souciés de leur RG Score, ils n’auraient pas fondé l’école des Annales »

  1. Alain Lhémery

    Il suffit de ne pas regarder le score et tout va bien, on ne pose plus de question sur ce que cela représente ou pas.
    J’utilise RG pour aller remplir ma besace aisément de papiers parus dans des journaux auxquels je n’ai pas facilement accès. Soit ils sont en ligne (parfois illégalement), soit il suffit de demander aux auteurs poliment. C’est plutôt efficace. De même, je sais que des gens suivent plus aisément ce que je fais et réciproquement. C’est plutôt facile et utile et l’investissement en temps est archi-minimal.
    Parfois, le côté « réseau social » réserve des bonnes surprises. Il s’agit du seul auquel je sois abonné mais cela me permet de ne pas passer pour un ringard total auprès de mes enfants ! Je leur dis que c’est le FaceBook des chercheurs.

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Bonjour.

      Oui, RG et d’autres nous permettent de trouver des perles auxquelles nous n’aurions pas accès sinon, c’est certain. Néanmoins, si nous ignorons ce type d’évaluations (le RG score et d’autres), nos évaluateurs ne les ignorerons pas d’une part (d’où le rachat de Mendeley par Elsevier), et d’autre part nous pouvons aussi trouver des pépites sur les dépôts de nos institutions (ou hors de nos institutions). Télécharger sur ces réseaux sociaux nos articles, c’est aussi leur fournir gratuitement nos données, ce qu’elles exploitent commercialement sans vergogne, pour un retour qui n’est pas si important: Hal (par exemple) et d’autres dépôts permettent une très belle valorisation de nos articles aussi. A long terme, le choix de ces réseaux sociaux a grand risque de nous être préjudiciable.

      Bien à vous,
      FC.

      Répondre
  2. Ping : Academia.edu, ResearchGate…à utiliser avec modération ! | Archives ouvertes

  3. Ping : Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques | URFIST Info

  4. Ping : Si Febvre et Bloch s’étaient souci...

  5. Bastien

    (Amusant d’appeler principe « central » du web le lien hypertexte… 🙂

    Je comprends la réticence générale, mais j’ai une crainte plus précise : que des entités privées deviennent les acteurs centraux de l’e-réputation scientifique. C’est ça que je lis derrière le « RG ».

    D’autre part, tout cela demanderait de bien comprendre la différence entre réputation « IRL » et réputation en ligne — avec, au centre, les différents modes de diffusion scientifiques.

    Mais dans le fond oui, on sent un risque de dérive.

    Répondre
  6. Sébastien Barret

    En fait, je me demande si, plus encore que par la notion de popularité, je ne suis pas gêné par l’idée que chaque étape ou facette d’un processus scientifique doive faire l’objet d’une visibilité immédiate, quantifiable et ostensible (« everything counts »). Les publications n’ont jamais représenté l’intégralité de l’activité d’un chercheur, même en laissant de côté l’enseignement et l’administration pure pour simplifier le propos. C’est un problème que je connais un peu : quand je travaillais à Dresde, il devait y avoir au moins la moitié de ce que je faisais qui était « hors rapport d’activité », ne serait-ce que le temps passé à relire les thèses ou articles écrits par mes collègues, à donner des coups de main en latin etc. Et ça, c’est pas de l’administration, c’est de la science. C’est aussi le cas de pas mal des tâches qui permettent d’obtenir une équipe ou une institution qui fonctionne et dure un peu. Et je ne parle même pas de ce qui doit rester plus ou moins caché pendant un temps, du genre des expertises anonymes de projets de publication. Après, je n’ai rien contre les réseaux sociaux et la visibilité, bien au contraire (la preuve ;-)) ; mais y compris lors de processus d’évaluation un peu serrés, il faudra bien admettre une part de non-quantifiable (ce qui ne veut pas dire non-évaluable). Pour évoquer une question pas mal discutée mais qui ne me concerne pas directement, ça peut être la différence entre avoir beaucoup de doctorants et les suivre, sans compter que la qualité du suivi d’une thèse (ou autre) n’est pas forcément directement liée au temps passé à discuter avec les personnes concernées.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *