Archives de l’auteur : Frédéric Clavert

À propos Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l'histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches touchent aujourd'hui de plus en plus aux sources de l'historien.ne à l'ère numérique. Passé par Strasbourg, Paris-Sorbonne et Lausanne, il est désormais chercheur au Center for Contemporary and Digital History (C2DH) de l'Université du Luxembourg.

Un autre numérique reste possible

Le texte ci-dessous a déjà été publié sur Medium et sur le carnet d’Anne Baillot. Nous avons décidé de la « décentraliser »: que chaque autrice et auteur puisse la publier sur son carnet.

Écrite à sept, longuement mûrie, elle me (nous) tient à cœur: y reste le peu d’utopie numérique à laquelle je crois (naïvement) encore ; s’y expose l’inquiétude grandissante autour d’une forme de dystopie numérique qui se dessine dans les universités ; s’y esquissent quelques pistes qui passent par l’appropriation du numérique par les chercheurs et chercheuses ; y figure un appel à construire des infrastructures dignes de ce nom, où l’humain doit être au cœur de tout.

Nous ne sommes pas les seul.e.s à exprimer ces inquiétudes. Des collègues italiens les ont exposés à l’automne 2020 (en version française sur Academia). Des collègues allemands se sont souciés de la transformation des grands éditeurs scientifiques en dealers de données issues de la surveillance des chercheurs et chercheuses (et oui, allez sur ce site et signez la pétition).

Signataires

  • Chloé-Agathe Azencott, Enseignante-chercheuse en mathématiques appliquées à MINES ParisTech
  • Anne Baillot, Professeure des Universités à l’Université du Mans, Etudes germaniques et Humanités numériques
  • Frédéric Clavert, Professeur assistant en histoire contemporaine, C2DH, université du Luxembourg
  • Alix Deleporte, Maître de Conférences, Institut Mathématique d’Orsay, Université Paris-Saclay
  • Julie Giovacchini, Ingénieur de recherche en Analyse de sources anciennes et Humanités numériques, CNRS, Centre Jean Pépin (UMR8230)
  • Anne Grand d’Esnon, Doctorante en littérature comparée, Université Bourgogne-Franche-Comté
  • Catherine Psilakis, Université de Lyon 1

Une dystopie numérique universitaire se dessine, dont l’émergence est accélérée par la crise sanitaire. Il est néanmoins toujours temps de faire du numérique à l’université un outil au service des enseignant.e.s-cherch.eur.euses.s, ingénieur.e.s et étudiant.e.s – et plus largement de toutes celles et ceux qui enseignent, cherchent et transmettent le fruit de leur recherche.

Continuer la lecture

Abandonware. Temporalité des artefacts numériques du patrimoine

Pour un chapitre dont j’ai malheureusement dû abandonner l’écriture, je m’étais plongé dans un site web, abandonware-france.org, qui est aussi fascinant que Know your Meme, pour un sujet différent, les jeux vidéos qui ne sont plus mis à jour. Je me suis alors souvenu de l’un d’entre eux, installé sur mon Performa 6400 AV doté de MacOS 8, prédécesseur lointain du macOS d’aujourd’hui. Le texte ci-dessous aurait dû être l’attaque du chapitre.

Continuer la lecture

Anéantir le temps

Je ne résiste pas aux mèmes. Pas n’importe lesquels, bien entendu. J’ai la chance de pouvoir déguiser cette faiblesse en un intérêt scientifique et, bientôt, la justifier par la participation à un projet de recherche initié par ma collègue Valérie Schafer.

Bernie Sanders crée Adam.

Les mèmes sont de formes très variées: textes, images, vidéos et… deepfakes. Les deep fakes sont ces vidéos produites par des systèmes fondés sur de l’apprentissage profond (deep learning), où Obama insulte Trump par exemple — il s’agit de faire coller du son sur un mouvement de lèvre et des attitudes d’une personne qui n’a pas prononcé ces paroles. En somme, de potentielles fake news créées par de l’intelligence artificielle, avec des conséquences que l’on ne mesure pas encore.

Continuer la lecture

Sur «J’ai vu naître le monstre» de Samuel Laurent

Samuel Laurent, j’ai vu naître le monstre. twitter va-t-il tuer la #démocratie? les arènes, 2021.

Si l’on attend de cet ouvrage de Samuel Laurent, journaliste au Monde qui a longtemps été responsable de la rubrique de fact checking Les Décodeurs, une théorisation sur l’influence (forcément néfaste) des réseaux sociaux numériques et plus précisément Twitter sur la démocratie, on sera déçu. D’ailleurs, Samuel Laurent n’oublie pas de rendre hommage au travail du journaliste David Dufresne sur les violences policières, travail dont l’un des outils centraux a été Twitter.

Continuer la lecture

Suis-je un historien?

Le C2DH est depuis sa fondation un lieu fort d’expérimentations en histoire, démarche qui s’accompagne d’une réflexion herméneutique et épistémologique approfondie. Parmi les voies que nous empruntons figure notamment l’exploration des possibilités que nous ouvrent l’informatique et les méthodologies numériques, ce qui ne va pas sans de nombreuses interrogations, dont celles touchant aux mutations de nos pratiques quotidiennes d’historiens et d’historiennes, dans la recherche comme dans l’enseignement.

À l’occasion d’un séminaire, nous avons justement évoqué la manière dont chacun de nous travaille sur les données — le terme de « données » plutôt que de « sources primaires » est déjà en soi assez significatif — et sur les éventuelles visualisations que nous produisons, mais également sur l’écriture de nos articles et sur l’interaction entre le travail sur les données, sur leurs visualisations d’un côté, l’écriture de l’autre.

Continuer la lecture

Rétrospective

Le 10 juillet dernier, j’ai tenté une rétrospective de ce blog sur Twitter. L’exercice est intéressant, tant il met en scène mon parcours de chercheur, l’évolution de mes sujets de recherche et la façon dont je les pense et, enfin, les changements de mon écriture. Je reprends une partie de ce fil sur Twitter, qui disparaîtra comme tous mes tweets au bout de trois mois.

Commençons par un petit historique de ce carnet de recherche. J’avais au début un blog auto-hébergé (dans mon salon, si, si), sur l’adresse clavert.net. Après un crash lié à une coupure d’électricité (sans perte, je sauvegardais bien), j’ai décidé de passer sur Hypotheses. Hypothèses est une plateforme plus « limitée » que ne l’était mon site auto-hébergé, au sens où je ne peux pas adapter autant que je ne le veux le site (design, etc) à mes besoins. Mais je voulais arrêter de devoir m’occuper techniquement du site (c’est fun, mais ça prend du temps) d’une part ; limiter l’aspect self-branding / « marketing de soi » qu’un site à mon nom portait d’autre part. Le self-branding dans le domaine de la recherche m’ennuie aujourd’hui profondément, même si je suis plus ou moins obligé de le pratiquer. Avec Hypothèses, disons que je limite l’étendue de ce marketing de soi.

Continuer la lecture

Plateformisation de la lecture

Depuis plusieurs années, j’ai pris l’habitude de lire sur une liseuse. Je ne parle pas des romans, mais de la lecture « professionnelle », celle où l’annotation appartient au travail de lecture à part entière, où il faut retravailler les annotations ensuite, puis intégrer les notes et commentaires faits pendant la lecture au travail de recherche et, notamment, à l’écriture.

Si des liseuses adaptées au travail universitaire existent, elles sont chères, avec le risque, étant donné l’étroitesse du marché, que l’entreprise qui les a créées ne disparaisse et le support technique avec, accélèrant le rythme de leur obsolescence. Je préfère des liseuses plus grand public, fondées sur le format standard de l’ePub — pas de liseuses d’amazon, sauf au début de ma pratique, ce qui fut une grande erreur tant les limitations logicielles et de format des kindles sont grandes, bien que l’objet lui-même soit en revanche de bonne qualité.

Mon expérience de la lecture sur liseuse est mitigée. Les constructeurs de liseuses sont aussi ceux qui essayent de maîtriser le marché du livre et intègrent dans les systèmes d’exploitation de leur liseuse des éléments logiciels permettant d’acheter des livres en un clic, ou plutôt en un pointage de doigt. Du moins est-ce le cas d’Amazon et de Kobo — je n’ai pas d’expérience des liseuses Sony par exemple.

Viennent avec ces dispositifs en apparence fort pratiques plusieurs problématiques de la lecture sur liseuse montrant à quel point ces grands constructeurs ont pour ambition de « plateformiser » la lecture. Il y a bien sûr, en premier lieu, les DRMs qui peuvent limiter les annotations (notamment le surlignage, pour être précis). Les DRMs sont là pour protéger la propriété intellectuelle, certainement, mais les dispositifs existant qui entravent le travail universitaire pendant la lecture permettent aussi de capter une partie du « travail » intellectuel du lecteur, universitaire ou non: beaucoup de lecteurs et lectrices surlignent et annotent les livres, y compris les romans. Il n’y a pas que l’annotation qui est concernée : les constructeurs peuvent aussi récupérer des données sur le rythme de lecture, sur la non lecture (si, si), sur les moments où le lecteur ou la lectrice préfère s’arrêter avant de passer à une autre activité, etc.

Continuer la lecture

L’histoire, chose publique

Les débats autour des statues, noms de rue et autres traces du passé colonial et esclavagiste des Nations ouest-européennes et nord-américaines amène des prises de position multiples par nombre d’historiens et historiennes, prises de position qui posent des questions fondamentales, non sur le «déboulonnage» des statues — je ne suis pas spécialiste de ces questions1 — mais sur le métier de l’historien et de l’historienne et sur son rapport au citoyen.

Continuer la lecture
  1. Par contre, Sarah Gensburger a travaillé sur ce sujet: « Pourquoi déboulonne-t-on des statues qui n’intéressent (presque) personne ? », The Conversation. []

Humilité

Troisième billet de cette série étrange des billets mis de côté. Contrairement aux deux précédents, celui-ci n’a pas été oublié mais volontairement mis de côté.

j’ai passé mon bac C (maths et physique) en 1994, nous apprenions que nous ne connaissions pas de système planétaire autre que notre système solaire. Ainsi le consensus (médiatique) était plutôt que nous étions seuls dans l’univers. En 1995, on découvre une planète autour de l’étoile 51 Pegasi a. Une autre planète avait déjà été découverte en 1992, mais son existence n’a pu être confirmée qu’en 1997. Depuis, des centaines de planètes ont été identifiées hors de notre système solaire.

Je m’étonne toujours que ces découvertes n’aient pas encore suscité un changement complet de notre système de pensée. Si l’humanité, en tout cas en Europe, a régulièrement envisagé qu’elle ne soit pas seule dans l’univers, nous avons, avec les découvertes de ces planètes, des indices que la vie est susceptible de ne pas exister uniquement sur Terre1. Peut-être même est-elle, dans l’univers, relativement commune: notre Voie Lactée compte quelques centaines de milliards d’étoiles. L’Univers pourrait compter 2000 milliards de galaxies, même si nombres d’entre elles sont possiblement des galaxies naines, comptant «seulement» quelques dizaines de milliards d’étoiles.

Qu’à ceci à voir avec l’histoire, même dans sa version numérique? Cela a à voir avec le fait que les progrès de certaines sciences devraient nous appeler à rester humble et à les écouter. Disons les choses autrement: l’histoire a-t-elle potentiellement récemment opéré une telle avancée qu’elle puisse revendiquer un changement de paradigme aussi fondamental?

Continuer la lecture
  1. Reste le paradoxe de Fermi []

Qu’est-ce que le «rythme» des réseaux sociaux numériques?

Second article de la série des billets délaissés, écrit quelques temps après l’incendie de Notre-Dame de Paris. C’est une réaction à la lecture d’un article de l’historien Fabrice Flückiger, «Le temps des cathédrales et le rythme des réseaux sociaux» sur AOC, non sur l’essentiel de l’article (justement sur Notre-Dame), mais sur les éléments, finalement peu nombreux, touchant à ce rythme, non défini, des réseaux sociaux (numériques) que l’auteur regrette. Un prétexte — j’espère que F. Flückiger me le pardonnera –, finalement, pour quelques éléments de réflexion sur ce qu’est le «rythme» des réseaux sociaux numériques.

À l’origine, le titre de l’article m’a interpellé — le temps des cathédrales et le rythme des réseaux sociaux. D’entrée de jeu, dans le chapô d’introduction, on y mentionne la «vélocité exacerbée» des réseaux sociaux (numériques). L’article se termine également sur la même thématique: «Mais pour mener à bien cette tâche immense, il est urgent de faire le choix du temps des cathédrales plutôt que du rythme de Twitter». Ce qui m’intéresse ici n’est pas le fond de l’article, dont je vous laisse juge, bien évidemment, mais la manière dont les médias sociaux y sont envisagés et considérés, dans leur rapport au temps. L’auteur m’excusera de prendre son article comme prétexte: l’article est un exemple comme un autre d’analyse malheureusement inachevée sur les réseaux sociaux numériques.

Ma première impression à la lecture de cet article — mais qui n’est qu’un exemple parmi d’autre — est qu’il n’y a que peu de différence entre l’analyse qui y est faite des RSNs aujourd’hui et celle que l’on faisait de la télévision dans les années 1990. Je ne suis pas un historien de la télévision et me fonde ici sur mes propres souvenirs, des souvenirs qui remontent à ma vie d’avant ma migration numérique.

Continuer la lecture