Archives de catégorie : Archives, mémoire & histoire publique

L’histoire, chose publique

Les débats autour des statues, noms de rue et autres traces du passé colonial et esclavagiste des Nations ouest-européennes et nord-américaines amène des prises de position multiples par nombre d’historiens et historiennes, prises de position qui posent des questions fondamentales, non sur le «déboulonnage» des statues — je ne suis pas spécialiste de ces questions1 — mais sur le métier de l’historien et de l’historienne et sur son rapport au citoyen.

Continuer la lecture
  1. Par contre, Sarah Gensburger a travaillé sur ce sujet: « Pourquoi déboulonne-t-on des statues qui n’intéressent (presque) personne ? », The Conversation. []

Humilité

Troisième billet de cette série étrange des billets mis de côté. Contrairement aux deux précédents, celui-ci n’a pas été oublié mais volontairement mis de côté.

j’ai passé mon bac C (maths et physique) en 1994, nous apprenions que nous ne connaissions pas de système planétaire autre que notre système solaire. Ainsi le consensus (médiatique) était plutôt que nous étions seuls dans l’univers. En 1995, on découvre une planète autour de l’étoile 51 Pegasi a. Une autre planète avait déjà été découverte en 1992, mais son existence n’a pu être confirmée qu’en 1997. Depuis, des centaines de planètes ont été identifiées hors de notre système solaire.

Je m’étonne toujours que ces découvertes n’aient pas encore suscité un changement complet de notre système de pensée. Si l’humanité, en tout cas en Europe, a régulièrement envisagé qu’elle ne soit pas seule dans l’univers, nous avons, avec les découvertes de ces planètes, des indices que la vie est susceptible de ne pas exister uniquement sur Terre1. Peut-être même est-elle, dans l’univers, relativement commune: notre Voie Lactée compte quelques centaines de milliards d’étoiles. L’Univers pourrait compter 2000 milliards de galaxies, même si nombres d’entre elles sont possiblement des galaxies naines, comptant «seulement» quelques dizaines de milliards d’étoiles.

Qu’à ceci à voir avec l’histoire, même dans sa version numérique? Cela a à voir avec le fait que les progrès de certaines sciences devraient nous appeler à rester humble et à les écouter. Disons les choses autrement: l’histoire a-t-elle potentiellement récemment opéré une telle avancée qu’elle puisse revendiquer un changement de paradigme aussi fondamental?

Continuer la lecture
  1. Reste le paradoxe de Fermi []

Accélération, élargissement, présentisme: la densification du présent

Ce billet inaugure une sorte bizarre, celle des billets rédigés et abandonnés ou oubliés. Écrit il y a environ un an et demi, sa relecture m’a donné envie de le publier, plus à titre de documentation de mes travaux que de contribution de recherche.

Rosa, Gumbrecht, Hartog

Les interrogations sur le temps, particulièrement sur le présent, sont, depuis une vingtaine d’années, très présentes dans les travaux des historiens et historiennes. Gumbrecht1 évoque un présent élargi (Our broadening present), c’est-à-dire un présent qui n’est plus un moment fugace de transition entre passé et futur. Hartog2, se plaçant dans le cadre des régimes d’historicité, parle de présentisme, un régime d’historicité où l’agencement des trois ordres du temps (passé, présent, futur) donne la prééminence au présent, par manque de futur et incite à la réinterprétation du passé en fonction uniquement des enjeux présents3. Rosa, lui, s’intéresse plutôt à l’accélération du temps4, expliquant que l’impression que nous avons tous de manquer de temps s’explique par une accélération sociale liée à trois domaines: l’innovation technique, le changement social et le «rythme de vie». L’innovation technique (notamment les transports) a engendré la possibilité d’accélérer le temps, mais les trois domaines désormais s’auto-entretiennent et le rythme de vie lui-même peut dicter une envie d’accélération (on ne supporte plus la lenteur).

Continuer la lecture
  1. Gumbrecht Hans Ulrich, Our Broad Present: Time and Contemporary Culture, Columbia University Press, 2014. []
  2. Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003. On pourra se référe aussi à Rousso Henry, La dernière catastrophe: L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012. []
  3. Le point commun entre ces deux auteurs sont les travaux de Koselleck, notamment les notions d’expérience et d’horizon d’attente. []
  4. Rosa Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps., Paris, La Découverte, 2010. []

Quel rôle pour les historiens et historiennes pendant une pandémie?

J’ai aujourd’hui publié sur le site web de mon centre de recherche, le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History, un billet de blog exposant des résultats très préliminaires d’un nouveau projet de recherche: #covid19fr.

Je m’étais promis d’arrêter Twitter. Avec ma recherche autour de la Grande Guerre sur Twitter, je suis, très honnêtement, fatigué des tweets. Mais le dimanche 15 mars, alors que le confinement se profilait, je me suis posé la question: que faire?

J’ai donc lancé une nouvelle collecte de tweets, centrée sur des hashtags francophones liés à la pandémie de covid19. L’idée est de documenter le confinement. Cette collecte est malheureusement limitée à des hashtags francophones en raison des limitations techniques imposées par Twitter (1% des tweets publiés maximum).

En tant qu’historiens et historiennes, notre rôle ne peut être d’aller « au front » pour reprendre le vocabulaire guerrier malheureux employé trop couramment: nous ne sommes tout simplement pas formés pour cela. J’en ai d’autant plus conscience que plusieurs membres de ma famille proche sont en ce moment sur le terrain. Collecter des tweets ne fait pas prendre de risques ni reculer une pandémie. J’espère simplement apporter ma petite pierre à l’édifice nécessaire de la compréhension de cette pandémie.

Préserver la mémoire d’une épidémie

Ressources sur le COVID19 et le confinement

La période que nous vivons est exceptionnelle à plusieurs égards: une épidémie de l’âge de la mondialisation et de l’ère numérique, des mesures de confinement, en Europe depuis depuis quelques jours à quelques semaines selon les pays, dans certains pays d’Asie depuis plus longtemps. Elle se déroule également dans un contexte médiatique particulier, celui des réseaux sociaux numériques et du web: cette épidémie peut ainsi devenir — du point de vue historique et social du moins — l’épidémie la plus documentée… ou voir sa mémoire pâlir très vite. Je vous propose ici de partager quelques ressources sur cette épidémie qui nous permettront d’en garder la mémoire, ainsi que celle du confinement. Si vous trouvez de nouvelles ressources, vous pouvez les poster en commentaires.

Une grande partie de ces liens m’ont été communiqués via l’équipe de Documenting the Now dont les discussions de groupe sont très actives.

D’autres pages web recensent des initiatives. Par exemple, l’association des archivistes français a ouvert une page sur les collectes mises en place par des centres d’archives autour du COVID19. L’AAF (et d’autres) organisent en outre une collecte de témoignage auprès des archivistes.

Avec de nombreuses autres historiennes et historiens, mais aussi archivistes, sociologues, etc, j’ai signé le texte de Myriam Piguet et Caroline Montebello (que je remercie pour l’initiative) intitulé Covid-19 : pour une mémoire ordinaire de l’extraordinaire et paru dans trois journaux:

Continuer la lecture

À propos d’une crise de confiance

Le 14 novembre dernier, Le Monde publiait un article sur les réformes envisagées par le Ministère de la Culture pour l’ensemble de son domaine d’administration, ce qui inclut les différents services d’archives. L’article du Monde repose sur un document confidentiel publié par L’Humanité le lendemain. Peu de temps après, Vingtième Siècle, revue d’histoire publiait une motion:

A la suite des informations parues dans Le Monde daté du 14 novembre 2017, le comité de rédaction de Vingtième Siècle. Revue d’histoire s’inquiète de l’utilisation de la notion « d’archives essentielles » proposée par les Archives Nationales. Dans un contexte de pénurie d’espace et de personnel, cette politique a d’ores et déjà conduit à amplifier les destructions d’archives, y compris sur des fonds déjà constitués. L’avenir de la recherche historique nécessite que ces choix soient discutés de façon démocratique et transparente.

Je vais ici commenter les pages du document du Ministère de la Culture qui concernent la politique des archives, c’est-à-dire les pages 3 et 20 à 23 et évoquer les hantises grandissantes au sein des historien.ne.s que ce document a provoquées. Je publie ici un point de vue d’historien avec les mots d’un historien. Je comprends que le point de vue des archivistes puisse être très différent ou que mon vocabulaire ne soit pas adapté. N’hésitez pas: les commentaires sont ouverts! Continuer la lecture

Les archives, objet politique?

Il n’est pas du domaine de ce carnet de recherche de commenter la campagne présidentielle en cours. Toutefois, la citation suivante m’a interpelée en tant qu’historien:

J’ai fait donner par mon avocat des documents aux enquêteurs. […] Des courriers avec des notations prouvant qu’ils étaient passés par moi ; des échanges de mails avec les autres collaborateurs de mon mari. Les notes que je faisais, je ne les ai pour la plupart pas gardées, je faisais tout à la main. J’ai retrouvé beaucoup de documents pour la période 2012-2013, mais peu pour les années antérieures à 2007 – qui garde des documents de ce genre datant d’il y a dix, quinze ou vingt ans?? (Pénélope Fillon au Journal du Dimanche).

Continuer la lecture

Un homme politique, un millier de tweets et les archives

Ajout postérieur à la publication: France info a publié l’intégralité des tweets effacés par Manuel Valls.

Dans un article paru dans la rubrique « pixels » du Monde, deux journalistes, Martin Untersinger et Alexandre Léchenet, nous informent que Manuel Valls a relancé son compte twitter, après avoir effacé le millier de tweets déjà produit.

À la lecture de l’article, une question a émergé: le fil twitter d’un politique en fonction devrait-il être archivé par les services d’archives français? Pour les tweets effacés par Manuel Valls, en l’occurrence, la question ne se pose pas, légalement, dans la mesure où il semblerait qu’il se soit débarrassé de tweets antérieurs à ses prises de fonction comme ministre (et encore: il était député…). Indépendamment de cet incident, la question vaut le coup d’être posée: avec 74000 abonnés dans le cas de Manuel Valls, ses tweets atteignent potentiellement plus de citoyens que n’importe lequel de ses discours1. Un tweet est donc un vrai élément de parole publique.

Comme toute parole publique, elle peut poser problème a celui qui dans le passé l’a tenue, notamment en cas de contradiction avec sa parole présente. Les auteurs de l’article ont cité un tweet de Nadine Morano dont elle s’est débarrassé car, écrit pendant l’affaire Cahuzac, il devenait gênant pendant l’affaire Bygmalion. Bref, le personnel politique est souvent en contradiction avec sa parole passée.

D’où la tentation, pas toujours conforme à la loi, de se débarrasser des traces du passé. Il y a des précédents de bien plus grande ampleur que cet épisode Valls, comme la suppression de dix années de discours du site web des conservateurs britanniques pour des motifs… comment dire… peu avouables? Fait intéressant, les conservateurs avaient pris soin de faire aussi effacer les discours en question des archives de la Wayback Machine. Manuel Valls n’est pas allé jusque-là, ce qui nous permet de découvrir que son compte avait d’abord été, en 2009, créé par quelqu’un d’autre à des fins de parodie.

Être tenté d’effacer les traces du passé, certes, mais il y a la loi et, notamment, le code du patrimoine. Hors – sortons du cas particulier de Manuel Valls – la parole d’un.e politique en fonction doit (devrait?) être archivée. Les moyens des archives nationales étant ce qu’ils sont, la transition vers le records management, c’est-à-dire l’archivage des documents numériques, n’étant pas terminée (et en aucun cas facile, surtout en période de crise, donc de manque de moyens), cette parole, sur les réseaux, ne l’est pas nécessairement.

Dans les faits, le service du dépôt légal du web de la Bibliothèque Nationale de France archive les domaines en « .fr », des sites d’intérêt qui leurs sont signalés (ou de leur propre initiative, je pense) et, dans certains cas, des sites d’intérêt liés à des événements précis2 De plus, le service du dépôt légal du web archive un certain nombre de comptes twitter d' »intérêt ». La masse de travail et les ressources électroniques que représente ce dépôt légal impose des choix, dans la fréquence de passage des robots indexant les sites web, mais aussi dans la sélection, par exemple, des comptes twitter archivés.

Mais ce qui est publié sur twitter par un ministre n’est pas, que ce soit pour le citoyen comme pour l’historien, nécessairement le plus intéressant. Ce qui est particulièrement d’intérêt sera le processus ayant mené à la publication des tweets, c’est-à-dire le travail de la cellule de com’. Mais ce dernier se fait vraisemblablement sur support numérique et il n’est pas sûr qu’il soit aisé à archiver.

En conclusion, le tweet est un peu à l’image de la transformation numérique, qui touche le domaine des archives comme celui de la politique: on ne le prend pas encore suffisamment pris à sa mesure.

PS: je vous conseille de suivre la discussion que j’ai eue sur twitter ce matin avec l’exceptionnelle @e_archiviste:

PPS: vous pouvez aider les deux journalistes du Monde à reconstituer l’archive des tweets de Manuel Valls.

  1. Si j’en crois les statistiques fournies par Twitter pour mon compte, on peut partir du principe qu’un tweet a un taux d’engagement de 2% environ, ce qui fait tout de même autour de 1500 personnes à chaque tweet. []
  2. Si mes souvenirs d’une discussion avec Clément Oury sont bons, la BNF a ainsi archivé des sites web arabes pendant le printemps arabe. []