Archives de catégorie : Humanités numériques

1 422 776

Je voulais revenir depuis longtemps sur un billet que j’ai écrit il y a trois ans et demi. Intitulé (pompeusement) Numériser n’est pas mettre en données, son cœur était une critique de la base de données des Morts pour la France, publiée sur le site Mémoire des Hommes du ministère de la Défense.

Si la critique n’était pas totalement fausse – telle quelle, la base de données des Morts pour la France était peu exploitable pour la recherche car, constituée d’images d’actes administratifs, elle ne permettait pas la recherche plein texte – j’ai alors négligé plusieurs éléments: d’une part, les équipes du ministère de la Défense étaient pleinement conscientes des limites de cette base de données (et ne m’ont pas attendu pour l’être) et ont, pour y remédier, mis en place un module d’indexation collaborative; d’autre part, la puissance mémorielle de la Grande Guerre, très présente encore aujourd’hui, qui a poussé de nombreux internautes à s’emparer de ce module d’indexation. Il ne faut pas non plus oublier le soutien à cette campagne d’indexation apporté par la Mission du Centenaire.

Le résultat, obtenu plusieurs mois avant la fin du Centenaire, est là: le 30 avril dernier, la base de données des Morts pour la France était pleinement indexée, comme l’indiquait un (étrange) communiqué du ministère de la Défense et de nombreux tweets.

Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’«écrire» en histoire à l’ère numérique?

Illustration inutile mais il paraît qu’il faut toujours en mettre une. Par Jeanne Menjoulet, en CC BY 2.0

Marcello Vitali-Rosati a publié il y a quelques jours un billet posant la question suivante: Les chercheurs en SHS savent-ils écrire? Très mal accueillie par nombreux collègues sur Twitter en raison de son ton volontairement provocateur, une seconde version a été publiée, ainsi qu’une réponse aux commentaires reçus. Ce sont ces deux textes que je vais ici commenter.

Continuer la lecture

Traces de mémoires collectives et bases de données de la Première Guerre mondiale

Pour une proposition de contribution à un colloque, je souhaite me pencher sur les bases de données recensant des soldats1 de la Première Guerres mondiales. Il s’agit de regarder différents aspects de ces bases de données (éditeur, relation au grand public, fonctionnalités, schéma de la base de données, l’accessibilité, etc) pour analyser comment les mémoires collectives de la Première Guerre mondiale font trace dans ces bases de données. Continuer la lecture

  1. Cela peut-être des bases de données de soldats tombés au combat ou non, de leurs tombes, d’actes administratifs les concernant et les bases de données peuvent être plus larges – en France, par exemple, la base de données des Morts pour la France contient pour l’essentiel des soldats, mais également toute personne ayant été déclarée « morte pour la France », ce qui comprenait le personnel militaire non combattant, mais aussi des civils. []

À propos d’une crise de confiance

Le 14 novembre dernier, Le Monde publiait un article sur les réformes envisagées par le Ministère de la Culture pour l’ensemble de son domaine d’administration, ce qui inclut les différents services d’archives. L’article du Monde repose sur un document confidentiel publié par L’Humanité le lendemain. Peu de temps après, Vingtième Siècle, revue d’histoire publiait une motion:

A la suite des informations parues dans Le Monde daté du 14 novembre 2017, le comité de rédaction de Vingtième Siècle. Revue d’histoire s’inquiète de l’utilisation de la notion « d’archives essentielles » proposée par les Archives Nationales. Dans un contexte de pénurie d’espace et de personnel, cette politique a d’ores et déjà conduit à amplifier les destructions d’archives, y compris sur des fonds déjà constitués. L’avenir de la recherche historique nécessite que ces choix soient discutés de façon démocratique et transparente.

Je vais ici commenter les pages du document du Ministère de la Culture qui concernent la politique des archives, c’est-à-dire les pages 3 et 20 à 23 et évoquer les hantises grandissantes au sein des historien.ne.s que ce document a provoquées. Je publie ici un point de vue d’historien avec les mots d’un historien. Je comprends que le point de vue des archivistes puisse être très différent ou que mon vocabulaire ne soit pas adapté. N’hésitez pas: les commentaires sont ouverts! Continuer la lecture

L’histoire et la « machine »

La réflexion développée ici a commencé lors de la préparation d’une communication l’année dernière (à paraître). Je me dois de préciser que je ne sais pas si elle n’a pas déjà été tenue, ni si la recherche qui pourrait en découler a déjà été menée. Si les code studies sont un champs d’études passionnants, je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de publications sur les conséquences de la programmation informatique telle qu’elle est en train d’évoluer sur les archives à venir. C’est en outre une réflexion naissante – déjà évoquée, brièvement, dans le billet précédent-, et il est probable que je ne maîtrise pas encore assez certains des éléments évoqués ci-dessous (machine learning / deep learning notamment). Ce texte est donc probablement emplis de nombreuses faiblesses. Pour être complet, je dois préciser que cette réflexion a été stimulée par la tenue à l’Université de Lausanne d’un séminaire, organisé par le LaDHUL, autour de la délégation cognitive à la machine, thème proposé par Boris Beaude. N’hésitez pas à commenter.

Continuer la lecture

Présentation: «Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’historien.ne»

J’ai été invité par Léda Mansour et Nicolas Hubé (que je remercie chaudement) à intervenir dans leur séminaire «Analyse du Web». Je suis intervenu sur Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’Historien.ne, en prenant comme exemple, bien entendu, mes travaux autour de la Grande Guerre sur Twitter.

J’ai pour la première fois parlé d’un thème, de manière encore imprécise: les sources nées numériques engendreront-elles une histoire PAR la machine? J’entends ici «machine» dans un sens encore trop général qui devra être précisé. Il s’agit par exemple de se demander comment distinguer ce qui est le produit de bots (les comptes automatisés sur Twitter par exemple, mais il en existe bien d’autres), qui vraisemblablement deviendront de plus en plus élaborés et s’éloigneront de plus en plus de leurs « créateurs » humains, notamment en faisant, tôt ou tard, appel à des algorithmes d’apprentissage des domaines du machine learning ou du deep learning par exemple.

Continuer la lecture

Guerre et neutralité au travers des archives de deux journaux suisses romands

Dans le cadre d’un cours co-enseigné avec ma collègue Raphaëlle Ruppen Coutaz, donné à l’EPFL et ouvert aux étudiants de l’Université de Lausanne, nous allons travailler sur la base de données des archives du Temps. Le Temps est née en 1998 de la fusion de trois titres de presse suisses romands: La Gazette de Lausanne, Le journal de Genève et Le Nouveau Quotidien. Les archives du Temps recouvrent pour le moment deux siècles de parution des deux premiers titres. La numérisation de ces journaux a été faite en coopération avec l’EPFL. Elle met à disposition un visualisateur de NGrams et un Sparql EndPoint – un mot barbare, certes, mais une fonctionnalité permettant d’élaborer des requêtes complexes pour obtenir des résultats de recherche sur les personnes par exemple. Continuer la lecture

Évolution de la collecte de tweets

La collecte des tweets sur la base de mots-clés liés à la Première Guerre mondiale progresse: nous arrivons à 2,8 millions de tweets collectés depuis le 1er avril 2014. Sans ici rentrer dans les détails, voici l’évolution de cette collecte visualisée en nombre de tweets par jours: Continuer la lecture

L’Histoire et le flux

«Tout historien travaillant sur Twitter est condamné à finir en institution spécialisée»1.

Ce billet a été commencé avec l’idée très vague de démontrer l’importance d’une notion informatique, l’API. Il a évolué, de manière assez imprévue, sans aucune référence à cette notion, sans que je ne puisse dire pour le moment si j’en apprécie le résultat. Commentaires bienvenus2.

Ce lundi 9 mai, j’ai parlé de «sources en flux3» à Louvain-la-Neuve pour les journées des archives 2016 à l’invitation d’Aurore François, directrice des archives de l’UCL, qui avait d’ailleurs publié un très bon chapitre dans notre Histoire contemporaine à l’ère numérique4. Particulièrement intéressant, le thème de ces 16e journées était: «Pérenniser l’éphémère. Archivage et réseaux sociaux»5.

Au début était l’archive infinie

En continuant de réfléchir à ces sources primaires en flux depuis lundi, je me suis replongé dans la notion d’archive infinie, l’Infinite Archive avancée il y a quelques années par Bill Turkel6. Le web est cette archive infinie, une constellation d’informations en constante expansion. Continuer la lecture

  1. Phrase prononcée à Louvain, sur le ton de l’humour, par Thierry Delplancq, archiviste, Archives de la Ville de la Louvière. []
  2. Le billet sur les API viendra un jour. Ou pas. []
  3. Ma présentation est disponible sur HAL-SHS. []
  4. Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary History in the Digital Age, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang S.A, 2013. []
  5. Une autre intervention portait sur Twitter, celle d’Alexandre Turgeon: «Étudier la mémoire sur Twitter, composer avec celle de Twitter». Une partie de la réflexion menée ici sur la mémoire de Twitter a été inspirée par cette présentation. []
  6. Digital History Hacks (2005-08): Methodology for the Infinite Archive, Blog, 2008, consulté le 04.11.2008. Voir également: Hitchcock Tim, «Historyonics: Towards a New History Lab for the Digital Past», Historyonics, 01.04.2011, consulté le 11.05.2016. []

Le site web d’un centre d’archives est une salle de lecture

À l’invitation de Martin Grandjean, j’ai eu le plaisir de participer à une table-ronde au forum des archivistes qui s’est tenu à Troyes la semaine dernière (un compte rendu est disponible sur le site du forum). L’exercice de la table ronde est toujours à la fois intéressant et frustrant. Intéressant car il permet aux auditeurs d’écouter des points de vue complémentaires, parfois divergents, sur une question. Frustrant, car le public comme les intervenants ne peuvent développer et sont souvent contraints de rester relativement superficiels. Or, mercredi dernier, un point m’a particulièrement laissé sur ma faim: une question, posée à la fin de la session, à laquelle je n’ai pu répondre faute de pouvoir prendre la parole (le temps, notre enemi de toujours…) En substance: «On numérise massivement depuis de nombreuses années. Les chercheurs ne reviennent pour autant pas dans les salles de lecture. Pourquoi?» Continuer la lecture