Archives de catégorie : Mise en données de l’histoire

Bricolage

Une question qui revient souvent sans que je puisse y répondre est celle de mon rapport à l’outil numérique. Comme je l’avais dit – en fanfaronnant un peu, je le reconnais – à un journaliste de l’AFP (repris récemment dans un journal de la PQR): je suis un cas extrême, passé d’un monde où le goût de l’archive était celui d’Arlette Farge (pendant ma thèse) à un monde où le goût de l’archive est celui de la base de données ou de l’API. Cela ne doit pourtant pas donner l’impression que d’historien je serais devenu informaticien, même si ce changement de monde a nécessité l’apprentissage progressif de savoir-faire numériques dès le début de ma thèse, lorsqu’encore hésitant pour mon avenir j’ai travaillé dans une entreprise de conception de sites web, emportée entre-temps par la crise des dotcoms. Si j’ai opté définitivement pour la thèse et donc pour la recherche en histoire, ma curiosité pour la ligne de commande découverte dans cette entreprise (en même temps que linux, d’ailleurs, et alors que sortait la toute première version de mac os x) est restée.

Continuer la lecture

1 422 776

Je voulais revenir depuis longtemps sur un billet que j’ai écrit il y a trois ans et demi. Intitulé (pompeusement) Numériser n’est pas mettre en données, son cœur était une critique de la base de données des Morts pour la France, publiée sur le site Mémoire des Hommes du ministère de la Défense.

Si la critique n’était pas totalement fausse – telle quelle, la base de données des Morts pour la France était peu exploitable pour la recherche car, constituée d’images d’actes administratifs, elle ne permettait pas la recherche plein texte – j’ai alors négligé plusieurs éléments: d’une part, les équipes du ministère de la Défense étaient pleinement conscientes des limites de cette base de données (et ne m’ont pas attendu pour l’être) et ont, pour y remédier, mis en place un module d’indexation collaborative; d’autre part, la puissance mémorielle de la Grande Guerre, très présente encore aujourd’hui, qui a poussé de nombreux internautes à s’emparer de ce module d’indexation. Il ne faut pas non plus oublier le soutien à cette campagne d’indexation apporté par la Mission du Centenaire.

Le résultat, obtenu plusieurs mois avant la fin du Centenaire, est là: le 30 avril dernier, la base de données des Morts pour la France était pleinement indexée, comme l’indiquait un (étrange) communiqué du ministère de la Défense et de nombreux tweets.

Continuer la lecture

À propos d’une crise de confiance

Le 14 novembre dernier, Le Monde publiait un article sur les réformes envisagées par le Ministère de la Culture pour l’ensemble de son domaine d’administration, ce qui inclut les différents services d’archives. L’article du Monde repose sur un document confidentiel publié par L’Humanité le lendemain. Peu de temps après, Vingtième Siècle, revue d’histoire publiait une motion:

A la suite des informations parues dans Le Monde daté du 14 novembre 2017, le comité de rédaction de Vingtième Siècle. Revue d’histoire s’inquiète de l’utilisation de la notion « d’archives essentielles » proposée par les Archives Nationales. Dans un contexte de pénurie d’espace et de personnel, cette politique a d’ores et déjà conduit à amplifier les destructions d’archives, y compris sur des fonds déjà constitués. L’avenir de la recherche historique nécessite que ces choix soient discutés de façon démocratique et transparente.

Je vais ici commenter les pages du document du Ministère de la Culture qui concernent la politique des archives, c’est-à-dire les pages 3 et 20 à 23 et évoquer les hantises grandissantes au sein des historien.ne.s que ce document a provoquées. Je publie ici un point de vue d’historien avec les mots d’un historien. Je comprends que le point de vue des archivistes puisse être très différent ou que mon vocabulaire ne soit pas adapté. N’hésitez pas: les commentaires sont ouverts! Continuer la lecture

L’histoire et la « machine »

La réflexion développée ici a commencé lors de la préparation d’une communication l’année dernière (à paraître). Je me dois de préciser que je ne sais pas si elle n’a pas déjà été tenue, ni si la recherche qui pourrait en découler a déjà été menée. Si les code studies sont un champs d’études passionnants, je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de publications sur les conséquences de la programmation informatique telle qu’elle est en train d’évoluer sur les archives à venir. C’est en outre une réflexion naissante – déjà évoquée, brièvement, dans le billet précédent-, et il est probable que je ne maîtrise pas encore assez certains des éléments évoqués ci-dessous (machine learning / deep learning notamment). Ce texte est donc probablement emplis de nombreuses faiblesses. Pour être complet, je dois préciser que cette réflexion a été stimulée par la tenue à l’Université de Lausanne d’un séminaire, organisé par le LaDHUL, autour de la délégation cognitive à la machine, thème proposé par Boris Beaude. N’hésitez pas à commenter.

Continuer la lecture

Présentation: «Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’historien.ne»

J’ai été invité par Léda Mansour et Nicolas Hubé (que je remercie chaudement) à intervenir dans leur séminaire «Analyse du Web». Je suis intervenu sur Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’Historien.ne, en prenant comme exemple, bien entendu, mes travaux autour de la Grande Guerre sur Twitter.

J’ai pour la première fois parlé d’un thème, de manière encore imprécise: les sources nées numériques engendreront-elles une histoire PAR la machine? J’entends ici «machine» dans un sens encore trop général qui devra être précisé. Il s’agit par exemple de se demander comment distinguer ce qui est le produit de bots (les comptes automatisés sur Twitter par exemple, mais il en existe bien d’autres), qui vraisemblablement deviendront de plus en plus élaborés et s’éloigneront de plus en plus de leurs « créateurs » humains, notamment en faisant, tôt ou tard, appel à des algorithmes d’apprentissage des domaines du machine learning ou du deep learning par exemple.

Continuer la lecture

L’Histoire et le flux

«Tout historien travaillant sur Twitter est condamné à finir en institution spécialisée»1.

Ce billet a été commencé avec l’idée très vague de démontrer l’importance d’une notion informatique, l’API. Il a évolué, de manière assez imprévue, sans aucune référence à cette notion, sans que je ne puisse dire pour le moment si j’en apprécie le résultat. Commentaires bienvenus2.

Ce lundi 9 mai, j’ai parlé de «sources en flux3» à Louvain-la-Neuve pour les journées des archives 2016 à l’invitation d’Aurore François, directrice des archives de l’UCL, qui avait d’ailleurs publié un très bon chapitre dans notre Histoire contemporaine à l’ère numérique4. Particulièrement intéressant, le thème de ces 16e journées était: «Pérenniser l’éphémère. Archivage et réseaux sociaux»5.

Au début était l’archive infinie

En continuant de réfléchir à ces sources primaires en flux depuis lundi, je me suis replongé dans la notion d’archive infinie, l’Infinite Archive avancée il y a quelques années par Bill Turkel6. Le web est cette archive infinie, une constellation d’informations en constante expansion. Continuer la lecture

  1. Phrase prononcée à Louvain, sur le ton de l’humour, par Thierry Delplancq, archiviste, Archives de la Ville de la Louvière. []
  2. Le billet sur les API viendra un jour. Ou pas. []
  3. Ma présentation est disponible sur HAL-SHS. []
  4. Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary History in the Digital Age, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang S.A, 2013. []
  5. Une autre intervention portait sur Twitter, celle d’Alexandre Turgeon: «Étudier la mémoire sur Twitter, composer avec celle de Twitter». Une partie de la réflexion menée ici sur la mémoire de Twitter a été inspirée par cette présentation. []
  6. Digital History Hacks (2005-08): Methodology for the Infinite Archive, Blog, 2008, consulté le 04.11.2008. Voir également: Hitchcock Tim, «Historyonics: Towards a New History Lab for the Digital Past», Historyonics, 01.04.2011, consulté le 11.05.2016. []

La démise en données

J’ai tenté sur ce blog d’expliquer ce que j’entendais par le terme de «mise en données» de l’histoire (ou du monde). Emmanuel Mourlon-Druol a publié ce matin un point de vue sur la publication de quelques centaines (sur plus de 50 000) des courriers électroniques d’Hillary Clinton (si vous avez raté le premier épisode).

Ce que raconte Emmanuel est l’histoire d’une démise en données: les courriers électroniques de l’ancienne secrétaire d’État (donc ancienne ministre des Affaires étrangères des États-Unis) ont été… imprimés puis scannés, mais avec reconnaissance de texte.

Ce processus aboutit à une immense perte d’informations. Un courrier électronique est structuré, notamment dans ses méta-données (qui envoie, à quelle heure, etc). Cet étrange procédé n’est ainsi pas seulement stupide, il aboutit à appauvrir ce qui est une source primaire utile à l’historien, mais aussi aux journalistes ou aux citoyens (et pas uniquement états-uniens). Preuve de cette démise en données: il est impossible de faire une recherche en fonction du destinataire, par exemple.

Si cet appauvrissement n’est pas nécessairement voulu, il n’en est pas moins pleinement aberrant.

Numériser n’est pas mettre en données

En novembre dernier, à l’occasion du lancement des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, le site « Mémoire des hommes » (et pas des femmes, semble-t-il) publie plusieurs bases de données sur la Première Guerre mondiale. Le site, sur sa page « historique« , mentionne notamment l’ajout des « historiques régimentaires des unités engagées dans la Grande Guerre, de la base Sépultures de guerre ainsi que de la « Collection du ministre » de la Défense. Les fiches des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale sont ouvertes à l’indexation collaborative. » Continuer la lecture

Une mise en données par les foules: histoire et crowdsourcing (#ncph2014)

What's on the Menu?

What’s on the Menu?

Ayant eu la chance de présenter l’encyclopédie du LabEx EHNE à la conférence annuelle du National Council for Public History à Monterey, j’ai pu assister à une session sur le crowdsourcing, présidée par Mark Tebeau (Arizona State University – Mark avait participé à l’une des conférences Humanités numériques au Luxembourg que j’ai organisée pour le CVCE en 2012). Continuer la lecture