Archives par étiquette : archives

Les archives, objet politique?

Il n’est pas du domaine de ce carnet de recherche de commenter la campagne présidentielle en cours. Toutefois, la citation suivante m’a interpelée en tant qu’historien:

J’ai fait donner par mon avocat des documents aux enquêteurs. […] Des courriers avec des notations prouvant qu’ils étaient passés par moi ; des échanges de mails avec les autres collaborateurs de mon mari. Les notes que je faisais, je ne les ai pour la plupart pas gardées, je faisais tout à la main. J’ai retrouvé beaucoup de documents pour la période 2012-2013, mais peu pour les années antérieures à 2007 – qui garde des documents de ce genre datant d’il y a dix, quinze ou vingt ans?? (Pénélope Fillon au Journal du Dimanche).

Continuer la lecture

Guerre et neutralité au travers des archives de deux journaux suisses romands

Dans le cadre d’un cours co-enseigné avec ma collègue Raphaëlle Ruppen Coutaz, donné à l’EPFL et ouvert aux étudiants de l’Université de Lausanne, nous allons travailler sur la base de données des archives du Temps. Le Temps est née en 1998 de la fusion de trois titres de presse suisses romands: La Gazette de Lausanne, Le journal de Genève et Le Nouveau Quotidien. Les archives du Temps recouvrent pour le moment deux siècles de parution des deux premiers titres. La numérisation de ces journaux a été faite en coopération avec l’EPFL. Elle met à disposition un visualisateur de NGrams et un Sparql EndPoint – un mot barbare, certes, mais une fonctionnalité permettant d’élaborer des requêtes complexes pour obtenir des résultats de recherche sur les personnes par exemple. Continuer la lecture

L’Histoire et le flux

«Tout historien travaillant sur Twitter est condamné à finir en institution spécialisée»1.

Ce billet a été commencé avec l’idée très vague de démontrer l’importance d’une notion informatique, l’API. Il a évolué, de manière assez imprévue, sans aucune référence à cette notion, sans que je ne puisse dire pour le moment si j’en apprécie le résultat. Commentaires bienvenus2.

Ce lundi 9 mai, j’ai parlé de «sources en flux3» à Louvain-la-Neuve pour les journées des archives 2016 à l’invitation d’Aurore François, directrice des archives de l’UCL, qui avait d’ailleurs publié un très bon chapitre dans notre Histoire contemporaine à l’ère numérique4. Particulièrement intéressant, le thème de ces 16e journées était: «Pérenniser l’éphémère. Archivage et réseaux sociaux»5.

Au début était l’archive infinie

En continuant de réfléchir à ces sources primaires en flux depuis lundi, je me suis replongé dans la notion d’archive infinie, l’Infinite Archive avancée il y a quelques années par Bill Turkel6. Le web est cette archive infinie, une constellation d’informations en constante expansion. Continuer la lecture

  1. Phrase prononcée à Louvain, sur le ton de l’humour, par Thierry Delplancq, archiviste, Archives de la Ville de la Louvière. []
  2. Le billet sur les API viendra un jour. Ou pas. []
  3. Ma présentation est disponible sur HAL-SHS. []
  4. Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary History in the Digital Age, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang S.A, 2013. []
  5. Une autre intervention portait sur Twitter, celle d’Alexandre Turgeon: «Étudier la mémoire sur Twitter, composer avec celle de Twitter». Une partie de la réflexion menée ici sur la mémoire de Twitter a été inspirée par cette présentation. []
  6. Digital History Hacks (2005-08): Methodology for the Infinite Archive, Blog, 2008, consulté le 04.11.2008. Voir également: Hitchcock Tim, «Historyonics: Towards a New History Lab for the Digital Past», Historyonics, 01.04.2011, consulté le 11.05.2016. []

Un homme politique, un millier de tweets et les archives

Ajout postérieur à la publication: France info a publié l’intégralité des tweets effacés par Manuel Valls.

Dans un article paru dans la rubrique « pixels » du Monde, deux journalistes, Martin Untersinger et Alexandre Léchenet, nous informent que Manuel Valls a relancé son compte twitter, après avoir effacé le millier de tweets déjà produit.

À la lecture de l’article, une question a émergé: le fil twitter d’un politique en fonction devrait-il être archivé par les services d’archives français? Pour les tweets effacés par Manuel Valls, en l’occurrence, la question ne se pose pas, légalement, dans la mesure où il semblerait qu’il se soit débarrassé de tweets antérieurs à ses prises de fonction comme ministre (et encore: il était député…). Indépendamment de cet incident, la question vaut le coup d’être posée: avec 74000 abonnés dans le cas de Manuel Valls, ses tweets atteignent potentiellement plus de citoyens que n’importe lequel de ses discours1. Un tweet est donc un vrai élément de parole publique.

Comme toute parole publique, elle peut poser problème a celui qui dans le passé l’a tenue, notamment en cas de contradiction avec sa parole présente. Les auteurs de l’article ont cité un tweet de Nadine Morano dont elle s’est débarrassé car, écrit pendant l’affaire Cahuzac, il devenait gênant pendant l’affaire Bygmalion. Bref, le personnel politique est souvent en contradiction avec sa parole passée.

D’où la tentation, pas toujours conforme à la loi, de se débarrasser des traces du passé. Il y a des précédents de bien plus grande ampleur que cet épisode Valls, comme la suppression de dix années de discours du site web des conservateurs britanniques pour des motifs… comment dire… peu avouables? Fait intéressant, les conservateurs avaient pris soin de faire aussi effacer les discours en question des archives de la Wayback Machine. Manuel Valls n’est pas allé jusque-là, ce qui nous permet de découvrir que son compte avait d’abord été, en 2009, créé par quelqu’un d’autre à des fins de parodie.

Être tenté d’effacer les traces du passé, certes, mais il y a la loi et, notamment, le code du patrimoine. Hors – sortons du cas particulier de Manuel Valls – la parole d’un.e politique en fonction doit (devrait?) être archivée. Les moyens des archives nationales étant ce qu’ils sont, la transition vers le records management, c’est-à-dire l’archivage des documents numériques, n’étant pas terminée (et en aucun cas facile, surtout en période de crise, donc de manque de moyens), cette parole, sur les réseaux, ne l’est pas nécessairement.

Dans les faits, le service du dépôt légal du web de la Bibliothèque Nationale de France archive les domaines en « .fr », des sites d’intérêt qui leurs sont signalés (ou de leur propre initiative, je pense) et, dans certains cas, des sites d’intérêt liés à des événements précis2 De plus, le service du dépôt légal du web archive un certain nombre de comptes twitter d' »intérêt ». La masse de travail et les ressources électroniques que représente ce dépôt légal impose des choix, dans la fréquence de passage des robots indexant les sites web, mais aussi dans la sélection, par exemple, des comptes twitter archivés.

Mais ce qui est publié sur twitter par un ministre n’est pas, que ce soit pour le citoyen comme pour l’historien, nécessairement le plus intéressant. Ce qui est particulièrement d’intérêt sera le processus ayant mené à la publication des tweets, c’est-à-dire le travail de la cellule de com’. Mais ce dernier se fait vraisemblablement sur support numérique et il n’est pas sûr qu’il soit aisé à archiver.

En conclusion, le tweet est un peu à l’image de la transformation numérique, qui touche le domaine des archives comme celui de la politique: on ne le prend pas encore suffisamment pris à sa mesure.

PS: je vous conseille de suivre la discussion que j’ai eue sur twitter ce matin avec l’exceptionnelle @e_archiviste:

PPS: vous pouvez aider les deux journalistes du Monde à reconstituer l’archive des tweets de Manuel Valls.

  1. Si j’en crois les statistiques fournies par Twitter pour mon compte, on peut partir du principe qu’un tweet a un taux d’engagement de 2% environ, ce qui fait tout de même autour de 1500 personnes à chaque tweet. []
  2. Si mes souvenirs d’une discussion avec Clément Oury sont bons, la BNF a ainsi archivé des sites web arabes pendant le printemps arabe. []

Tronquer l’histoire, tronquer l’État

Un article du Monde du 15 février 2014 titré « Les archives papier de l’ancien secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, ont disparu » fait bondir. Les document produits par Claude Guéant lorsqu’il était secrétaire général de la présidence de la République (2007-2011) ont disparu. Ce fait a été constaté à l’occasion d’une enquête menée par un magistrat.

Quelque soit la raison de cette disparition, quels qu’en soient les responsables, le contenu de cet article est choquant à plusieurs titres:

  • Le journaliste parle d' »usage » pour le versement des papiers du staff de l’Élysée aux Archives nationales. Non, ce n’est pas l' »usage », mais, à ma connaissance la loi. Car ces papiers, produits par les fonctionnaires, hauts-fonctionnaires, ministres, présidents de la République n’appartiennent pas à des personnes mais à l’État.
  • On découvre au détour de l’article qu’il n’y a pas d’archivage électronique des documents numériques, mais qu’il est coutume d’imprimer les éléments les plus importants sur papier et de les archiver. C’est aberrant. S’il faut trier pour archiver et, donc, parfois, détruire certaines archives (pour cause de redondance, par exemple), c’est aux Archives nationales de le faire, non aux hauts-fonctionnaires, qui sont placés ici dans une position leur permettant de trier les documents qu’ils laisseront à l’État.

Ne croyez pas qu’il s’agit ici seulement d’une complainte d’un historien. Ça l’est, mais le premier utilisateur des archives administratives est… l’État lui-même. Car les administrations ont besoin de connaître leur histoire pour maintenir une forme de continuité de l’État.

Par exemple, un échange de courriers entre chefs de gouvernement ou ministre des Affaires étrangères peut engager la responsabilité internationale de l’État français1. Quid si un Premier ministre part avec ce type de lettres ou avec des documents permettant d’interpréter les modalités d’un engagement de l’État? Dans le cas du secrétaire général de l’Élysée, si des éléments d’un engagement de l’État (interne ou externe) sont contestés, ses papiers pourront éclaircir ce qui est incertain. Ses papiers permettront à ses successeurs d’assurer la continuité du fonctionnement de l’Élysée et d’assurer bien d’autres choses.

Des archives qui ne sont pas conservées aboutissent à tronquer l’Histoire, mais aussi à tronquer la mémoire de l’État.

  1. Ça a été le cas pour certains aspects du règlement de l’affaire du Rainbow Warrior []

La fin de l’histoire? – pensées éparses (5)

Julius Ludwig Sebbers [Public domain], via Wikimedia Commons

Hegel par Julius Ludwig Sebbers [Public domain], via Wikimedia Commons

En 2010, la Bibliothèque du Congrès a annoncé qu’elle archiverait le réseau social Twitter – l’ensemble des tweets émis depuis sa fondation en 2006. L’importance prise par les médias sociaux dans de nombreux aspects de la vie publique états-uniennes (et au-delà) le justifie amplement. Deux ans plus tard, la même bibliothèque faisait part des difficultés techniques pour entretenir cette archive, mais surtout pour la mettre à disposition des chercheurs avec les outils nécessaires pour qu’ils puissent l’exploiter1. Ainsi, estime la bibliothèque du Congrès:

Currently, executing a single search of just the fixed 2006-2010 archive on the Library’s systems could take 24hours. This is an inadequate situation in which to begin offering access to researchers, as it so severely limits the number of possible searches.2

Cette épisode illustre très bien les difficultés rencontrées aujourd’hui pour l’archivage à des fins historiennes des sources primaires (nées) numériques. Cette problématique n’est absolument pas nouvelle. Roy Rosenzweig parlait – dans un article que nous avons participé à faire traduire récemment en Français3 – d’un choix entre abondance et rareté.

Ce qui m’intéresse ici sont les conséquences de la numérisation de nos vies, de l’extension du domaine du numérique pour les historiens des périodes les plus récentes, ceux qui ouvrent les chantiers de recherche au fur et à mesure de la loi des trente ans – et parfois sur des périodes encore plus récentes, car il y a de nombreuses exceptions à cette loi.

Aux alentours de 2020, les travaux de ces historiens-là pourront ne reposer strictement que sur des sources numériques. Il s’agit donc d’être prêts à exploiter des masses importantes d’archives numériques. Le sommes-nous?

Du côté des centres publics d’archives

Cette question de la gestion des sources primaires numériques (record management dit-on, semble-t-il) est loin de ne concerner strictement que les historiens. Ceux qui, dès aujourd’hui, collectent déjà ces sources et les gèrent pour les administrations sont les centres publics d’archives et certaines bibliothèques.

Si nous prenons l’exemple des archives nationales, les propos de leur directrice, Agnès Magnien, lors de l’émission La Fabrique de l’Histoire4, étaient plutôt rassurants, finalement. Selon Agnès Magnien,

Les questions [relatives à la conservation des documents numériques] sont les mêmes [que pour les archives papiers], mais les réponses doivent être adaptées.5.

Les réponses doivent être adaptées – les silos de stockages d’archives papiers étant remplacés par des serveurs. Elle a évoqué le fait de « passer à une vitesse supérieure », c’est-à-dire à un niveau quasi-industriel, expression que j’interprète comme la nécessité, pour les centres d’archives, de disposer de réels data center et des outils qui vont avec. Agnès Magnien a insisté sur le fait qu’il devait y avoir un travail de tri – c’est le cas déjà pour le papier où 75% des archives ne sont pas conservées pour diverses raisons, dont leur redondance6. L’évolution des Archives nationales pour la conservation des archives numériques devrait désormais s’accélérer, mais rencontre les problèmes qui sont, aujourd’hui, ceux de tous, notamment pour le financement de cette évolution. Notons, enfin, que cette évolution numérique des archives nationales a des points communs avec celle des sciences humaines et sociales, notamment pour la place qui doit être faite aux informaticiens.

Toutefois, certaines de ces affirmations me semblent étranges. Qu’est-ce que la redondance à l’ère numérique? A priori, c’est une notion positive: la redondance (bien gérée) est nécessaire pour ne pas perdre d’information7. Mal gérée, la redondance peut causer de nombreux problèmes (entre Report Last version v3.doc et Report v4 final draft.doc quelle est réellement la dernière version?). Ainsi, il ne me semble pas si facile d’opérer un tri dans  cette redondance, ni nécessaire de systématiquement se débarrasser des fichiers qui se répètent – la manière dont la redondance est régie pourra, dans le futur, nous donner une idée de la manière dont les administrations s’organisent8.

En outre, se pose un problème d’articulation entre la forme et le fond du document. Le document numérique est fluide, fond et forme peuvent être pleinement séparées. Deux versions d’un document au fond identique peuvent avoir une forme différente. Que faire si l’historien visualise un contenu au fond similaire mais à la forme différente du contenu écrit ou lu par un agent de la fonction publique trente ans auparavant?

Cette émission a abordé de nombreux sujets et la courte discussion entre Emmanuel Laurentin et Agnès Magnien sur le numérique aurait pu faire l’objet d’une émission entière et élargie à de nombreux intervenants. Car la question de la conservation des archives appelle celle de leur consultation. L’exemple cité en introduction de la bibliothèque du Congrès montre que la mise à disposition des archives nées numériques n’est pas aisée. Travailler, pour une thèse par exemple, avec quelques centaines de boîtes d’archives n’équivaut pas à devoir gérer des téra-(péta-/exa-)octets d’informations. Tout change: les outils pour les lire – il faut compter sur une médiation des outils bien plus importante9 -, les méthodes et les risques de cette lecture évoluent. L’écriture de l’histoire elle-même, dont on espère qu’elle devienne plus riche par l’utilisation de ces documents numériques, se modifiera.

Toutefois, je ne doute pas, même si ce chemin est pavé de difficultés, que les grands centres d’archives publics s’en sortiront. Ce qui devrait être plus problématique sont les échelons du domaine public disposant de financements moindres, et, surtout, l’accès aux archives numériques privées.

Les archives privées

Distinguons – un peu artificiellement – trois cas. Les entreprises « classiques » gèrent leurs archives par besoin et, à l’occasion, les mettent à disposition des historiens. Ces entreprises et leurs ancêtres ont toujours dû s’occuper de leur histoire – pour savoir s’il faut respecter un contrat et ses clauses, encore faut-il savoir ce qu’il contient et, donc, le conserver. Parfois, sous pression des historiens, les archives qui ne les intéressent plus sont tout de même conservées et ouvertes aux chercheurs10. Cette situation n’évoluera pas, ne changera pas avec le numérique et, toutes choses étant égales par ailleurs (c’est-à-dire hormis les difficultés techniques et financières qui seront vraisemblablement similaire à celles des archives publiques décrites ci-dessus), tout reposera sur le bon vouloir de ces entreprises.

Le second cas est celui des entreprises typiquement numériques (Google, Twitter, Facebook, etc) dont l’une des plus grandes richesses est l’accumulation de données – sources primaires pour les historiens – sur leurs utilisateurs, leurs pratiques, leurs activités, leurs relations, etc. Ici, la situation risque d’empirer chaque jour.

Comment, aujourd’hui, accéder à ces données? Techniquement, cela se fait, notamment, par l’accès à une API. Or, revenons à l’exemple de Twitter. Entre 2006 et aujourd’hui, le modèle économique de ce réseau social a fondamentalement changé, et son API avec. Beaucoup plus orienté sur la valorisation de ce que ses utilisateurs produisent, Twitter a désormais nettement plus intérêt à vendre cette production des utilisateurs, donc à en fermer l’accès gratuit et, ainsi, à restreindre son API. C’est une catastrophe pour les recherches des sociologues et des anthropologues. L’action de la bibliothèque du Congrès limitera la casse pour les historiens, du moins quand les outils seront disponibles pour exploiter cette immense archive. Toujours est-il que les 600 000 tweets produits par des téléspectateurs du débat entre François Hollande et Nicolas Sarkozy au printemps 2012 n’ont toujours pas – ou très peu – été analysés.

Qu’en est-il pour Google, Facebook et tous les autres? La situation est bien pire. Facebook garde ses données et les monétise. Son API – du point de vue des chercheurs – est très fermée11. Si Facebook fait faillite, que se passera-t-il? Ces données, qui sont des sources primaires pour les historiens, sont susceptibles de disparaître, comme ont disparu les données qui étaient stockées sur les serveurs du fameux service MegaUpload. Sans discuter ici des raisons, légales ou non, qui ont abouti à la fermeture de MegaUpload, il y aura des conséquences en sciences historiques: de nombreux cinéphiles, par exemple, y ont stockés des copies de films oubliés ou indisponibles. Ces copies ont disparu, diminuant les chances pour les chercheurs futurs de les exploiter pour leurs travaux.

Reste le troisième cas – soulevé notamment par Roy Rosenzweig. Celui des nombreux sites web entretenus par une ou quelques personnes, qui apparaissent, se développent et, parfois, disparaissent en fonction de la disponibilité de ses webmestres bénévoles. Il existe des services qui archivent le web, mais qui sont souvent décevants, notamment car les informations que l’on trouve sur le web, avant d’être présents dans des pages HTML (le langage standard du web) sont d’abord stockées dans des bases de données. Non seulement ceci peut avoir pour conséquence que l’archivage est techniquement impossible, mais encore est-il incertain que toutes les données stockées dans ces bases de données aient été archivées. Le service (privé mais gratuit) le plus connu est la Wayback Machine entretenue par Internet Archive. Or, lorsqu’on l’utilise, on tombe régulièrement sur des erreurs.

Certaines institutions publiques « enregistrent » également le web. La Bibliothèque nationale de France archive ainsi le « .fr » et, sur demande ou à l’occasion d’événements particuliers (le Printemps arabe, par exemple), des sites au-delà du domaine français. De très grands efforts sont fournis par la BNF pour offrir aux chercheurs de très bonnes conditions d’accès à cette archive12. Mais ceci à des limites: on parle ici d’un dépôt légal – pas de préservation d’archives numériques – d’une part; le domaine archivé étant limité, de nombreux liens vers d’autres site ont des chances d’être inutilisables, d’autre part13.

Les archives personnelles

Il reste un troisième cas, celui des archives numériques de chacun d’entre nous, stockées sur nos ordinateurs, nos serveurs, nos « box ». Là-aussi, de nombreux documents sont perdus alors que beaucoup pourraient avoir un intérêt, pour, plus tard, écrire l’histoire. Deux-tiers des documents électroniques qui sont perdus ne le sont pas pour des raisons techniques, mais parce qu’ils ont été mal rangés, tout simplement14. Il existe des logiciels pour faciliter la gestion documentaire personnelle – finalement c’est l’une des fonctions de zotero pour les chercheurs. Mais ceci prend du temps et beaucoup d’entre nous ne sont pas conscients de ce que peut impliquer une grave perte de données.

*

Revenons au titre de ce billet. Le passé laisse des traces. Les historiens les collectent, les interprètent et écrivent sur notre passé sur la bases de ces traces. Que se passent-ils si ces traces – les sources primaires – disparaissent? L’histoire – dans le sens de « sciences historiques » – ne peut plus être écrite. La difficulté que nous avons aujourd’hui à relever le défi de l’archivage des sources numériques est une épée de Damoclès menaçant historiens et sciences historiques.

La préservation des archives, numériques ou non, a toujours été quelque chose de délicat et d’aléatoire. Nous connaissons plutôt bien l’Égypte ptolémaïque par le biais des papyrus conservés dans le désert – sec – alors que ceux qui existaient probablement dans la vallée du Nil – humide – ont disparu. Il existe des trous dans notre connaissance de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale car elle a engendré de nombreuses destructions d’archives.

Mais notre ère numérique me semble poser ces mêmes problèmes avec une plus grande acuité tout en engendrant de nouveaux enjeux – cette incroyable abondance, cette évolution technique (logicielle et matérielle) très rapide. S’il est déjà arrivée de voir une historiographie freinée par une arrivée importante d’archives – c’est le cas de l’historiographie du IIIe Reich lorsqu’il a fallu absorber les archives qui étaient conservées par les pays du bloc communiste lorsque ce dernier a disparu -, cela a n’a été que très temporaire.

Si notre réaction n’est pas adaptée, les sciences historiques elles-mêmes sont mises en danger. Bien que le titre de ce billet paraisse dramatique, je ne crois pas à une fin des sciences historiques. Par contre, une sérieuse réduction de son « domaine » à partir du moment où nous étudierons les années 1990 est malheureusement envisageable, soit en raison de pertes d’archives, soit à cause d’utilisation d’outils et méthodes inadaptées.

C’est toute l’utilité, aujourd’hui, des Humanités numériques, de l' »histoire numérique » que de préparer le futur de l’histoire. L’enjeu de la conservation des archives montre l’intérêt et la nécessité d’un travail très étroit entre historiens, archivistes, bibliothécaires et informaticiens.

  1. On parle ici de 170 milliards de tweets, avec une croissance d’un demi-milliard de tweets par jour  selon Allen, Erin. « Update on the Twitter Archive at the Library of Congress ». Library of Congress Blog 4 janv. 2013. Web. 1 févr. 2013. []
  2. Idem. []
  3. Version française: Rosenzweig, Roy. « Pénurie ou abondance ? Préserver le passé à l’ère du numérique ». OpenEdition Press. OpenEdition Press, 2012. 113‑149. press.openedition.org. Web. 1 févr. 2013. Version originale: Rosenzweig, Roy. « Scarcity or Abundance? Preserving the Past in a Digital Era ». The American Historical Review 108.3 (2003): 735‑762. CrossRef. Web. 28 avr. 2010. []
  4. 23 janvier 2013, France Culture, émission d’Emmanuel Laurentin – l’auditeur qui voulait absolument que lui soit posée la question de la stratégie numérique des AN, c’était moi! []
  5. J’ai collecté ces propos à la volée – vous m’excuserez si quelques mots diffèrent, mais je ne pense pas avoir trahi les propos tenus. []
  6. À l’ère numérique, je m’interroge sur ce que veut dire le terme « redondance ». Le document numérique est fluide: son contenu peut avoir changé, sa forme peut être séparée de son fond. Qu’est-ce dans ce contexte que la redondance? Une répétition ou du versioning – pour parler du bon français? []
  7. Ainsi, on conseille toujours d’avoir au moins trois copies d’un fichier: une sur votre ordinateur, une sauvegarde sur un support externe, une dernière sur un support distant []
  8. Cela signifie également que les plateformes logicielles utilisées par les administrations, entreprises, etc. devraient en toute théorie être archivées également, non seulement pour lire les archives dans leur contexte d’origine, mais également parce que ce seront des sources primaires à proprement parler. []
  9. Je me permets de renvoyer à l’un de mes précédents billets. []
  10. Ainsi a-t-il fallu la mobilisation de nombreux historiens dans le monde autour d’une pétition lancée par Marc Flandreau (Institut des Hautes Études Internationales et du Développement, Genève) pour sauver certains fonds d’archives de BNP Paribas []
  11. Je n’aborde pas ici les questions de respect de la vie privée et du « droit à l’oubli ». Cela pourrait faire l’objet d’un billet, d’un article, voire d’un livre complet. []
  12. Voir l’atelier co-animé par Clément Oury (BNF) et moi-même à THATCamp Paris 2012: Collectif. « Sommes-nous en train de perdre la mémoire ? Mémoire et archivage du web ». Collections électroniques des Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012. editionsmsh.revues.org. Web. 1 févr. 2013. []
  13. Il y a d’autres limites, notamment liées au contexte technologique: un site de 1995 visionné avec les outils de 2013 n’est pas tout-à-fait le même que s’il était visionné avec les technologies de 1995. Mais la BNF y travaille. Notons que la question du matériel, notamment de stockage, et de son obsolescence est une question également importante, non évoquée ici, car bien connue. []
  14. Statistiques entendues à Digital Humanities 2009 []

Visualiser, c’est questionner les sources

Il y eut un premier échange, entre Jean Véronis et moi, sur twitter, à propos de nuages de mots-clés constitués à partir des motions de l’UMP (faute de grammaire incluse, honte à moi):

Ensuite, un cours Digital Humanities à l’Université du Luxembourg. L’un des buts que je fixe à mes étudiants est de faire une critique d’un site web. Je leur donne une grille, inspirée notamment par Serge Noiret1. Cette liste est pour moi un minimum. Pour questionner un site web, se demander ce qu’il peut apporter à un chercheur, il existe des outils – qui peuvent d’ailleurs être appliqués à d’autres supports que le web – pour faire ressortir des schémas de pensée, des questions que l’on n’aurait pas vues autrement, c’est-à-dire par une simple lecture humaine, non aidée d’une lecture computationnelle.

Ils me demandent un exemple. En bon spécialiste des banques centrales, j’entre « Union économique et monétaire » dans google. Et obtiens ces résultats. Je clique successivement sur deux liens: le premier décrit l’histoire de l’Union économique et monétaire sur le site de la banque centrale européenne. Le second raconte la version française de la même histoire, sur le site de la représentation permanente de Paris à Bruxelles.

Pour montrer comment « aller plus loin » dans leur analyse d’un site web, je rentre les adresses des deux sites, successivement, dans Voyant Tools l’outil de visualisation des textes développé par Stéfan Sinclair (McGill) et Geoffrey Rockwell (University of Alberta).

La visualisation de la page de la BCE


La visualisation de la page de la représentation française


Ces deux visualisations nous poussent à nous interroger sur la manière dont une institution européenne, la BCE, d’un côté et la France, de l’autre, comprennent et conceptualisent l’Union économique et monétaire. En d’autres termes, elles nous aident à questionner nos sources, ce qu’elles contiennent, à y voir des schémas de pensée que l’on aurait pas vu autrement.

Or, si on les regarde, les mots-clés qui ressortent sont de natures très différentes. La BCE est technique et factuelle, parlant des « phases » (les trois phases pour accomplir l’union monétaire) et de l’institut monétaire européen (IME – l’institut qui a construit la banque centrale européenne), le terme « monétaire » est plus présent. Du côté français, peu de termes techniques, beaucoup de politique et d’économique (de croissance), une insistance très claire sur le rôle des États membres. En clair, une vision technique et très monétaire de l’Union s’oppose à une vision plus politique et très inter-étatique.

Une opposition qui fait écho aux débats européens d’aujourd’hui.

  1. Philippe Rygiel, et Serge Noiret. Les historiens, leurs revues et Internet : France, Espagne, Italie. Publibook. Paris, 2005. Print. []

Zotero: au-delà de la gestion des références bibliographiques

Zotero Standalone logo

(c) Roy Rosenzweig Center for History and New Media

Dans quelques jours, la revue Diacronie sortira un numéro sur l’histoire numérique, coordonné par Deborah Paci (Università di Padova / Université de Nice-Sophia Antipolis) Émilien Ruiz (EHESS) et Elisa Grandi (Paris-Diderot).

Edit (5 juillet 2012): le numéro est sorti.

J’y ai écrit un article sur le logiciel Zotero, dont je parle plus amplement et plus régulièrement ailleurs. Zotero est un logiciel de gestion des données bibliographiques. Il vous permet de collecter vos références bibliographiques, de les citer dans votre traitement de texte.

Mon propos est de montrer que 1. grâce à la manière dont il est développé (open source et flexible) 2. grâce au fait qu’il permet d’attacher des notes, documents… aux références bibliographiques et 3. grâce à ses fonctionnalités en ligne, Zotero dépasse largement la simple gestion des références bibliographiques et permet à l’historien (et pas qu’à lui/elle) de gérer un corpus de sources et de travailler sur ces sources de manière à révéler des éléments qui ne l’auraient pas été sans lui. Comment? Vous lirez l’article…

En attendant, voici la bibliographie de cet article.

Le Manifeste!

« Manifeste des Digital humanities ». ThatCamp Paris 2010 2010. Web. 15 févr. 2012.

Définitions

« DCMI Home: Dublin Core® Metadata Initiative (DCMI) ». Web. 21 juin 2012.

Free Software Foundation. « Qu’est-ce qu’un logiciel libre? » Web. 1 juin 2012.

Wikipedia contributors. « Code source ». Wikipédia 30 mai 2012. Wikipedia. Web. 1 juin 2012.

—. « Interface de programmation ». Wikipédia 17 mai 2012. Wikipedia. Web. 6 juin 2012.

—. « Mathematica ». Wikipédia 6 juin 2012. Wikipedia. Web. 6 juin 2012.

—. « RSS ». Wikipédia 3 juin 2012. Wikipedia. Web. 6 juin 2012.

—. « Système de gestion de contenu ». Wikipédia 23 mai 2012. Wikipedia. Web. 1 juin 2012.

Billets de blog

Clavert, Frédéric. « Utiliser zotero avec le CMS SPIP ». Zotero francophone 1 juin 2012. Web. 6 juin 2012.

—. « Zotero pour utilisateurs avancés ». Zotero francophone 31 mars 2011. Web. 8 juin 2012.

Cohen, Dan. « Building a Sustainable Zotero Project ». Zotero 6 janv. 2010. Web. 8 juin 2012.

—. « Clio Wired ». Dan Cohen’s Digital Humanities Blog 26 août 2007. Web. 7 août 2008.

—. « Mapping What Americans Did on September 11 ». Dan Cohen's Digital Humanities Blog 8 août 2006. Web. 6 juin 2012.

Heimburger, Franziska. « La Boite à Outils des Historiens: Zotero – version Firefox ou Stand-alone ? » La Boîte à outils des historiens 21 mai 2012. Web. 19 juin 2012.

—. « La photographie numérique des sources – conseils, astuces, méthodes ». La Boite à Outils des Historiens: 31 août 2011. Web. 6 juin 2012.

—. « Les bonnes résolutions… ou comment mettre en place un système complet et automatique de sauvegarde ». La Boîte à outils des historiens 11 janv. 2010. Web. 6 juin 2012.

—. « New Collaborative Bibliography of First World War Studies ». International Society for First World War Studies 13 mars 2012. Web. 6 juin 2012.

Ruiz, Émilien. « La Boite à Outils des Historiens: Découvrir Zotero 2.1 : de l’installation à la bibliographie collaborative ». La Boîte à outils des historiens 2011. Web. 1 juin 2012.

Takats, Sean. « Thomson Reuters Lawsuit Dismissed ». The Quintessence of Ham 4 juin 2009. Web. 21 mai 2012.

Livres, rapports et articles

Cohen, D. et al. « Data Mining with Criminal Intent ». (2011): n. pag. Print.

Rosenzweig, Roy. Clio Wired: The Future of the Past in the Digital Age. Columbia University Press, 2011. Print.

Suciu, Radu. « Medical Case Studies on Renaissance Melancholy: Online Publication Project ». Digital Humanities 2011 2011. Web. 6 juin 2012.

Turkel, William J., et Alan MacEachern. The Programming historian. 1re éd. NiCHE: Network in Canadian History & Environment, 2007. Web. 15 sept. 2008.

Plug-ins pour ou liés à Zotero

Owens, Trevor. « Zotero Maps: Visualize Your Zotero Library on the Globe ». Zotero 10 mai 2010. Web. 6 juin 2012.

« Vertov ». Web. 21 juin 2012.

« WordPress › Zotpress « WordPress Plugins ». Web. 21 juin 2012.

« ZotFile – Zotero Addon to manage your attachments ». Web. 21 juin 2012.

Sites web à consulter

« CitationStyles.org | The Citation Style Language – open and free citation styles ». Web. 21 juin 2012.

Cohen, Dan. « Dan Cohen’s Digital Humanities Blog ». Dan Cohen’s Digital Humanities Blog. Web. 27 juin 2012.

« La boîte à outils des historiens ». Web. 27 juin 2012.

Roy Rosenzweig Center for History and New Media. « Occupy Archive ». #Occupy Archive. Omeka. 2011. Web. 6 juin 2012.

Suciu, Radu. « Medical Case Studies on Renaissance Melancholy ». Medical Case studies on Renaissance Melancholy – Online publication project. Publication en ligne. 2011. Web. 6 juin 2012.

« The Quintessence of Ham ». Web. 27 juin 2012.

« WordPress › Blog Tool, Publishing Platform, and CMS ». Web. 21 juin 2012.

« WorldCat.org ». Web. 21 juin 2012.

« Zotero francophone ». Web. 27 juin 2012.

Sur le site de Zotero

« dev:server_api [Zotero Documentation] ». Web. 21 juin 2012.

« Zotero Forums ». Web. 21 juin 2012.