Archives par étiquette : Humanités numériques

Une analyse des contenus de thatcamp.org

Dans le cadre du THATCamp Paris 2015, qui s’est tenu la semaine dernière, nous avons organisé un datasprint. Les THATCamps (pour The Humanities and Technology Camp) sont des événements scientifiques appartenant à la famille des non-conférences, c’est-à-dire qu’ils mettent leurs participants au cœur même de l’organisation de l’événement. Les participants proposent des ateliers, votent pour les ateliers qu’ils jugent les plus pertinents, puis organisent l’emploi du temps de la non-conférences.

Orientés vers les Humanités numériques, les THATCamps sont, en fait, une importation de modes de sociabilité venant de l’univers des sciences informatiques et technologiques. Le datasprint en est aussi inspiré: il s’agit d’organiser, pendant l’événement, une sorte de concours où des équipes traitent, dans ce cas, des données et exposent leurs résultats à la fin de l’événement. Ce que nous avons fait la semaine dernière. Continuer la lecture

Enseigner les Humanités numériques (1)

Flickr. Auteur: Carbon Arc.  (CC BY-NC-SA 2.0)

Flickr. Auteur: Carbon Arc. (CC BY-NC-SA 2.0)

Cette année, j’ai fait un cours de trois fois deux heures de méthodologie numérique dans un master 2 relations internationales (pro et recherche). C’est loin d’être le premier (et loin d’être le plus long) et je vais ici le prendre en exemple avant – dans un deuxième billet – de partager des réflexions sur ce que pourrait être un enseignement des Humanités numériques «au fil du cursus» d’un étudiant.

Les deux premières heures m’ont permis d’effectuer une introduction générale. J’ai ensuite opéré une démonstration de trois logiciels (iramuteq, gephi, zotero) au cours suivant. J’avais prévu un retour à une séance plus méthodologique, sur la base des travaux qu’ils devaient me rendre, cet enseignement faisant l’objet d’un contrôle continu. J’ai en effet demandé aux étudiants de me rendre un premier devoir avec une description des trois logiciels avec leurs propres mots, ainsi qu’un court cas d’utilisation par logiciel en relation avec leur recherche ou leur stage. Le but, au-delà de la note à attribuer, était pour moi de comprendre ce que des étudiants en Master 2 n’ayant pour la plupart jamais eu d’enseignement «informatique» percevait des logiciels en question. Pour un second devoir, ils devaient écrire un rapport d’utilisation concrète de l’un de ces trois logiciels. Ce second travail n’est pas si évident: Gephi et Iramuteq sont des logiciels géniaux, mais, disons, parfois un peu rugueux. C’est pour cette raison qu’ils pouvaient aussi tester zotero, qui servait de soupape de sécurité.

Continuer la lecture

Numériser n’est pas mettre en données

En novembre dernier, à l’occasion du lancement des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, le site « Mémoire des hommes » (et pas des femmes, semble-t-il) publie plusieurs bases de données sur la Première Guerre mondiale. Le site, sur sa page « historique« , mentionne notamment l’ajout des « historiques régimentaires des unités engagées dans la Grande Guerre, de la base Sépultures de guerre ainsi que de la « Collection du ministre » de la Défense. Les fiches des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale sont ouvertes à l’indexation collaborative. » Continuer la lecture

Berlin

Derrière la modernité plutôt élégante de l'Aiswärtiges Amt, l'ancien bâtiment de la Reichsbank, inauguré par Hitler en 1936.

Derrière la modernité plutôt élégante de l’Auswärtiges Amt, l’ancien bâtiment de la Reichsbank, inauguré par Hitler en 1936.

Hier et aujourd’hui, je participe au séminaire « Hidden Continuities: From Interwar to Postwar Forms of Cooperation and Integration in Europe » organisé à la Freie Universität de Berlin par Wolfram Kaiser (Portsmouth) et Kiran Patel (Maastricht). J’y présente un papier sur les banquiers centraux avec Emmanuel Mourlon-Druol (Glasgow).

Profitant d’une matinée libre, je suis allé marcher dans le centre de Berlin, d’Alexander Platz à la porte de Brandenburg, malheureusement sans aller rendre hommage à Ishtar.

Je ne suis plus venu à Berlin depuis près de dix ans (sauf quelques jours chez des amis, mais sans aller dans le centre). J’avais encore pu visiter le Palast der Republik, ce bâtiment tragi-comique de la RDA aujourd’hui en cours de remplacement par une reconstruction fantasmée du château des Hohenzollern. J’ai pu revoir l’hideuse sous-préfecture qui sert d’ambassade à la France, sur la Pariser Platz. En près de dix ans, Berlin a changé. Les grues se sont déplacées. L’Unter den Linden est en chantier.

En près de dix ans, depuis mon dernier passage à Berlin pour terminer les archives pour ma thèse, ma pratique de l’histoire a beaucoup changé. Continuer la lecture

Bruno Latour à #DH2014: lecture proche et lecture distante

La conférence Digital Humanities 2014 à Lausanne a été ouverte par une keynote de Bruno  Latour, sociologue des sciences et professeur à Sciences Po. Son allocution a été enregistrée.

Dans cette intervention, Latour distingue close reading et distant reading, en évoquant son Enquête sur les modes d’existence. Introduit par Frédéric Kaplan (EPFL), qui mène un projet de numérisation massive des archives de Venise, Latour a opposé – bien que je ne crois pas que ç’ait été son intention originelle – ces deux modes de lecture, que j’ai déjà abordés du point de vue des sciences historiques.

Cette opposition me pose problème pour deux grandes raisons.

D’une part, contrairement à ce que Latour dit – mais il reconnaît que les Humanités numériques ne sont pas son champs de recherche -, les Humanités numériques s’intéressent de très prêt (sans mauvais jeux de mots) à la lecture proche. Il y a de nombreux projets d’édition, souvent en TEI, de textes ou corpus de textes permettant ce type de lecture et rendant souvent – car Latour rappelle avec justesse que les textes et l’une de leur mise en forme physique, le livre, sont complexes, même s’ils sont courts – des textes de dimension limitée dans toute leur complexité. Il est vrai que cette année, la conférence annuelle de l’ADHO a été très orientée vers la lecture distante (du moins dans ce que j’ai pu en voir).

D’autre part, l’intérêt de la lecture distante ne réside pas uniquement dans la possibilité de pouvoir lire au travers de l’informatique une grande quantité de textes, mais également dans l’interaction entre lecture distante et lecture proche, dans la possibilité que peut offrir la première de trouver des sources spécifiques sur lesquelles appliquer la seconde, sources spécifiques parfois perdues dans une grande masse de données.

Ainsi, l’intérêt de la distinction entre lecture distante et lecture proche ne réside pas dans leur opposition, mais bien dans leur interaction.

Humanités numériques: proposition de plan de cours

Récemment, j’ai préparé un plan de cours « Humanités numériques », plutôt général. Le cours ne se fera finalement pas, car il aurait trop augmenté ma charge de travail. Je vous en soumets toutefois le plan, qui n’est pour l’essentiel qu’une ébauche.
Continuer la lecture

Retours du colloque « Patrimoine et Humanités numériques » #ciphun

J’étais le 11 juin au colloque Patrimoine et Humanités numériques organisé par Cécile Meynard (Université Stendhal), Thomas Lebarbé (Université Stendhal)1 et Sandra Costa (MSH Alpes). J’y ai présenté la « patrimonialisation » d’un fonds de photographies sur plaque de verre découvert dans un lycée parisien. Ma communication avait été soumise avec Delphine Diaz (LabEx EHNE) et Laurence Giordano, professeur d’histoire-géographie. Je ne vais pas revenir sur ma communication, mais plutôt relever quelques points d’intérêt, glanés au fil de la journée. Continuer la lecture

  1. Thomas Lebarbé était intervenu au Luxembourg en 2012. []

[Annonce] Première assemblée générale de la future association francophone des humanités numériques, Humanistica

À l’automne dernier, au THATCamp Saint-Malo, quinze personnes (dont votre serviteur) ont été mandatées pour préparer la création d’une association francophone (et non française!) des humanités numériques.

L’idée de créer une telle association remonte à quelques temps déjà. Évoquée dès 2011 à Florence (mais plus dans une optique d’association européenne « latine »), discutée en session conclusive de THATCamp Paris 2012, l’assemblée générale du 8 juillet en sera le lancement.

L’annonce est disponible en français et en anglais.

Le mardi 8 juillet 2014 se tiendra à Lausanne la première assemblée générale (AG) d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques/digitales. Cette AG se tiendra sur le campus de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) de 10h à 16h. Grâce au soutien de DH 2014, elle a lieu en tant qu’événement organisé en marge du colloque international. Continuer la lecture

#DigitalFirst

En parallèle au renvoi de la directrice de la rédaction du New York Times, Jill Abramson, un membre du journal a fait fuiter le rapport d’une équipe interne au Times sur les évolutions que ce dernier doit adopter sur le terrain numérique. Le rapport en question, disponible ici, n’est pas uniquement intéressant pour comprendre les évolutions de la presse écrite. Il l’est également pour les Sciences Humaines et Sociales. Finalement, le raisonnement est simple: d’une logique centrée sur l’impression, il faut passer à une rédaction qui place le numérique en premier (digital first). Continuer la lecture

Séminaire Fichet-Heynlin: « HISTOIRE et transformations numériques dans l’enseignement supérieur et la recherche » (26 mars 2014)

Update (3 avril 2014): l’enregistrement du séminaire est disponible sur le site du réseau Terra.
J’ai poursuivi la réflexion sur un point précis dans mon billet suivant.


Continuer la lecture