Archives par étiquette : Humanités numériques

Une mise en données par les foules: histoire et crowdsourcing (#ncph2014)

What's on the Menu?

What’s on the Menu?

Ayant eu la chance de présenter l’encyclopédie du LabEx EHNE à la conférence annuelle du National Council for Public History à Monterey, j’ai pu assister à une session sur le crowdsourcing, présidée par Mark Tebeau (Arizona State University – Mark avait participé à l’une des conférences Humanités numériques au Luxembourg que j’ai organisée pour le CVCE en 2012). Continuer la lecture

Des fractures numériques

Mind the Gap

Photo de lisainglasses (Flickr). (CC BY-NC-SA 2.0)

Par “fractures numériques”, je n’entends pas ici parler des différences entre les “digital natives” et les autres, ni entre les accès au numérique (contenu, matériel, etc) entre classes riches et classes pauvres, mais plutôt des fractures qu’engendre le numérique au sein des sciences humaines et sociales. Ce billet ne se veut pas exhaustif, ni parfait, mais sera la base d’une proposition d’atelier pour le THATCamp Saint Malo.

Ce qui est enseigné et ce qui ne l’est pas

La problématique des compétences informatiques qui (ne) sont (pas) enseignées à l’université est ancienne. En histoire, depuis l’article de Jean-Philippe Genet1 en 1993 qui s’inquiétait de l’urgence de la formation informatique des historiens en France à celui de Franziska Heimburger et Émilien Ruiz2 fondé sur leur expérience à l’EHESS, on peut trouver de nombreux exemples d’écrits sur le besoin de formation. Toutefois, je ne crois pas qu’il y ait eu réelle changement de situation.

Si les techniques quantitatives, qui sont parfois enseignées dans les facultés d’histoire, le sont couramment en sociologie ou anthropologie, font appel, d’abord, à des règles statistiques, elles impliquent la plupart du temps de maîtriser des logiciels impliquant un minimum de programmation. Ainsi, certaines disciplines (l’histoire…) ont besoin de regarder ce que les autres font. Mais toutes doivent se poser la question de la formation des étudiants et prendre garde à ne pas créer un fracture entre ceux qui savent utiliser l’outil informatique et les autres.

Cette question est d’autant plus importante que la manière dont les étudiants aborde le numérique est extrêmement inégale: tous sont censés être digital natives, mais beaucoup sont mal à l’aise avec l’outil informatique et d’autres sont persuadés de le maîtriser alors qu’ils ne sont que des facebook natives.

Ce qui est numérisé et ce qui ne l’est pas

Dans notre Histoire contemporaine à l’ère numérique3, Stefan Halikowski-Smith s’interroge sur les grands programmes de numérisation (Big digitization) et le rôle des bibliothèques nationales. Si les chiffres, qui datent de 2009, ne sont aujourd’hui plus d’actualités, un fait demeure: il y a de grandes inégalités d’un pays à l’autre en Europe et, quoi qu’il arrive, ces programmes de numérisation sont souvent très loin de ceux de Google (notamment Google Books).

En termes de recherche, la numérisation peut engendrer de grandes distorsions. Si l’Organisation mondiale de la Santé met en ligne des sources sur les épidémies d’une maladie plutôt que sur une autre, les chercheurs se concentreront sur la première. C’est exactement ce qui s’est passé avec la malaria4.

La qualité de la numérisation oriente aussi la recherche, mais cette fois, avec un effet plus grave: il n’y a plus distorsion, mais tout simplement une historiographie faussée. C’est ce qu’explique Tim Hitchcock dans le Journal of Digital Humanities5:

But even more importantly, we ignore the critical impact of digitisation on our intellectual praxis. Only 48% of the significant words in the Burney collection of eighteenth-century newspapers are correctly transcribed as a result of poor OCR.[1] This makes the other 52% completely un-findable. And of course, from the perspective of the relationship between scholarship and sources, it is always the same 52%. Bill Turkel describes this as the Las Vegas effect – all bright lights, and an invitation to instant scholarly riches, but with no indication of the odds, and no exit signs. We use the Burney collection regardless – entirely failing to apply the kind of critical approach that historians have built their professional authority upon. This is roulette dressed up as scholarship.

Si l’on peut tolérer une marge d’erreur dans la reconnaissance de texte – au même titre qu’un chercheur fatigué risque de manquer des éléments en fin de journée dans un centre d’archives, finalement – trop d’erreurs aura pour conséquence d’envoyer toute une partie de l’historiographie à la poubelle, tout simplement.

Enfin, il y a inégalité face aux algorithmes. Les algorithmes de reconnaissance de texte sont meilleurs pour certaines langues et mauvais voire inexistant pour d’autres – c’est l’exemple du Yiddish donné par Gerben Zaagsma6.

Ce qui est public et ce qui ne l’est pas

Parmi les sources des sciences humaines et sociales, il y a celles qui sont en train de se constituer. Celles qui sont crées ou collectées par des entreprises privées, des institutions publiques du local à l’international. Une partie de ces données sera consultable, notamment celles qui sont issues des institutions publiques et seront une mine d’or pour tous – si tant est que nous sachions comment les exploiter, ce qui nous renvoie au premier point.

Mais de nombreuses sources, notamment privées (mais pas uniquement: tous les États ne publient pas leurs archives et il y a toujours ce qui relève du secret), ne seront tout simplement jamais disponibles pour de nombreux chercheurs7. Une fracture risque donc de se créer entre les happy fews qui seront payés par les entreprises pour exploiter leurs données – chercheurs d’établissements de recherche ou chercheurs internes à ces entreprises –  et les autres. En conséquence, non seulement ces recherches seront biaisées par leur mode de financement et les modalités d’accès aux archives, mais en plus une très grand majorité des chercheurs ne pourra plus exercer correctement leur métier, du moins dans certains domaines de la recherche.

À ceci, il faudrait rajouter qu’il y aura une différence entre les domaines où les sources nées numériques seront conservées et les domaines où elles ne le seront pas.

Ce qui est financé et ce qui ne l’est pas

Jusqu’ici les sciences humaines et sociales étaient des disciplines ne coûtant pas cher, même s’il y a toujours eu des exceptions, dans les domaines où l’ont travaille depuis longtemps avec des outils très technologiques (l’archéologie par exemple).

Avec l’arrivée du numérique, cet élément change complètement. Les sciences humaines et sociales deviennent plus coûteuses. À une époque où les financements de la recherche et de l’enseignement supérieur ne sont pas en hausse (bien au contraire), cela ne laisse rien présager de bon.

Bien sûr, il y a des moyens de limiter la hausse des coûts – la construction d’infrastructures numériques communes au niveau national ou européen en est un exemple, mais qui risque d’absorber de nombreuses dépenses dans un premier temps.

En conséquence, il faudra faire des choix. Sur quels critères seront-ils fondés? Les temps ne sont pas vraiment aux critères scientifiques purs…

*

Ceci n’est qu’un aperçu des fractures que peut engendrer le numérique en sciences humaines et sociales. Il y en a vraisemblablement d’autres. Y réfléchir fait partie d’un processus important, celui qui doit aboutir à la reconnaissance de l’apport des Humanités numériques aux sciences humaines et sociales.

  1. Genet Jean-Philippe, « La formation informatique des historiens en France: une urgence », Mémoire vive, juin 1993, no 9. []
  2. Ruiz Émilien et Heimburger Franziska, « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2011, n° 58-4bis, no 5, p. 70‑89. []
  3. Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary history in the digital age, Bruxelles, PIE – Peter Lang, 2013. []
  4. Ceci m’a été indiqué par Céline Paillette, doctorante à Panthéon-Sorbonne sous direction de Robert Frank. []
  5. Hitchcock Tim, « Academic History Writing and its Disconnects », Journal of Digital Humanities, Winter 2011, vol. 1, no 1. []
  6. Toujours dans Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary history in the digital age, Bruxelles, PIE – Peter Lang, 2013. []
  7. C’est l’une des provocations contenues dans boyd danah et Crawford Kate, « CRITICAL QUESTIONS FOR BIG DATA: Provocations for a cultural, technological, and scholarly phenomenon », Information, Communication & Society, juin 2012, vol. 15, no 5, pp. 662‑679. []

A simple computing reading of Debates in the Digital Humanities

[Preliminary remark: I’m new to text analysis, so I might make methodological errors. Don’t hesitate to discuss them in comment. Concerning softwares, I’m using the French tool iramuteq which is quite similar to Alceste. Iramuteq is in fact an interface to R. This post is to be seen as a personal exercise in a learning process as was another of my post (fr).]

Edited by Matthew K. Gold, Debates in the Digital Humanities is one of the most important 2012 publication in the field of DH. A few days ago (well, weeks now), an open access version went out. This version – the texts themselves but also the whole web platform – can be downloaded. Based on a social platform, this edition’s aim seems to be to capture new debates in this fastly evolving field, in order to publish during 2013 (and beyond, I suppose) an expanded version, with more contributions. You can mark paragraph if you think they are of interest and help to ameliorate the index. In this sense, this open access edition is also a contribution to the “future of the book”.

As I’m progressively discovering and thinking about “computing reading”, I decided to download the content of the book (yet the original content of the printed version), to transform it into a corpus. I first wanted to try paper machines for zotero but the results where not exploitable. So, after cleaning the HTML formatting from the texts, I created a corpus for iramuteq. The corpus is made of one file with each chapter as a text and some simple variables (parts and chapters). And I started to work on it. These are the first results.

Let’s start with a simple Wordcloud

Wordle: M K Gold wordcloud

iramuteq takes into account lemmatisation (ie all the forms of a word are considered as the same word, basically) It explains that “humanity” is so big, instead of “humanities”. In this case, I used iramuteq’s statistics and paste them into the advanced mode of Wordle, in order to have a better designed wordcloud.

What can we understand from this? As often with wordclouds, we don’t see much. In my experience, they can be interesting for relatively short and focused text. In this case, the wide variety of the chapters and blogposts imply too many concepts to be well represented.

Nevertheless, some words are typical from DH: the mix of both research-related words and students/pedagogy-related ones, “practice”, “project”, “tool”, “community”. Those are concepts that seem to distinguish DH from other (and more classical) humanities disciplines. Furthermore, I removed from the corpus “http://” (you can still see “www”) because it was too present in the wordcloud. This is of great significance too!

Profiles

"Debates in the Digital Humanities " dendogram

“Debates in the Digital Humanities ” dendogram

Iramuteq gives me four profiles (ie groups of words that are frequently together). The first striking point is the fact that there is a whole profile (n° 4) that is made of words contained into web URLs – make your URL humanly readable, it gives more sense to your website.

The second thing which strikes me is the fact that there are only four profiles – it’s not a lot (for my PhD, it was eight profiles with the basic settings – you can refine them to get more detailed profiles, see next section). It means that the book focus on three (if we exclude the profile that is linked to URLs) main themes:

  • methods, theory and critique (profile 1);
  • publishing (profile 2);
  • pedagogy (profile 3).

The importance (see the dendogram) of each of those three themes seem relatively the same. Please download the CHI table that iramuteq generated if you want to go a bit further.

Refined profiles

Factorial analysis Graph

Factorial analysis Graph

I wanted to refine a bit the analysis and in consequence changed a bit the settings. This time, Iramuteq gave me six profiles:

  • Words linked to the value of the DH community: openness, universal, source, etc… (8,46%);
  • Analysis and visualisations tools, linked to “humanistic” (14,53%);
  • critique, theory… but linked to practice, etc (10,09%);
  • pedagogy (22,61)%;
  • publications (25,02%);
  • web addresses (19,3%).

This time, the six profiles have not the same weight. The importance of pedagogy in DH is striking, as well as publishing. I also note that theory is linked to practice – which seems to me very typical of DH. Typical also is the insistance on values, because it is an important part of what constitutes the DH as a self defined community.

(Download the chi table generated by iramuteq for those profiles).

In this case, the factorial analysis graph (Graph AFC in French) seemed to me very significant, more than the dendogram itself. The size of “community” and “value” notably is striking, as well as the rather tight imbrication of the different profiles, a part from the URL one.

Conclusions

It seems to me that this short analysis reflects rather well where are the debates in Digital Humanities: DH as a community of value, links between theory and practice, digital publishing, pedagogy, analysis and visualisation tools. The importance of URLs is also striking.

I’m not sure that we are learning something new from this analysis of Debates in the Digital Humanities – it is more a confirmation of the impressions you get when you actually read this book.

Concerning my methodology, I obviously need better methodological and theoretical background on text analysis. My vocabulary is not precise enough whether in English of French. A part from that:

  • iramuteq is great, but, as all software, has some limits. For instance, an expression cloud would be better than a wordcloud, because, here, lots of pertinent expressions are made of two words (digital humanities, digital publishing, etc…);
  • using several tools is better than using only one;
  • all analysis are not good for all text. The similitude analysis was pointless – or I’m yet not good enough to get something usefull from it.
Histoire des relations internationales et histoire diplomatique

Le miroir de nos faiblesses?

Google. Notre entrée, la plupart du temps, sur le web. Le dieu tout-puissant des années 2000 et 2010. Google, qui, naïvement, mais peut-être aussi dangereusement, s’interdit de “faire le mal“. Google, qui, très critiquée de longue date1, est une société difficile à cerner. Dans les années 1980, Microsoft pouvait être facilement remise en cause: ses produits étaient souvent de piètre qualité. Dans le cas de Google, il faut comprendre un Janus, tantôt ouvert, tantôt fermé. Google peut facilement mettre à mort des sites web par milliers et du jour au lendemain en changeant son algorithme (ce qui arrive régulièrement). Google qui édite Google Scholar à la méthodologie contestable, Google Books dont la finalité n’est pas certaine, et qui privatise la culture mondiale. Google, qui a du mal à trouver des adversaires à sa hauteur dans le domaine culturel.

Histoire des relations internationales et histoire diplomatique

Occurrences des termes “Histoire des relations internationales” et “Histoire diplomatique” dans le corpus français de Google Books.

La firme de Moutain View – pour utiliser une périphrase pauvre et usée – est toutefois habituée, finalement, au quantitatif. Cherchez “histoire des relations internationales” et le moteur vous renvoie 11 millions de résultats. Comparez “histoire diplomatique” et “histoire des relations internationales” sur Google Ngram et vous obtenez un graphique qui mesure les occurrences de ces deux expressions dans un corpus de livres français aux contours indéfinis – “Search a lot of books” dit Google Ngram, dans une très grande imprécision. Très grande imprécision, mais très grande utilité: la représentation ci-contre montre que les tensions internationales des années 1880 et 1890 encouragent les publications liées à l’histoire diplomatique – à cette époque considérée comme de savants montages de diplomates ingénieux sans rapport à ce qui se passe dans les pays, sociétés, États… Cette poussée de l’histoire diplomatique, après une légère baisse puis stabilité, continue avec la Première Guerre mondiale, redescend pendant l’entre-deux-guerres, puis remonte avec la Seconde Guerre mondiale.

On constate également que l’expression “histoire des relations internationales” apparaît au XIXe siècle, mais n’est que peu utilisée avant les années 1950. À partir de là, l’histoire diplomatique reste l’expression la plus utilisée, mais l’histoire des relations internationales émerge… Lorsque l’on regarde de plus près – et aucun historien des relations internationales ne sera étonné – cela s’explique par la sortie de la série sur l’histoire des relations internationales dirigée par Pierre Renouvin. Ce n’est pas qu’un changement d’expression, mais un changement complet de paradigme – on passe d’une histoire des diplomates à une histoire profondément ancrée dans ce que Duroselle et Renouvin ont appelé dans les années 1960 “les forces profondes2” – les mouvements religieux, sociaux, idéologiques…

Ceci est fort intéressant, montre une très grande puissance de Google, mais Google Ngram et une grande partie des logiciels et services de Google restent fondés sur la mise à disposition de données et d’outils pour les exploiter.

La création du Google Cultural Institute change la donne. Basé à Paris, il a déjà réalisé un certain nombre de projets dont certains sont impressionnants (Google Art Project par exemple). Cette fois, ces projets exploitent des données fournies par Google, pré-digérées et fournies au public sous forme d’expositions virtuelles. La semaine dernière, une grande étape a été franchie: six millions de documents – essentiellement des photographies du fond de Life Magazine, cela dit – ont été mis à disposition du public. Tous sont disponibles et atteignables par mots-clés, certains sont organisés en expositions en ligne.

Ce n’est pas Google qui a créé les expositions, mais des partenaires – chercheurs, musées… – dont Yad Vashem ou le Nelson Mandela Centre of Memory. Il s’agit de documents organisés, facilement regardables, à “disposition” du public. Certains historiens ont aussi mis la main à la pâte.

Quand l’on regarde de près, de nombreuses critiques peuvent être émises:

  • Pas de fonctions sociales – ce qui est surprenant, car connectées à Google Plus, peut-être que Google aurait enfin trouvé quelque chose pour faire vivre son réseau social;
  • Pas de possibilité – d’après ce que j’ai vu – d’annotations des documents;
  • Il y a un très grand déséquilibre des sources (ce sont d’abord des photographies – certes très intéressantes);
  • Des métadonnées – les données qui décrivent les documents – peu détaillées;
  • On peut voir ces documents, mais les conditions de leur utilisation dans un autre contexte ne sont pas très claires;
  • Il n’y a pas d’API pour pouvoir exploiter ces données – ou du moins je n’en ai pas vu.

Il reste que ces expositions virtuelles – qui ont des fins inégales: celle sur “Mai 68 et les historiens” est d’abord la promotion d’un livre, alors que celles préparées par Yad Vashem fournissent un contenu un peu plus dense – sont dans l’ensemble plutôt bonnes, que la masse de documents fournie est impressionnante. Google n’est pas la seule à pouvoir faire ce type d’actions: le portail Europeana offre en libre accès (depuis le mois dernier) les métadonnées de 20 millions de documents. Ces métadonnées étaient consultables en ligne depuis bien plus longtemps. Vous pourrez aussi y trouver des expositions en ligne, de très bonne qualité. Mais le contenu, essentiellement des métadonnées, d’Europeana n’est pas présenté et disponible de manière aussi “sexy” que ce qu’a fait le Google Cultural Institute.

Ce qui m’intéresse ici, ce sont les conséquences de l’arrivée de Google dans le domaine patrimonial pour les Humanités numériques. Si, certes, ces dernières ne sont pas à confondre avec le secteur culturel, il reste qu’il y a de forts points communs. Je ne crois pas me souvenir d’une couverture médiatique (pas si importante que ça, cependant) équivalent pour un projet numérique. Pourtant, certains revêtent un très grand intérêt pour le grand public. Certains impliquent leur public, comme la September 11 digital Archive, avec un succès important.

Mais, les Humanités numériques sont-elles assez attractives, face à une entreprise capable de fournir autant de documents et des logiciels (que je n’ai pas testé…) pour en faire des expositions? Les Humanités numériques peuvent-elles fournir autant de renommée que Google peut promettre? Que se passera-t-il si Google commence une numérisation – à la suite d’éventuels accords – des archives publiques?

L’utilité des Humanités numériques ne fait pour moi aucun doute3, mais leur visibilité aujourd’hui – en dehors des milieux académiques – me semble trop faible. Le risque est de ne pouvoir justifier notre utilité vis-à-vis des décideurs (et bailleurs de fond) et de perdre de fait en légitimité. En ce sens, Google, avant d’être un risque, est le miroir de nos faiblesses.

  1. Jeanneney, Jean Noël. Quand Google défie l’Europe. Mille et une nuits. Paris, 2005. Print. []
  2. Renouvin, Pierre, et Jean-Baptiste Duroselle. Introduction à l’histoire des relations internationales. Armand Colin, 1964. Print. []
  3. Voir Mounier, Pierre. « Qu’apportent les digital humanities ? Quelques exemples (1/2) ». Homo Numericus 28 août 2011. Web. 17 oct. 2012; Mounier, Pierre. « Qu’apportent les digital humanities ? Quelques exemples (2/2) ». Homo Numericus 5 sept. 2011. Web. 17 oct. 2012. []

Entre le chercheur de droit divin et le développeur à éthique de conviction

Portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud (salon d’Apollon, Versailles)

Dans les projets numériques en sciences humaines et sociales, de nombreux corps de métier se rencontrent. Outre les chercheurs eux-mêmes et les différentes fonctions qu’ils occupent (chercheur, chefs de projet, etc), ces projets font appel à des ingénieurs de recherche ayant des savoir-faire différents (texte, statistiques, administration réseau et serveurs, développement).

L’une des tâches les plus dures est de faire cohabiter tous ces corps de métier. Elle revient – lorsque les projets sont de grande ampleur – à des “médiateurs”, souvent des chercheurs avec une culture numérique forte ou des ingénieurs qui ont croisé les sciences humaines et sociales à un moment de leur parcours.

La plupart des projets numériques en sciences humaines et sociales se passent sans problème et chacun apprend de l’autre. Les chercheurs et ingénieurs en position de médiation doivent jouer leur rôle d’interprète – faire comprendre les besoins des uns, les contraintes techniques et de temps, souvent, des autres, traduire le langage et le vocabulaire des uns et des autres. Le point important ici est le dialogue entre les corps de métier et les personnes impliquées dans le projet. Si les besoins du chercheur priment, la réponse des ingénieurs ne peut être que discutée avec lui. Il n’y a pas d’application objective et simple à un besoin lorsque l’on développe un logiciel. Il y a des choix techniques à faire, qui imposent un cadre, rendant certaines options faciles et d’autres plus difficiles pour la suite. Il y a des logiques, des algorithmes à concevoir, à documenter, qui ont des conséquences pour le chercheur. Tout ceci doit être discuté, à tous les stades du développement du projet.

Il existe pourtant deux idéaux-types de participants à ces projets qui peuvent les faire échouer et qui sont difficilement gérables par les médiateurs, quel que soit leur talent: le chercheur de droit divin et le développeur à éthique de conviction.

Le chercheur de droit divin

Le chercheur de droit divin, sûr de son fait – il est le fleuron de la société -, exprime ses besoins et ses demandes sous la forme d’ordre plus ou moins affirmés, s’en va et revient six mois plus tard en s’étonnant que les ingénieurs n’aient pu développer quoi que ce soit de satisfaisant. Il se lamente alors: les techniciens ne peuvent le comprendre et sont incapable d’appréhender toute la complexité de son travail.

Si on interroge ses capacités techniques, soit il est persuadé de pouvoir faire mieux que les développeurs – mais confond souvent un tableur et une base de donnés -, soit il rappelle qu’il n’est qu’un historien.

La manière de procéder du chercheur de droit divin ne peut fonctionner, car aucune des décisions liées au développement ne peuvent être prises correctement, les besoins, exprimés sous forme d’ordres, du chercheur ne pouvant être interprétés par les ingénieurs faute de dialogue. L’explicitation des besoins est nécessaire pour définir des fonctionnalités qui marcheront comme le souhaite le/les chercheurs.

Le développeur à éthique de conviction

Après avoir fait appel à une image rappelant la notion de légitimité traditionnelle, restons chez Max Weber: l’éthique de conviction.

Toutefois il y a une opposition abyssale entre l’attitude de celui qui agit selon les maximes de l’éthique de conviction – dans un langage religieux nous dirions : “Le chrétien fait son devoir et en ce qui concerne le résultat de l’action il s’en remet à Dieu” –, et l’attitude de celui qui agit selon l’éthique de responsabilité qui dit : “Nous devons répondre des conséquences prévisibles de nos actes” […] Lorsque les conséquences d’un acte fait par pure conviction sont fâcheuses, le partisan de cette éthique n’attribuera pas la responsabilité à l’agent, mais au monde, à la sottise des hommes ou encore à la volonté de Dieu qui a créé les hommes ainsi.1

Le développeur à éthique de conviction agit selon ses propres idées, sans écouter les besoins des utilisateurs, ou formule ces derniers a priori, sans réellement interroger les premiers concernés. Le résultat est rarement une réussite. Alors, le développeur à éthique de conviction accuse l’utilisateur d’être indigne de son logiciel et incapable de l’utiliser. Notons qu’il arrive quand même qu’un utilisateur puisse être de mauvaise foi. Mais pas tous. Le problème, c’est qu’un logiciel ne s’impose pas à des utilisateurs contre leur volonté. Ce comportement fait aller un projet dans le mur.

*

Ces deux idéaux-types peuvent faire échouer un projet humanités numériques. Il est difficile de les contrer. Le seul moyen qui existe est d’ouvrir des espaces de dialogue, de montrer que l’implication de chacun est nécessaire, de mettre chacun devant ses responsabilités. Et d’espérer être entendu.

  1. in Le savant et le Politique, Plon, coll. 10-18, Paris, 1993, p. 172 []

Steve Jobs and the Digital Humanities

Note: when I started this post, a while ago, I intended to write a simple book review. At the end of the book, though, I was more and more thinking of the interest of transforming this book review into a small thinking about Digital Humanities. It explains the strange structure of this post.

The first computer I saw and used in my parent’s appartment was a Sinclair ZX 81 – a thing you had to program each time you wanted to use it. Then, we got a Thomson TO7. A French computer that the French schools had to buy to save the French firm Thomson – by order of the French State. Then, we started with Apple’s computers: an (excellent) Apple ][c first and, then, Macintoshes: Classic, Performa 6100 and my first own computer, a Performa 6400 AV. With the latter, I’ve learned to use Photoshop, Premiere, and set up my first database (with FileMaker Pro, of course). I then bought a PowerMac G4, at the begining of my PhD, in parallel with a series of second hands powerbooks.

During my PhD, my interest in computing changed. From a would-be (and very bad) designer, I had to turn my use of computers towards texts, databases, etc. I created my own bibliographic references database thanks to 4D. It was in 1999, and we saw at this time the rise of MySQL/PHP/Apache solutions. Free softwares started to be interesting for me and my computing practice. So, I tried Linux. It was not, at that time – more than a decade ago – an easy task to install Linux on a PowerPC. And it was not easy to set up a French AZERTY keyboard. But it was fun. Nonetheless, it became useless, when Apple released Mac OS X.

Mac OS X is a great OS. The first versions were slow, but I immediately had the impression to get the best of two worlds – Apple’s and Unix’s. The ability to install programs that run as command line or used XWindows graphic system as well as applications that are using Apple’s interface and functionalities is a great one. It was very clever to allow this. It was also a major change for Apple, towards a bit of openness. Nonetheless, today, I got back to GNU/Linux, using several flavour of, mainly, Ubuntu. The releases of the iPhone and the iPad are, for me, a return to close software. In the end, free software, since I’m working in the Digital Humanities field, became more and more important, as I see it as a condition to use digital tools in research (see the Digital Humanities manifesto1 and the conclusions of THATCamp Paris 20102).

Nevertheless, when Walter Isaacson’s book on Steve Jobs went out, I was curious about it and read the French version3.

A lack of method

I wrote a biography, about someone really different from Jobs4. So, I have some understanding for all authors of a biography. It is a hard task and sometimes a not realy gratefull one. But it’s methodologically a kind of writing that is well-known. Two things are suprising in Isaacson’s work: the lack of thinking about structures (God, that is a bad word) and the fact that Isaacson’s primary sources are almost only interviews.

It’s the structure, stupid!

What do I call structure? Well, here is how Bourdieu described the idea I have in mind concerning biography:

“Essayer de comprendre une vie comme une série unique et à soi suffisante d’événements successifs sans autre lien que l’association à un «sujet» dont la constance n’est sans doute que celle d’un nom propre, est à peu près aussi absurde que d’essayer de rendre raison d’un trajet dans le métro sans prendre en compte la structure du réseau, c’est-à-dire la matrice des relations objectives entre les différentes stations.”5

I’ve never interpreted Bourdieu’s Illussion biographique as a text that definitely dismiss biography as a genre – whether in history or in journalism. But it reminds us that we should take care of something more than just writing the history of a single person. A biography is not the history of a person. It is the history of a person in relation to the structures and to the other persons that are surrounding her/him.

With some rare exceptions, it seems that Isaacson more or less ignored this when he wrote his Jobs biography. It is a pity. As Max Weber reminds us6, someone is not charismatic (or a genius, or someone who changed your life, etc) per se, she is charismatic because some people, living in some society, see in her someone charismatic. That was precisely the case of Jobs: he was a charismatic computer’s industry leader because he precisely lived when and where this industry was born. In another period of time, in another country or state, would have he been that famous, that “revolutionnary”?7. Nothing’s sure. In fact, Isaacson wrote the biography of a first name and of a familly name. Nothing more. And it’s disappointing.

Primary sources

Another lack of Isaacson’s biography is the primary sources he used to write the book: more than 40 interviews. I’m not that kind of historian who thinks that oral history is not really history. That would be very contradictory with my own practice. But interviews are not enough. Steve Jobs asked Walter Isaacson to write this biography. Why didn’t Isaacson ask Jobs in return the right to consult Apple’s archive? It was a unique occasion to have access to private and original sources! And it would have forced Isaacson to be more nuanced on some points, including the story of the 1985 Jobs eviction. This story is written like a social drama movie – with even the bad guy (French, of course) – but, well, in real life and in primary sources, it is rare that things appear to be like in a social drama movie.

Clichés and no critical point of view

The methodological lacks of this biography led Walter Isaacson to systematically use some cliché-words: “genious”, “revolution”, etc. There isn’t any reflexion on what those words mean or if those clichés – that the Apple Marketing is very good at pushing forward – really corresponded to the reality. Did the iPad really changed our lives? Isaacson assumed that it was the case, but did not investigate if it was true. And, if ever the answer is positive, in what extent it really changed our lives?

Furthermore, Isaacson takes for granted large parts of the official Apple communication. Steve Jobs invented tablets? Invented smartphones? Invented MP3 players? Invented cloud computing? Good smartphones existed before the iPhone (yes, really). Tablets existed before the iPad. Good MP3 players did exist. I’m not meaning that Apple’s products were bad. On the contrary, it’s sure that Apple’s products are often better done for the users. The iPod, for instance, allowed users to use a straight forward interface, thanks to the fact that some functionalities were better assumed by the computer when the iPod was connected to it. That was the idea of the computer or, more recently, the cloud as digital hub.

Globally, what Isaacson is missing, is that innovation does not rely on a single man or on a single firm. That’s for propaganda. It relies on a larger economic and cultural ecosystem.

But, still, the biography have some interesting points. And here come the Digital Humanities

Steve Jobs often reminded to his show’s audience that Apple was at the crossroad between computing and arts/humanities. This is what we’re doing today – if we accept this very large definition – in Digital Humanities. And that’s probably why I sticked so many years to Mac OS.

But the way Apple is mixing both is unwholesome – that’s what strikes me the most in this biography, even if it is not at all the intent of the author. Apple aims at imposing behaviours and at imprisoning its users. Unfortunatly, a golden jail is still a jail. The iPad is closed. It does, surely, guarantee the global coherence of this device, thanks to a close integration between hardware and software. But, as it was shown with iBooks Authors8, Apple goes far beyond guaranteeing the coherence of its device, imposing the author to use Apple’s own bookstore if he  wants to use the .ibooks format.

The way Digital Humanities should mix Humanities and Computing is different. It’s the open way, that includes open access, open source, and open format. We don’t want to imprison data, or to imprison people’s work into a golden jail. It’s what the Digital Humanities Manifesto, that was collectively written, is rightly stating9.

  1. « Manifeste des Digital humanities ». ThatCamp Paris 2010 2010. Web. 15 févr. 2012, especially article 9 and 10 []
  2. Clavert, Frédéric. « Atelier conclusif (Frédéric Clavert et Björn-Olav Dozo) ». ThatCamp Paris 25 mai 2010. Web. 18 juill. 2012. []
  3. Isaacson, Walter. Steve Jobs. [Paris]: JC Lattès, 2011. Print. []
  4. Clavert, Frédéric. Hjalmar Schacht, financier et diplomate: 1930-1950. Bruxelles: PIE – Peter Lang, 2009. Print. []
  5. Bourdieu, Pierre. « L’illusion biographique ». Actes de la recherche en sciences sociales 62-63.62-63 (1986): 69‑72. Print. []
  6. For instance in Weber, Max, Le savant et le politique. Paris: Plon, 1982. Print. []
  7. Yes, I’m using quotation marks because I’m a bit tired of the revolutionnary vocabulary used to describe the computing industry []
  8. See the official FAQ. []
  9. « Manifeste des Digital humanities ». ThatCamp Paris 2010 2010. Web. 15 févr. 2012. []

Avant, j’aimais la politique. Mais ça, c’était avant.

Diagram of a social networkLe 20 janvier 2009, Barack Obama est investit pour devenir le 44e président des États-Unis d’Amérique. Le comité qui a préparé cette cérémonie d’investiture a sélectionné Microsoft et sa technologie Silverlight1 pour la retransmission de l’événement sur le web. Parmi les “innovations” de Microsoft, une image géante de l’inauguration, composée de plusieurs centaines de photographies envoyées par des personnes ayant assisté à l’événement2.

Sur Twitter, un historien “numérique”, Dan Cohen, s’étonne: pourquoi avoir braqué les appareils photographiques sur la tribune et non sur la foule3? Son étonnement se justifie pour deux raisons:

  • Ce type d’événement est déjà très bien documenté. Les historiens n’auront pas de mal à en trouver et à en interpréter les traces. Pour preuve, la biographie de F. D. Roosevelt par Kaspi, qui décrit précisément l’investiture du Démocrate4;
  • Les nouvelles technologies nous donnent les moyens – notamment avec ce que les usages historiens du crowdsourcing ou des réseaux sociaux – de nous pencher sur la – ou plutôt “les” – multitudes. Pourquoi continuer à ne s’intéresser qu’à des personnalités, certes connues et puissantes5 ?

Certains ont compris comment les données dont nous disposons – par exemple sur les réseaux sociaux – nous permettent d’analyser ce qui restait encore hors de notre portée il y a quelques années6. Dans le monde du journalisme, l’émergence du journalisme de données – en France, notamment, OWNI et leur exploitation des données publiées par Wikileaks – exploite également ces nouvelles données, disponible pour une – nous l’espérons – meilleure compréhension de notre monde7.

Pour les historiens, l’enjeu n’est pas faible, puisque nous parlons ici de la préservation de ces données d’une part, de leur exploitation pour nos travaux futurs d’autre part.

Mais les personnes, chercheurs ou journalistes, qui souhaitent exploiter ces données me semblent encore peu nombreux. Par manque de volonté? Peut-être également par manque de compétences. Le “coût d’entrée” pour appartenir au club de ceux qui peuvent le faire est élevé8, bien que de nombreux programmes plutôt simples d’utilisation fournissent des outils élémentaires d’analyse des données. Zotero, par exemple, permet des visualisations simples, surtout s’il est couplé à ce que l’ont peut apprendre grâce au projet The Programming historian9.

Il est aussi facile de rester sur ses habitudes – et parfois, d’ailleurs, cela suffit. Il y a également de lourdes appréhensions méthodologiques. Parmi les techniques utilisables pour exploiter un corpus issu des réseaux sociaux, par exemple, figure l’analyse des “sentiments” et l'”opinion mining”, techniques souvent contestées10. Mais il faut investiguer, expérimenter, accepter de se tromper pour pouvoir dégager les bonnes méthodologies qui nous permettront d’exploiter ces données géantes dans le cadre de nos recherches.

Ah oui, le titre de ce billet de blog. Il fait référence à ce qui m’a, ce matin, inspiré ce court article. Revenons au tropisme évoqué en introduction: nous nous orientons souvent trop facilement vers des personnalités connues plutôt que vers les multitudes. Hier, aujourd’hui, nos radios, nos télévisions, nos canaux d’information ont été envahis par des commentaires de journalistes, de politiques, de “people” sur un seul petit message publié sur le réseau social Twitter. En parallèle, peu de journalistes se sont réellement penchés sur un événement intéressant: le flux des messages sur ce même réseau social lors du débat entre les deux candidats, François Hollande et Nicolas Sarkozy, entre les deux tours de l’élection présidentielle d’avril et mai dernier. Bien sûr ces quelques 600 000 tweets (environ) étaient issus d’une population vraisemblablement pas représentatives de la population française dans son ensemble. Des dizaines de milliers de Français ont participé à ce flux. Et? Quasiment rien. Pas d’analyse11.

Avant, j’aimais la politique (politicienne). Mais c’était avant. Avant les réseaux sociaux.

  1. Le site où était retransmis l’événement en direct n’existe plus []
  2. En collaboration avec CNN []
  3. Malheureusement, je n’ai pu retrouver la trace du tweet []
  4. Kaspi, Andre. Franklin D. Roosevelt. Fayard, 1988. Print. []
  5. Howe, Jeff. « The Rise of Crowdsourcing ». Wired juin 2006. Web. 10 oct. 2008. []
  6. Voir l’article de A. Casili et P. Tubaro sur les émeutes britanniques de 2009: Casilli, Anotonio A., et Paola Tubaro. « Censure des médias sociaux: éléments pour une sociologie des émeutes britanniques ». Owni 19 août 2011. Web. 13 juin 2012. []
  7. Sur le journalisme de données: Gray, Jonathan, Liliana Bounegru, et Lucy Chambers. The Data Journalism Handbook. O’Reilly, 2012. Web. 13 juin 2012. []
  8. Et j’avoue que moi-même suis à un stade encore très balbutiant pour le moment []
  9. Turkel, William J., et Alan MacEachern. The Programming historian. 1re éd. NiCHE: Network in Canadian History & Environment, 2007. Web. 15 sept. 2008. []
  10. Voir Lohard, Audrey, et Dominique Boullier. « Avant-propos ». OpenEdition Press. OpenEdition Press, 2012. press.openedition.org. Web. 13 juin 2012. []
  11. J’ai personnellement tenté de “capturer” ce flux, mais en vain: les outils que j’ai utilisé n’étaient pas les bons. Au final – et en faisant vraisemblablement une entorse au conditions d’utilisation de Twitter – je n’ai obtenu que moins de 6000 tweets. Si ces données intéressent quelqu’un, il est possible de me contacter sur Twitter – @inactinique. []

De l’intérêt de savoir lire une URL

http

Il y a quelques temps, j’étais ATER dans un Institut d’études politiques. J’étais chargé notamment de “conférences de méthodes” (un  gros mot pour dire TD) d’histoire générale de l’entre-deux-guerres.

Lors d’une séance, j’évoque le protocole Hossbach. Le protocole Hossbach évoque une réunion du 5 novembre 1937 à la chancellerie du Reich. Elle réunit les chefs des différentes armes (Raeder, Göring et von Fritsch), ainsi que le ministre de la Guerre, von Blomberg, et le ministre des Affaires étrangères, von Neurath. À l’origine, il s’agit – alors que Göring est à la tête du Plan de 4 ans – de trouver un compromis pour la répartition des matières premières entre les différentes armes. Un aide de camp d’Hitler qui a assisté à la réunion, Hossbach, rédige une note (le protocole en question) quelques jours après.

Ce document est fondamental à plusieurs titres. Hitler, lors de cette réunion, détaille son plan pour les mois qui viennent: la Tchécoslovaquie, l’Autriche et, à terme, la guerre. (L’ordre fut finalement inversé, entre Tchécoslovaquie et Autriche). À la suite de cette réunion, les conservateurs ayant eu ou ayant encore un poids au sein du IIIe Reich sont écartés: Schacht, ministre de l’Économie, sur la touche depuis quelques temps (il perd le ministère de l’Économie, mais pas encore la présidence de la Reichsbank), Blomberg, Fritsch et Neurath aux mois de janvier et février, notamment. En outre, à Nuremberg en 1945 et 1946, il fonde l’accusation de complot contre la paix.

Comme beaucoup de documents d’archives du IIIe Reich, le protocole Hossbach a sa propre histoire. Une Guerre mondiale ne favorise pas la pérennisation des archives.

Le protocole Hossbach est donc une victime idéale pour les négationnistes.

Pendant cette séance de TD, une étudiante (trotskiste) met en cause mes propos sur le protocole. Je lui demande immédiatement sa source – elle ne peut la citer. Elle a atteint son but: elle me met dans l’embarras et ça se voit. Mais je ne suis pas embarrassé par ses propos. Je le suis, car je ne veux pas la faire passer pour une néo-nazie. Je connais par cœur les sites négationnistes, ayant travaillé sur un ministre de l’Économie et président de la Reichsbank du IIIe Reich, Hjalmar Schacht.

Nous réglons l’affaire par e-mail: elle finit par m’envoyer sa source, un site négationniste. Lors de la séance suivante, j’en profite pour faire de la pédagogie: analyser et vérifier ses sources – numériques ou non – sont des réflexes fondamentaux.

Si elle avait simplement regardé l’URL (non, vous ne l’aurez pas – cherchez sur google, le site existe toujours), elle aurait eu quelques doutes. En cherchant la page d’accueil du site (avec une image de chevalier teutonique), elle aurait immédiatement compris la nature de l’article.

Savoir lire une URL pour y trouver une information (si elle est humainement lisible) ou pour trouver la page d’accueil est simplement fondamental.

THATCamp Paris 2010

THATCamp Paris 2010“The Humanities and Technology Camp” (THATCamp) est une “non-conférence“, mode de réunion à l’origine utilisé dans la sphère informatique – ce que l’on applle un Camp.

La première édition de THATCamp a eu lieu en 2008 à l’Université George Mason, organisée par le Center for History and New Media (éditeur de l’excellent Zotero – voir aussi le site Zotero Francophone). Ce mode de conférence, que je ne conseillerais pas pour une étude sur les banquiers centraux, est néanmoins très adapté aux Humanités numériques, champ scientifique en formation.

Après la seconde édition en 2009 (à laquelle j’ai participé), une idée a émergé: pourquoi ne pas en organiser ailleurs qu’au CHNM? Depuis, d’autres THATCamp se sont tenus.

En France, cette idée a été reprise, avec l’accord du CHNM, par Marin Dacos et le CLEO. THATCamp Paris sera organisé, avec de nombreux partenaires, dont le Centre virtuel de la Connaissance sur l’Europe, les 18 et 19 mai 2010. Toutes les informations sont regroupées ici. Le texte “fondamental” de l’événement est disponible en Français et en Anglais, je vous invite à le lire.

Pour ma part, j’ai exposé mes motivations sur ce post: Chercheurs en SHS? Venez à THATCamp Paris!

La liste des participants et des ateliers est disponible sur un wiki dédié à l’événement.

Omeka

Omeka est un logiciel qui permet de créer des expositions virtuelles, et, avec l’ajout d’un plug-in, peut servir à collecter des archives. Créé par le Center for History and New Media, qui développe également Zotero, il utilise MySQL/PHP/ImageMagick. Les sites qui l’utilisent sont de plus en plus nombreux.