Archives par étiquette : Mise en données

Les flous de la mise en données de l’histoire – réflexions sur un article de Patrick Manning

geonames.org’s world: azimuthal projection on Portland

(c) Charlie Loyd – sous licence: CC BY SA – par

Après mon premier article sur le sujet, j’ai recherché ce qui a déjà été publié sur le Big Data et l’histoire, contemporaine ou non. L’un des auteurs principaux est Patrick Manning, de l’Université de Pittsburgh. À l’origine spécialiste de l’histoire de l’Afrique, Manning en est venu au Big Data en histoire via l’histoire globale1, discipline pour laquelle il a obtenu une réputation mondiale.

Si l’on en croit l’un de ses textes2, l’utilisation de Big Data est pour lui logique pour approfondir l’histoire globale afin d’obtenir un niveau de raffinement de connaissance de l’expérience humaine englobant l’ensemble des échelles, du local vers le global:

We cannot effectively address the global-historical analysis of social-science issues without developing large quantitites of dependable global data. […] Fascinating and groundbreaking analyses await us once we assemble historical data systematically at regional and global levels. We will be able to trace the rise and fluctuation of global systems of money and credit […]. We will have detail o nshifting flobal patterns of population, mortality, and migration. We will trace the unfolding of governance at local, national, and imperial levels, and changing systems of family structure. (p. 6)

Cet extrait montre l’ambition de la mise en données de l’histoire. Pour atteindre le but que Manning fixe dans cet article, a été créé à Pittsburgh World-historical dataverse, qui, sur sa page d’accueil, annonce ses objectifs comme suit:

Data on the human experience at the global level. Dataverse collects data on social-scientific, health, and environmental data for the world as a whole for the past four or five centuries.

Dataverse a pour but de collecter et fusionner des ensembles de données pour pouvoir, à terme, les exploiter globalement. Toujours dans le même article, Manning décrit sa démarche globale: 1. Assembler les données, 2. Créer une archive historique unifiée, 3. Analyser les données mondialement. Cette mission, remplie par le projet Dataverse du Center for Historical Information and Analysis dirigé par Manning, doit faire face à de nombreux défis techniques et méthodologiques, ce qui implique que les datasets mis en ligne et fusionnés soit sévèrement sélectionnés, qu’une démarche globale pour harmoniser ces données soit définie, mais aussi un changement conceptuel important (voir plus bas). Méthodologiquement, la fusion de données ayant été collectées avec des buts scientifiques potentiellement divergents peut aboutir à de graves biais dans la base de données finale.3

Je ne cache pas être fasciné par cette démarche, d’autant plus qu’elle est collaborative et est favorable à l’Open Data. Explorer Dataverse4 est très riche en découvertes et nombres d’entre nous devraient éplucher les données qui y sont disponibles. En outre, le site pointe vers des bases de données externes disponibles en ligne.

Toutefois, la démarche, pour le moment, me semble entrer dans le Big Data tel que danah boyd et Kate Crawford l’ont défini:

We define Big Data as a cultural, technological, and scholarly phenomenon that rests on the interplay of:
(1) Technology: maximizing computation power and algorithmic accuracy to gather, analyze, link, and compare large data sets.
(2) Analysis: drawing on large data sets to identify patterns in order to make economic, social, technical, and legal claims.
(3) Mythology: the widespread belief that large data sets offer a higher form of intelligence and knowledge that can generate insights that were previously impossible, with the aura of truth, objectivity, and accuracy.5

Le point 3 de cette définition est le plus important et est la base de tout l’article de boyd et Crawford. Or, l’article de Manning est ambigu. Il souhaite « to develop data and theory at global scale and over several centuries » mais n’insiste pas sur la manière de développer ces théories. En outre, il justifie l’intérêt de cette démarche par la possibilité de donner les moyens aux « décideurs » (planners dans son texte – il évoque des institutions internationales économiques et financières et les sommets sur le réchauffement de la planète) d’être en mesure d’embrasser une vision globale pour leur prise de décision.

Évoquant les problèmes conceptuels de sa démarche, il explique:

Conceptual obstacles include the reality that social science theories remain within discrete domains that restrict global analysis. Thus, micro and macro theories within given disciplines are not clearly connected; disciplines are connected only marginally to each other, and some visions of “the world” leave out whole continents, notably Africa and South America. Further, in the frustrating feedback loop with which we began, global patterns in social science have not been explored in much detail for lack of global data. (p. 6)

Cette volonté de fusionner les modes d’analyse des sciences sociales (dans lesquelles il met l’histoire) n’est pas très explicite. Il reste plutôt flou sur ce que cette nouvelle analyse unifiée donnerait et sur le rôle, qu’il estime central, du Big Data et de l’évolution des technologies, dans cette fusion. Oui, les technologies nous donnent de nouveaux moyens. Sont-ils tous pertinents?

La démarche globale de Manning me semble intéressante et doit être poursuivie sans aucun doute. Il me semble entendre trop de collègues qui opposent à ce type de démarches des obstacles méthodologiques dans le but très clair d’éviter qu’elles se développent, mais sans fournir une réelle réflexion. Il me semble même que ce comportement est un obstacle au développement des Digital Humanities en France. Reste que nombreuses sont les questions en suspens auxquelles il faudra répondre si l’on ne veut pas que les promesses du Big Data en histoire ne se réduisent pas à la portion congrue.

  1. Vous savez, cette histoire dont Pierre Nora parle comme suit: «  Sur quoi l’émergence d’une approche globale, ou mondiale, est venue servir de prétexte pour les uns et d’impératif majeur pour les autres au dépassement définitif d’une histoire nationale. Cette déconstruction et ce retournement de l’histoire officielle auraient pu être la source d’un enrichissement fécond. Ils l’ont été parfois. Mais le plus souvent, ils n’ont abouti qu’à un militantisme idéologique qui est le pendant du militantisme national(iste). » dans le dernier numéro du Débat.  in Nora, Pierre, « Difficile enseignement de l’histoire », Le Débat, 2013, n° 175, no 3, p. 3‑6. En réponse, voir: Capdepuy, Vincent, « Le déni du Monde », sur Aggiornamento Hist-Géo, http://aggiornamento.hypotheses.org/1453. []
  2. Manning, Patrick, « Big Data in History: a World-Historical Archive ». []
  3. Manning répond à ces enjeux dans son article. Je ne développe pas cet aspect ici mais n’y renonce pas pour un autre billet. []
  4. L’une des facettes du Multivers de Moorcock? []
  5. boyd, danah & Kate Crawford, « CRITICAL QUESTIONS FOR BIG DATA: Provocations for a cultural, technological, and scholarly phenomenon », Information, Communication & Society, 2012, vol. 15, no 5, p. 662‑679. []

[Interlude sportif] Que fait Nike des données récoltées via Nike+? ou comment courir amène à s’interroger sur la gamification, les réseaux sociaux et la « quantification » de soi.

Depuis un peu plus d’un mois maintenant, je cours environ deux fois par semaines. Très vite (dès la deuxième course, en fait), j’ai cherché une application sur mon portable pour répondre à quelques questions: combien de kilomètres, quelle vitesse moyenne, quel trajet, etc… J’ai fait une recherche sur le trucmuche store de mon smartphone trucmuche et ai trouvé l’application qui répondait, de manière assez simple, à toutes mes questions: Running, le logiciel de Nike qui est associé au réseau social de runners Nike+. Assez vite, une question m’a trotté dans la tête: que fait Nike des données collectées via Nike+?

Que sont Nike+ et Running?

Nike est une compagnie fondée dans les années 1970, créée comme une sorte de contre-Adidas qui dominait alors le marché de la chaussure sportive. Elle se repose sur un motif simple (Just do it) qui valorise le dépassement de soi et a toujours misé sur les avancées technologiques.

Il y a quelques années Nike a créé Nike+. C’était une association entre un capteur Nike et un iPod permettant d’obtenir des données sur ses courses. Puis Nike a développé différents éléments: des chaussures connectées, un bracelet (FuelBand) mesurant toute activité physique pendant la journée…  Nike a eu aussi l’intelligence d’utiliser le capteur le plus courant: nos smartphones, avec l’application Running.

La force de ces produits est qu’ils sont bien conçus. Ils reposent sur plusieurs éléments, très attractifs:

  • La gamification de la course – transformer la course, très pratiquée, en un jeu pour encourager à courir plus;
  • Une couche sociale: courir avec d’autres,
  • L’air du temps, qui est à la mesure de soi (quantified self).

Le tout profitant aux coureurs (un peu) et à Nike (vraisemblablement beaucoup plus).

Gamification de la course…

La ludification (terme inspiré de l’anglais gamification) est le transfert des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, en particulier des sites web, des situations d’apprentissage, des situations de travail ou des réseaux sociaux. Son objet est d’augmenter l’acceptabilité et l’usage de ces applications en s’appuyant sur la prédisposition humaine au jeu. (Wikipedia)

Si le terme de gamification (ludification) a été créé en 20021, il s’est popularisé à partir de 2010. Elle repose sur les mécanismes inhérents au jeu. Dans le cas de Running, il s’agit de gagner des points (les NikeFuel, censés mesurer universellement la pratique sportive), dépasser des records (personnels), obtenir des trophées, etc. On est encouragé par des citations2 et Nike+ nous envoie régulièrement des « défis » à relever. C’est très efficace.

…pratiquée en réseaux

Cette ludification de la course peut se pratiquer en réseaux. Pour ma part, je n’y suis pas très sensible: la seule personne avec qui je suis relié sur Nike+ court deux fois plus que moi en moins de courses… L’application m’indique donc que je suis toujours « à la traîne » ce mois-ci.

Cette pratique « sociale » du sport a de nombreux aspects:

  • Courir seul, mais être soutenu par ses amis soit via Nike+, soit via Facebook, très bien intégré dans l’appli;
  • Ne pas vouloir courir seul et repérer les endroits où il y a le plus de coureurs (le parc de l’Orangerie, sans grande surprise, à Strasbourg);
  • Proposer à ses « amis » sur Nike+ d’aller courir ensemble.

Les réseaux sociaux participent à la ludification, dans une perspective classique pour cette firme états-unienne et pour le sport en général, c’est-à-dire le dépassement de soi.

Bien sûr, tout ceci ne serait pas possible si Running, utilisant le smartphone comme capteur, ne quantifiait pas les courses de ses utilisateurs.

Quantifier sa pratique sportive

La quantification de soi est un mouvement qui existe depuis plusieurs décennies – au moins depuis les années 1980, mais a connu un coup d’accélérateur dans les années les plus récentes, car les réseaux sociaux ont normalisé le fait de parler de soi, de communiquer sur son quotidien. Une attitude qui paraissait étrange encore il y a quelques années est devenue aujourd’hui compréhensible3, voire « sexy »4.

Le développement du téléphone portable et, surtout, du smartphone, encourage encore plus cette évolution. C’est un capteur que de plus en plus de gens portent sur eux. D’autres applications de quantification l’utilisent aussi, comme PlaceMe qui mesure le temps que nous passons dans chaque endroit tout au long de la journée5.

Nike+ est arrivé à point nommé dans ce contexte d’expansion des réseaux sociaux, d’autant plus favorable à la quantification de soi que l’on parle du milieu sportif (amateur, en l’occurrence). L’idéologie de la performance (surtout avec Nike et son Just do it!) encourage la quantification. Pour savoir si l’on « se dépasse », encore faut-il se mesurer. S’ajoute à ceci une forte volonté, chez beaucoup de gens, à vouloir reprendre le contrôle sur soi et sur son comportement et à maîtriser son bien-être. Oui, mais…

Pour notre bien-être et celui de Nike?

Si effectivement quantifier son effort sportif peut nous aider à améliorer notre santé grâce aux données collectées par notre téléphone via une application comme Nike+, c’est d’abord Nike le grand gagnant. Certes, les objectifs affichés par l’entreprise sont louables: promouvoir la pratique sportive, permettre un niveau de bien être plus élevé, etc. Mais c’est d’abord une firme privée devant répondre de ses actionnaires et, s’il est extrêmement difficile de savoir précisément ce qu’elle fait de ces données, on peut clairement postuler que leur analyse lui permet de mieux connaître ses utilisateurs, donc de faire évoluer sa gamme de produits (ses marges et son bénéfice) au plus prêt des attentes de ses clients.

Mais Nike est allé plus loin sur deux aspects:

  • Nike+ dispose d’une API;
  • Un concours pour encourager des start-ups à exploiter les données du réseau social sportif (Nike+ accelerator).

API

Une API (Application programming interface) permet à deux logiciels (y compris des sites web) de communiquer entre eux, soit en échangeant des données, soit en échangeant des fonctionnalités. L’API de Nike+ ne donne pas accès aux données, mais permet à des applications, y compris mobile, ou sites web d’intégrer les fonctionnalités de Nike+, à la grande joie de ses utilisateurs. En conséquence, d’une part Nike peut espérer accroître le nombre de ses membres et donc les données récoltés, d’autre part elle délègue (gratuitement) le soin à d’autres de développer et proposer des services qu’elle ne peut pas systématiquement développer elle-même.

Nike+ accelerator6

L’entreprise a ouvert cette année un concours pour sélectionner dix entreprises innovantes et leur donner la possibilité d’exploiter les données Nike+. Il ne s’agit pas ici d’accéder aux données individuelles (comme via l’API), mais d’ouvrir l’accès à l’ensemble des données collectées – un bel exemple de Big Data.

Cela va permettre à Nike, vraisemblablement, non pas, cette fois, de perfectionner sa gamme, mais de trouver de nouvelles exploitations commerciales de ces données. Ce n’est heureusement pas une ouverture complète des données: seuls quelques développeurs pourront y accéder.

Conclusion

Revenons à la question de départ. Que fait Nike de nos données sportives? Je ne peux que supputer qu’ils en font une utilisation commerciale dans plusieurs directions: améliorer leurs gammes et trouver de nouveaux usages commerciaux des données collectées, c’est-à-dire créer de nouveaux marchés.

Si certains voient dans Nike+ une « contribution à la santé publique », je ne comprends pas très bien pourquoi. Certes, la ludification du sport permet éventuellement d’augmenter la pratique sportive, ce qui est bien. Mais elle ne l’encadre pas, ce qui est beaucoup moins bien – car parfois la pratique sportive peut être dangereuse, y compris pour l’amateur du dimanche que je suis. Surtout, si Nike voulait vraiment participer à un effort de santé publique, elle ouvrirait également ses données aux institutions publiques de santé (sous condition, naturellement).7

Surtout, ce que j’ai lu pour comprendre un peu les enjeux qui pouvaient exister autour de ce type d’usages des nouvelles technologies montre que Nike+ est emblématique du monde numérique dans lequel nous vivons:

  • En termes d’organisation de l’entreprise: Nike a dû changer une partie de son organisation, voire de sa culture, pour faire de Nike+ un succès;
  • Le gain pour l’utilisateur existe bel et bien, mais ce que l’utilisateur concède à l’entreprise qui collecte les données est transmis à titre gracieux. Les sportifs travaillent ainsi gratuitement pour que Nike leur vende des chaussures. Ce que l’on donne à ces entreprises est toujours plus important que ce que l’on en reçoit;
  • Un fort questionnement subsiste autour de l’usage des données privées transmises à Nike, qui ne donne pas beaucoup d’assurance sur ce sujet8.