Archives par étiquette : numérique

Un autre numérique reste possible

Le texte ci-dessous a déjà été publié sur Medium et sur le carnet d’Anne Baillot. Nous avons décidé de la « décentraliser »: que chaque autrice et auteur puisse la publier sur son carnet.

Écrite à sept, longuement mûrie, elle me (nous) tient à cœur: y reste le peu d’utopie numérique à laquelle je crois (naïvement) encore ; s’y expose l’inquiétude grandissante autour d’une forme de dystopie numérique qui se dessine dans les universités ; s’y esquissent quelques pistes qui passent par l’appropriation du numérique par les chercheurs et chercheuses ; y figure un appel à construire des infrastructures dignes de ce nom, où l’humain doit être au cœur de tout.

Nous ne sommes pas les seul.e.s à exprimer ces inquiétudes. Des collègues italiens les ont exposés à l’automne 2020 (en version française sur Academia). Des collègues allemands se sont souciés de la transformation des grands éditeurs scientifiques en dealers de données issues de la surveillance des chercheurs et chercheuses (et oui, allez sur ce site et signez la pétition).

Signataires

  • Chloé-Agathe Azencott, Enseignante-chercheuse en mathématiques appliquées à MINES ParisTech
  • Anne Baillot, Professeure des Universités à l’Université du Mans, Etudes germaniques et Humanités numériques
  • Frédéric Clavert, Professeur assistant en histoire contemporaine, C2DH, université du Luxembourg
  • Alix Deleporte, Maître de Conférences, Institut Mathématique d’Orsay, Université Paris-Saclay
  • Julie Giovacchini, Ingénieur de recherche en Analyse de sources anciennes et Humanités numériques, CNRS, Centre Jean Pépin (UMR8230)
  • Anne Grand d’Esnon, Doctorante en littérature comparée, Université Bourgogne-Franche-Comté
  • Catherine Psilakis, Université de Lyon 1

Une dystopie numérique universitaire se dessine, dont l’émergence est accélérée par la crise sanitaire. Il est néanmoins toujours temps de faire du numérique à l’université un outil au service des enseignant.e.s-cherch.eur.euses.s, ingénieur.e.s et étudiant.e.s – et plus largement de toutes celles et ceux qui enseignent, cherchent et transmettent le fruit de leur recherche.

Continuer la lecture

#dhiha8: notes sur le concours de billets de blogs

Ce billet regroupe des éléments que j’ai utilisés pour le second jour du workshop #dhiha8. Vous trouverez les liens vers l’ensemble des billets sur le blog germanophone de l’institut historique allemand.

Three remarks and a regret:

1. A general remark

A general remark on the French blogposts: more men, more theory, more debate, in blogposts’ comments and/or on Twitter. German and English speaking blogposts are more centered on practical experiences, on tools (Twitter – Lena Oetzel and Levke Harders, Transkribus – Ina Serif and Pia Eckhart, 3D – Tobias Hodel), on project-oriented teaching too. Mareike wrote a blogpost that is based on Emilien Ruiz and Franziska proposition from 2011 in order to have a bridge between French blog posts and the others. The exception is maybe Stefania Scagliola’s text on the C2DH website.

2. The material condition and context of teaching digital stuff

Managing a classroom in a digital something course (Caroline Muller) / reflects also the reflexes students have when in front of a screen and the difficulties to «get of google out» of their (our) habtis. The material conditions of teaching: a room with computers, obligation to walk, etc (Caroline Muller), sometimes to walk out of the university (HistoriaApp, JAN NIKO KIRSCHBAUM)

3. The disciplinary question

The French debate partially (not only) focused on the non-existence of digital humanities or digital history as disciplines. I think it is not the main question but did have some problems to express it in the debates that we had on Twitter or while commenting blogposts.

4. A regret

One of the thing the debate on the French side showed is that the central question is not the disciplinary question but the question of the archive, of the primary sources, of the artifacts of the past. In a way, Dan Todman’s keynote was a quite good illustration of that. The allure of the archive in the digital era might still be the allure of the archive but the digital era might have change the concept of archive itself.

And I am not sure today that the concept of « archive » has the same meaning that it had « before » – « before » here meaning the way archive are showed, handeld in Arlette Farge’s Allure of the archive (the 1980s meaning of the archive) for instance.

There are more and more layers between us and the primary sources – of course archive centers are one of this layers, but the digital camera, servers, personal computers, and softwares. In terms of softwares, we are developing today an algorithmic layer that is thicker and thicker between us and the archive.

I really regret not to have written on that and on one important question which is: how to teach students to deal with those layers, how to teach them the history of those layers? Maybe a good subject for a workshop this afternoon.

Luxembourg-Rennes

Grâce à l’initiative et au soutien de Caroline Muller, de son département d’histoire et de son centre de recherche, j’aurai l’honneur et la joie d’être professeur invité à l’Université Rennes 2 au mois de septembre prochain. Ce sera l’occasion pour nous de développer Le goût de l’archive à l’ère numérique plus avant; pour moi de me confronter, avec plusieurs enseignements ou séminaires, à un public nouveau d’étudiants et de collègues enseignants-chercheurs.

Je n’ai finalement dans ces pages que peu évoqué le «livre vivant» qu’est pour le moment Le goût de l’archive à l’ère numérique. Si vous souhaitez en savoir plus, il ne vous reste plus qu’à le lire en ligne ou à commander le numéro de la Gazette des archives qui en est la première «capture papier».

Qu’est-ce qu’«écrire» en histoire à l’ère numérique?

Illustration inutile mais il paraît qu’il faut toujours en mettre une. Par Jeanne Menjoulet, en CC BY 2.0

Marcello Vitali-Rosati a publié il y a quelques jours un billet posant la question suivante: Les chercheurs en SHS savent-ils écrire? Très mal accueillie par nombreux collègues sur Twitter en raison de son ton volontairement provocateur, une seconde version a été publiée, ainsi qu’une réponse aux commentaires reçus. Ce sont ces deux textes que je vais ici commenter.

Continuer la lecture

Guerre et neutralité au travers des archives de deux journaux suisses romands

Dans le cadre d’un cours co-enseigné avec ma collègue Raphaëlle Ruppen Coutaz, donné à l’EPFL et ouvert aux étudiants de l’Université de Lausanne, nous allons travailler sur la base de données des archives du Temps. Le Temps est née en 1998 de la fusion de trois titres de presse suisses romands: La Gazette de Lausanne, Le journal de Genève et Le Nouveau Quotidien. Les archives du Temps recouvrent pour le moment deux siècles de parution des deux premiers titres. La numérisation de ces journaux a été faite en coopération avec l’EPFL. Elle met à disposition un visualisateur de NGrams et un Sparql EndPoint – un mot barbare, certes, mais une fonctionnalité permettant d’élaborer des requêtes complexes pour obtenir des résultats de recherche sur les personnes par exemple. Continuer la lecture

[interlude] Cartographie de l’#Alsace numérique

L’Alsace, via par exemple la candidature du pôle Strasbourg-Mulhouse à l’appel à labellisation FrenchTech est réputée beaucoup investir dans le numérique. Ceci est le premier billet d’une série (je ne sais pas de combien) où je vais essayer de cerner un peu ce qu’est le numérique en Alsace.

Continuer la lecture

Tronquer l’histoire, tronquer l’État

Un article du Monde du 15 février 2014 titré « Les archives papier de l’ancien secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, ont disparu » fait bondir. Les document produits par Claude Guéant lorsqu’il était secrétaire général de la présidence de la République (2007-2011) ont disparu. Ce fait a été constaté à l’occasion d’une enquête menée par un magistrat.

Quelque soit la raison de cette disparition, quels qu’en soient les responsables, le contenu de cet article est choquant à plusieurs titres:

  • Le journaliste parle d' »usage » pour le versement des papiers du staff de l’Élysée aux Archives nationales. Non, ce n’est pas l' »usage », mais, à ma connaissance la loi. Car ces papiers, produits par les fonctionnaires, hauts-fonctionnaires, ministres, présidents de la République n’appartiennent pas à des personnes mais à l’État.
  • On découvre au détour de l’article qu’il n’y a pas d’archivage électronique des documents numériques, mais qu’il est coutume d’imprimer les éléments les plus importants sur papier et de les archiver. C’est aberrant. S’il faut trier pour archiver et, donc, parfois, détruire certaines archives (pour cause de redondance, par exemple), c’est aux Archives nationales de le faire, non aux hauts-fonctionnaires, qui sont placés ici dans une position leur permettant de trier les documents qu’ils laisseront à l’État.

Ne croyez pas qu’il s’agit ici seulement d’une complainte d’un historien. Ça l’est, mais le premier utilisateur des archives administratives est… l’État lui-même. Car les administrations ont besoin de connaître leur histoire pour maintenir une forme de continuité de l’État.

Par exemple, un échange de courriers entre chefs de gouvernement ou ministre des Affaires étrangères peut engager la responsabilité internationale de l’État français1. Quid si un Premier ministre part avec ce type de lettres ou avec des documents permettant d’interpréter les modalités d’un engagement de l’État? Dans le cas du secrétaire général de l’Élysée, si des éléments d’un engagement de l’État (interne ou externe) sont contestés, ses papiers pourront éclaircir ce qui est incertain. Ses papiers permettront à ses successeurs d’assurer la continuité du fonctionnement de l’Élysée et d’assurer bien d’autres choses.

Des archives qui ne sont pas conservées aboutissent à tronquer l’Histoire, mais aussi à tronquer la mémoire de l’État.

  1. Ça a été le cas pour certains aspects du règlement de l’affaire du Rainbow Warrior []

L’algorithme est grand, je suis tout petit

J’ai récemment mené une expérience un peu honteuse mais drôle et instructive. À la suite d’une discussion avec deux amies, je promets et finis par créer un « Nazi Grammar Bot » – ces comptes qui, sur Twitter, corrigent votre grammaire ou votre orthographe et qui sont particulièrement énervants1. Le mien envoyait un tweet à tous ceux qui écrivaient mal un mot précis.

Ce bot s’est retrouvé couvert d’insultes et suspendu au bout d’environ 24 heures2, après avoir corrigé cette faute 522 fois3. 406 commentaires ont été adressés à ce petit bot, parmi lesquels huit mentions d’autres personnes que le bot et cinq réponses à quelqu’un d’autre que le bot. En clair, ce dernier n’a pas réellement suscité de discussions, ou, du moins, pas de discussions mentionnant le bot et récupérables facilement4. Seuls trois tweets mentionnent « bot » ou « robot » dont un par quelqu’un qui connaissait l’expérience.

Analyse de similitude des tweets émis à l'encontre du bot

Analyse de similitude des tweets émis à l’encontre du bot

En faisant une rapide analyse de similitude, on obtient un graphe explicite (ci-contre). Le terme « écrire » domine car souvent repris dans la réponse au bot, mais aussi utilisé par les utilisateurs pris en flagrant délit de mauvaise orthographe pour se justifier. Pour le reste, à l’exception de « mdr » (« mort de rire »), la plupart des mots sont relatifs à des insultes (« aller » pour « va te faire foutre » ou insultes du genre). La perspective de décrire la « mère » du bot comme peu vertueuse relève d’un machisme certain.

Peu d’entre eux semblent avoir compris qu’ils parlaient à un bot, qu’ils n’y avait pas réellement d’humains au bout de la ligne. Peu d’entre eux ont cherché à savoir ce qu’était ce compte twitter.

Pourquoi les réponses étaient-elles aussi violentes? Voici peut-être quelques pistes:

  • la plupart des profils des utilisateurs montrent que les répondants sont jeunes, souvent au lycée (le bac et les cours de Français sont régulièrement mentionnés);
  • la plupart suivent et sont suivis par relativement peu de personnes mais discutent beaucoup: le bot a été considéré comme fortement intrusif, intervenant dans des discussions de communautés petites mais très soudées;
  • l’utilisation de fonctions basiques de twitter (bloquer un utilisateur, le dénoncer comme spam, etc) ne semble pas être très connue. Du coup, l’insulte remplace la demande de blocage de l’utilisateur.

Les conclusions que je tire de cette expérience sont les suivantes:

  • Des personnes appartenant à l’échantillon qui a été victime du bot, peu connaissent les fonctions un peu cachées / poussées de twitter;
  • Twitter favorise aussi la constitution de petites communautés soudées – cela relativise tous les discours relatant « ce qui se passe sur twitter »;
  • La distance par rapport à l’outil est faible;
  • Peu de gens de l’échantillon comprennent qu’ils parlent à des algorithmes.

Ma première impression est que cette génération de « facebook natives »5 n’est tout simplement pas préparée à l’utilisation des réseaux sociaux. C’est une impression, non une conclusion scientifique6. Est-ce un problème lié à la manière dont nous enseignons (ou plutôt pourrissons) les outils numériques? Je ne sais pas.

Tout ce qui est lié à l’éducation est toutefois corrigeable. Nous apprenons tous les jours, et c’est tant mieux. Les « victimes » de mon bot sont jeunes et finiront, on l’espère, par comprendre7.

La dernière de mes conclusions est bien plus inquiétante. Nous sommes confrontés tous les jours à des algorithmes. Quand nous appelons une centrale téléphonique. Quand nous entrons dans notre voiture et que nous la démarrons. Quand nos données sont récupérées, moissonnées par divers organismes, aux intentions diverses. Nos interlocuteurs, plus ou moins directs, sont régulièrement des algorithmes. Ne pas le comprendre me semble dangereux.

  1. J’ai simplement utilisé un service web qui permet de confectionner des bots en quelques minutes []
  2. Ce qui est normal, dans la mesure où son comportement allait à l’encontre des conditions générales d’utilisation de Twitter. Ces règles vous permettent de tenir des propos racistes sans être inquiété par Twitter, mais vous empêchent de corriger les fautes d’orthographe des autres. []
  3. Toutes mes excuses à ceux qui parlaient créole, car pour eux l’orthographe était juste. []
  4. J’ai regardé rapidement: il y a eu quelques discussions sur le bot, sans qu’il ne soit mentionné. []
  5. Voir l’interview d’Olivier Le Deuff sur les naïfs du numérique []
  6. Et je crois que danah boyd me contredirait []
  7. Leur orthographe est plus inquiétante – mais ils peuvent écrire n’importe comment sur Twitter, ce qui fait probablement partie de la « culture » de ces petites communautés, et bien écrire par ailleurs. Ou pas. []