Archives par étiquette : réseaux sociaux pour chercheurs

To #DeleteAcademiaEdu or Not To #DeleteAcademiaEdu?

Il y a un peu plus de deux ans, je concluais un billet sur les réseaux socionumériques en ligne pour chercheurs avec le paragraphe suivant:

Surtout, c’est la question du modèle économique d’un tel mastodonte qui interroge le plus. Qu’il soit soutenu par des financements publics ou privés, il faudra un retour sur investissement, que ce soit en termes d’évaluation de la recherche ou d’exploitation de ses résultats. La tentation de la prédation sera nécessairement très forte, si ce n’est inévitable. Ce risque de prédation est tel, qu’il rend les réseaux sociaux pour chercheurs, me semble-t-il, rédhibitoires.

Nous y sommes. Continuer la lecture

Appel à commentaires: pourquoi les réseaux sociaux pour chercheurs intéressent-ils tant?

Pourquoi les réseaux sociaux pour chercheurs intéressent-ils tant? J’ai publié il y a quelque jour un billet sceptique sur ces réseaux. Jamais, absolument jamais, une publication sur ce site n’a eu autant de succès, à ma grande surprise. Pour moi, ce texte était intéressant, mais pas autant que ce que j’ai déjà écrit sur la mise en données de l’histoire ou la lecture des sources à l’ère numérique. Pourtant, il a été twitté plus de 90 fois, publié sur facebook plus de 30 fois et certains l’ont même commenté sur Google+, le réseau social fantôme (ou matrice).

En conséquence, je m’interroge et cherche des explications. Voici quelques pistes, inspirées notamment d’un échange de mails avec Claudie Paye, mais aussi d’autres lectures publiées depuis ou peu de temps auparavant:

  • La nécessité plus grande de faire la promotion de sa propre recherche. Dans un contexte national et international de concurrence accrue – par la pression des créanciers de la recherche, par la crise qui rend les postes rares;
  • La volonté de s’auto-évaluer – participer à des réseaux sociaux (spécialisés ou non, d’ailleurs), c’est aussi pouvoir mesurer l’audience de ses recherches. Cette mesure (quand elle est un peu élaborée, on appelle ça ‘altmetrics’) est un argument que l’on peut faire valoir lors de la rédaction de demandes de financement;
  • La demande des institutions de recherche: elles aussi sont soumises à une plus grande concurrence – c’est la logique d’academia.edu – et pour faire valoir les travaux de leur personnel, les réseaux sociaux sont un moyen parmi d’autres;
  • La demande des institutions d’évaluation et de financement de la recherche: l’évaluation de la recherche continue de se faire sur la base des publications dans des journaux à comité de sélection. Mais, ces institutions regardent de plus en plus ce qui s’appelle « l’impact » de nos recherches sur la société. Les réseaux sociaux (non spécialisés, pour le coup) offrent un moyen parmi d’autres d’évaluer cet impact;
  • Tous les autres, éditeurs, entreprises privées diverses, qui ont un intérêt à savoir ce que font les chercheurs, ce qu’ils publient, la manière dont ils sont perçus.

Ce ne sont que quelques pistes: le débat mérite de continuer, d’autant plus s’il intéresse les foules. Publiez des billets, commentez-les (le mien, le vôtre, ceux des autres) et voyons ce qui en émerge.

Quelques références

Les réseaux sociaux pour chercheurs: une illusion?

Un récent débat autour du libre accès aux données et publications scientifiques et d’un réseau social pour chercheurs1 m’a poussé à me poser une question que j’ai déjà effleurée ici ou .

Des réseaux sociaux spécifiques aux chercheurs ont-ils une quelconque utilité pour les chercheurs? Qu’apportent-ils de plus que les outils sociaux génériques comme twitter, facebook ou des logiciels avec couche social comme Google Drive, par exemple?

Contexte du débat

En faisant une simple recherche sur un moteur de recherche, en anglais comme en français, on trouve assez facilement des références sur le sujet. À THATCamp Paris 2012, une session avait été organisée sur le sujet. Elifsu Sabuncu et Antoine Blanchard, de 2e Labo, avaient argumenté en faveur du logiciel elgg. Un an auparavant, l’Institut historique allemand avait organisé un colloque « Dans la Toile des médias sociaux : nouveaux moyens de communication et de publication pour les sciences humaines et sociales » qui abordait également le sujet. L’URFIST de Paris a mis en ligne une présentation résumant certains enjeux. À Bordeaux, plusieurs chercheurs ont monté un projet de réseau social pour la recherche à portée régionale, mais avec en ligne de mire le niveau national (et au-delà). Ce projet n’a pas été financé.

Aujourd’hui, il existe un certain nombre de réseaux sociaux pour chercheurs: ResearchGate (RG), MyScienceWork (MSW) ou Academia.edu. Certains logiciels de gestion des données bibliographiques (mais qui vont souvent au-delà) comme Zotero mais surtout Mendeley ont une couche sociale, assez légère pour Zotero, plus dense pour Mendeley.

Sur les cinq réseaux mentionnés dans le paragraphe précédent, seul Zotero est financé sur fonds publics et développé au sein d’une université2. MyScienceWork est basée au Luxembourg et, selon leur site, est une start-up qui a obtenu une levée de fonds, dont certains sont privés, d’autres proviennent de l’État luxembourgeois. ResearchGate est, selon la page Wikipédia, une entreprise basée à Berlin, fondée par des scientifiques, ayant fait l’objet de trois séries de levée de fonds depuis 2010. Parmi les investisseurs est nommé Bill Gates par exemple. Je n’ai pas trouvé mention de financements publics – mais il peut y en avoir. Academia.edu a fait l’objet de deux séries de financement depuis 2008. Parmi ses « business angels » semble figurer Mark Shuttleworth, fondateur d’Ubuntu, société qui développe une distribution de GNU/Linux. Enfin, fondée fin 2007 par trois scientifiques allemands à Londres, Mendeley est une compagnie privée ayant à ses débuts bénéficié d’investissements provenant du milieu IT, mais aussi scientifique. En 2013, elle a été rachetée par le géant Elsevier.

Chacun de ces réseaux a ses propres particularités:

  • Academia.edu donne une vision plutôt institutionnelle de la recherche. L’URL menant à votre profil dépend de votre institution et évolue quand vous changez de poste: de http://cvce.academia.edu/FrédéricClavert l’url de mon compte est passée à http://paris-sorbonne.academia.edu/FrédéricClavert. Si vous utilisez l’ancienne adresse, elle sera redirigée vers la nouvelle;
  • ResearchGate insiste beaucoup plus sur les publications des chercheurs et les moyens d’évaluer votre succès personnel avec un « RGscore » que j’ai déjà évoqué ici;
  • MyScienceWork, que je ne connais presque pas, semble insister (comme Mendeley) sur le libre accès aux données scientifiques – ce qui est étrange quand on demande un login pour télécharger les publications… – et la connexion du libre accès avec la notion de communauté « globale » de la recherche;
  • Mendeley et Zotero sont tous deux bien plus centrés sur le partage de données bibliographiques. Mendeley insiste bien plus sur le croisement entre ces données et un réseau social, zotero, par le biais des groupes, sur la constitution en commun d’une bibliographie (qui est fondamentale en recherche) et sur la notion avancée par Dan Cohen3 de curated communities en décembre 2009 à Florence.

Cela dit, certains de ces réseaux ont aussi des points communs. Quelques exemples:

  • Donner la possibilité au chercheur de contrôler la valorisation et la diffusion de leur recherche;
  • La revendication plus ou moins bien respectée du libre accès aux données scientifiques pour certains d’entre eux;
  • La notion de communauté scientifique (parfois au pluriel) – communauté scientifique peu définie par ailleurs;
  • Ils me semblent tous ignorer le fait que beaucoup de chercheurs ont aussi une très forte activité d’enseignement.

Certaines fonctionnalités tendent également à se rejoindre: ResearchGate donne désormais les moyens de regarder leur « RGScore » par institution de recherche, se rapprochant d’Academia.edu. Dans cet ensemble, Zotero me semble faire figure d’exception à plusieurs titre (et ce n’est pas pour rien que je milite en faveur de zotero):

  • Financé sur fonds publics ou du moins non commerciaux (CHNM / Mellon foundation);
  • La couche sociale est volontairement limitée à l’élément le plus important: le partage des données bibliographiques et la possibilité de les construire en groupe;
  • En conséquence, le point central de zotero reste votre pratique de la recherche et, en conséquence, reste le logiciel zotero lui-même et non nécessairement la couche sociale du logiciel;
  • Par sa pratique de l’open source, zotero se présente comme une base pour d’autres développements, qui font potentiellement de zotero un logiciel central des pratiques numériques (non nécessairement sociale) des chercheurs.

En limitant volontairement sa couche sociale, peut-être que l’équipe de Zotero fait une erreur. L’élément social est essentiel à la recherche, car il recouvre le débat. Or, tout chercheur doit accepter que ses hypothèses soient discutées, dans des publications, pendant des colloques. Cet élément social de la recherche (le débat, l’échange) remonte aux origines de la science telle que nous la connaissons. Un exemple parmi d’autres est la grande controverse menée entre historiens Français et Allemands sur la définition de la Nation à la fin du XIXe siècle. C’est cette composante sociale inhérente à la recherche et qui s’étend aujourd’hui avec les moyens supplémentaires que nous donne le numérique, ainsi que l’effacement de la séparation entre partie « privée » et partie « publique » de la recherche qu’il engendre, qui expliquent que la communauté scientifique s’interroge sur l’usage de réseaux sociaux spécifiques aux chercheurs. Du côté des investisseurs, publics ou privés, le but est très certainement de capitaliser sur l’immense richesse qu’est le gisement de la production scientifique, ce qui implique son évaluation.

La question centrale autour des réseaux sociaux numériques pour chercheurs me semble être la suivante: que gagne-t-on à participer à un réseau social – donc à transmettre nos données, particulièrement celles liées à nos recherches, ce qui est la chose la plus importante que les scientifiques produisent, à des entreprises qui sont privées et vont monnayer ces données?

Sur le papier, la réponse est évidente: nous connecter aux autres, valoriser et diffuser nos publications, accélérer la recherche… Dans la réalité, les choses sont bien moins claires, car le chercheur est déjà enchevêtré dans un ensemble numérique et social constitué par de nombreux outils autres que les réseaux sociaux dédiés aux chercheurs. Et il n’est pas certains que ces derniers nous apportent quelque chose en plus.

L’enchevêtrement numérique

Un « réseau social », dans cette perspective, c’est à la fois l’ensemble des unités sociales et des relations que ces unités sociales entretiennent les unes avec les autres, directement, ou indirectement, à travers des chaînes de longueurs variables.4

Si l’on applique la définition citée ci-dessus et appliquée au réseaux en ligne, il y a beaucoup plus de réseaux sociaux, généralistes ou non, qui peuvent tenter les chercheurs, que ceux cités à la section précédente. J’ai un jour compté le nombre de services « sociaux » en ligne où je m’étais inscrit en me limitant aux plus importants d’entre eux. Je me suis arrêté à treize, sans y inclure tous les services, listes de diffusion qui peuvent rejoindre la définition de Pierre Mercklé, blogs (qui ont une dimension sociale avec les commentaires) ni les outils sociaux plus traditionnels: colloques, journées d’études, etc.

La concurrence des réseaux sociaux généralistes

Beaucoup de chercheurs et chercheuses ont déjà des comptes sur les réseaux sociaux destinés à un plus large public, que ce soit Facebook ou Twitter et les utilisent – j’en suis un très bon exemple – au quotidien. Ils permettent déjà d’accroître la diffusion de nos publications ou de valoriser nos événements scientifiques (dont on peut rendre compte sur Twitter en direct par exemple). En outre, on peut reconstituer les discussions qui ont eu lieu pendant une conférence – toujours en utilisant Twitter5. Avec certains outils comme SocialShare, on peut aussi facilement savoir qui a parlé d’un billet de blog ou même d’un article ou d’un livre (s’il existe une URL) sur les réseaux sociaux. Bref, le chercheur n’a pas besoin d’un RGscore, par exemple. Le RGScore et tout autre élément d’évaluation issu des réseaux sociaux numériques est ainsi d’abord utile pour ceux qui ont besoin d’évaluer la recherche avant de l’être pour les chercheurs eux-mêmes.

La montée en puissance du blogging scientifique / des carnets de recherche

En mai 2010, après environ un an et demi de fonctionnement, la plateforme de blogging scientifique francophone (dans un premier temps – depuis, elle s’est déclinée en plusieurs langue) hypotheses.org éditée par OpenEdition (CLEO) annonçait son 100e carnet. Trois ans et demi plus tard, il y en a plus de 700. Et Hypothèses est loin d’être la seule plateforme de blogs scientifiques: Culture visuelle, Café des sciences… en France. Beaucoup d’universités ouvrent des espaces de blogging pour leur personnel. Beaucoup d’entre nous ont un blog autonome (comme celui que vous êtes en train de lire). Certaines revues, particulièrement la fameuse Nature, ont également leurs blogs. Enfin, on trouve beaucoup de blogs scientifiques sur les plateformes généralistes comme wordpress.com (à l’exemple de h-madness).

Chaque blog a une couche sociale potentielle: par les commentaires (s’ils sont ouverts), par la manière dont on en parle sur les réseaux sociaux. Les blogs exposent à la lumière une partie du processus de la recherche qui était autrefois maintenu dans la sphère privée. En faisant ça, ils socialisent plus tôt nos recherches.

Le Web 2.0 en interne

Les chercheurs peuvent également compter sur les réseaux sociaux internes aux institutions de recherche dont ils dépendent. L’université Paris-Descartes a mis en place son propre réseau, par exemple. Bien sûr, se pose la question de la connexion de ces outils internes à des institutions avec le monde externe, surtout à l’heure d’une recherche mondialisée et de l’interdisciplinarité. Mais dans certains cas, et notamment pour l’enseignement, part importante de notre vie de chercheur, c’est le niveau pertinent.

La ténacité du web 1.0

Enfin, n’oublions pas qu’il y a eu un web (et un internet) avant 2005 et le « Web 2.0 » réputé plus social. Parmi les outils fréquemment utilisés dans ces années 1990 oubliées à la suite de l’infamie de l’explosion de la bulle des « dotcom » au début du XXIe siècle, certains ont survécu car ils sont redoutablement simples et efficaces et, particulièrement, les listes de diffusion, aujourd’hui souvent associées à un « groupe » sur le web. Si l’on prend l’histoire économique en France, la liste de diffusion [histoire_eco], service de l’association française d’histoire économique, est un élément indubitablement social, qui permet une assez forte cohésion de la communauté des historiens économistes (pas uniquement) français.

Dans ces conditions, répétons-nous cette question: qu’apporterait de plus un réseau social en ligne spécifiquement dédié aux chercheurs?

Un réseau social en ligne spécifiquement dédié aux chercheurs? Pourquoi?

Que nous apporterait un tel réseau? Tels qu’ils existent aujourd’hui, en dehors de zotero que j’utilise intensément de manière générale, mais peu pour ses fonctions sociales et de mon point de vue de chercheur en sciences historiques, ma réponse est claire: pas grand chose. J’utilise twitter et dans une moindre mesure facebook, voire Google Plus (si, si, il y a de la vie dans Google Plus) et ceci m’a apporté beaucoup, comme je l’ai déjà écrit. Je peux facilement les utiliser pour la conversation, pour voir si mes billets ont été lus (associés à Google Analytics), pour effectuer ma veille scientifique. Le passage de zotero, si besoin, vers un réseau social est simple – il suffit d’un simple copier-coller, après tout. Bref, je n’ai pas besoin d’un réseau social scientifique.

Il y a pourtant deux points sur lesquels nous gagnerions dans un réseau social qui nous serait spécifique:

  • Mettre fin à cet « enchevêtrement social en ligne » décrit à la section précédente, d’autant plus qu’il complique le point suivant, mais sans pour autant perdre en complexité (limiter la complication, conserver la complexité est absolument nécessaire);
  • Nous aider à mieux gérer l’information scientifique. Zotero ou Mendeley répondent à ce point, mais de manière partielle, car les données bibliographiques ne sont qu’un type d’information scientifique.

Mais il me semble voir deux écueils:

  • Il faudrait un mastodonte social pour mettre fin à cet enchevêtrement social en ligne de la recherche, avec le risque qu’il s’écroule sous son poids;
  • La question du modèle économique.

Pourquoi un mastodonte social? Car s’il est trop petit (concerne un nombre limité de chercheurs), il ne pourra pas résoudre l’enchevêtrement social en ligne de la recherche, il ne pourra pas répondre à la nécessité de l’interdisciplinarité, il ne pourra pas être multilingue et international. Facebook est le parfait exemple d’un mastodonte social en ligne et de ses travers: problème de vie privée, complication des réglages, nécessité d’un grand savoir-faire pour l’utiliser (Si, si: jetez un coup d’œil aux paramètres de confidentialité)… En aucun cas, finalement, cela donnerait la garantie d’être plus efficace que la situation actuelle d’enchevêtrement des outils en ligne.

Surtout, c’est la question du modèle économique d’un tel mastodonte qui interroge le plus. Qu’il soit soutenu par des financements publics ou privés, il faudra un retour sur investissement, que ce soit en termes d’évaluation de la recherche ou d’exploitation de ses résultats. La tentation de la prédation sera nécessairement très forte, si ce n’est inévitable6. Ce risque de prédation est tel, qu’il rend les réseaux sociaux pour chercheurs, me semble-t-il, rédhibitoires.

  1. Voir également le site d’Elifsu Sabuncu pour comprendre les éléments de controverses. []
  2. Zotero est un projet du Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason. Le Blog Zotero francophone, créé par Marin Dacos, est notamment maintenu par l’auteur de ce billet. []
  3. Ancien directeur du RRCHNE, désormais directeur de la Digital Public Library of America. []
  4. Définition de Pierre Mercklé. []
  5. J’en ai parlé ici. []
  6. Je ne suis pas contre l’exploitation privée de résultats de la recherche publique, mais cela doit avoir un résultat positif pour tout le monde: l’investisseur privé, l’institution publique/l’État qui finance, le chercheur et son institution de tutelle. []